♦ La légende continue ♦

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Dim 26 Juil 2015 - 12:05

Après avoir soigner ma légère blessure et avoir embarquer le nécessaire, mon nouvel employer et moi atterrissions presque une semaine plus tard sur la fameuse île du néant.
Et ma première impression du lieu fut l’étonnement, moi qui croyait que l'île des esprit était la plus grande de l'archipel, je m'était bien gourer! celle-ci doit presque avoir la taille d'un petit continent, si on en croit les vagues cartes du lieu et l’immense désert qui recouvre l'endroit.
D’ailleurs on parlant de celui ci, ce désert fout le cafard rien qu'à regarder, une platitude de sable noir et fin, même si j’aperçois des dunes au loin, le ciel bleu et dégager contraste plutôt brutalement avec le noir du sable qui semble absorber toute couleur, l'air est désespérément sec mais heureusement les températures ne semblent pas monter très haut pour l'instant.

quel genre d'être vivant pourrait ne serait-ce qu’envisager de vivre ici? D'ailleurs aucune forme de vie intelligente ou non n'est à signaler à l'horizon, je déclare au mercenaire

A partir de maintenant on doit continuer sur le sol, ils ont été très clair la dessus, on ne doit pas arriver devant eux par les airs.

Mon garde du corps semble en tout cas très impatient de tuer tout ce qui bouge, vraiment ce type n'est pas équilibrer, enfin, selon la norme Warfangienne j’entends, d’ailleurs moi non plus je ne colle pas trop à la moyenne, mais disons que dans mon cas, c'est sans doute moins évident à remarquer...

Nous avançons donc dans l'immensité désertique vers les lointaines dunes, qui sait ce que le cercle d'or avait prévus pour nous, ce ne serait pas une partie de plaisir, nous marchons donc en silence durant le long trajet

Une demi heure plus tard, une fois arriver devant les premières dune, un dragon Cuivré rayer d'orange, s'avance du haut d'une dune et dévale la pente à notre rencontre.

Parfait cous êtes la, veuillez me suivre jusqu'au lieu ou vous ferez face à votre destin...

Ce type n'avait pas le moindre talent pour les phrase dramatique, nous suivons donc le dragon qui nous emmène jusqu'à un trou dans le sol
Il s’agit donc d'un... trou, quasi vertical, situer dans un creux entre deux dunes, la roche noire qui l'entourent est tailler en blocs identique emboiter avec une grande précision, tout juste suffisamment grand pour que j'y passe, ce lieu n'est de toute évidence pas naturel, et ce qui doit se trouver en dessous non plus, alors que nous tentons d'observer l'observer ce qui se dissimule dans l'obscurité profonde, notre guide se fait remarquer

Voila, c'est ici que vous rencontrerez votre inéluctable fatalité, je vais vous laisser à présent, vous avez fort à faire...

Il se retourne avec l'intention de s'envoler quand il est intercepter par mon arme qui lui jaillit du thorax, il émet un hoquet de surprise et de douleur avant de s'effondrer sur le sol ou il ne peut esquiver ma lame qui lui traverse le crâne.

Pas de remord, pas d'hésitation, ce type était un potentiel ennemis que nous aurions put recroiser, et pas question non plus qu'il n'avertissent ses petits copain de notre arriver.

sans un mot, je me retourne et lèche mon épée afin d'en enlever le sang pour la ranger au fourreau. J'aurais penser que Tidaro ferait un commentaire mais ne dit rien étrangement, je lui fait un signe de tête et nous sautons dans la pénombre, laissant le noir du désert absorber le rouge de son sang qui s'écoulent sur le sable.

La chute n'est pas très longue et nous atterrissons tout deux dans l'obscurité totale, heureusement ce ne seras probablement pas un problème, le mercenaire semblant maitriser son étrange magie de lumière, les murs, le sol et le plafond sont toujours composer de ces briques de roches noir, nous entendons un peu plus haut notre porte d’accès se fermer.

Bon, c'est partis...


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Lun 31 Aoû 2015 - 20:56

Une semaine, une putain de semaine à m'emmerder, je n'ai pas pus me lancer dans un quelconque autre contrat car je n'ai aucune idée du temps que me prendrait ces contrats, et si ils m'avaient pris plus d'une semaine, j'aurais dû faussé compagnie à ce Saared, et perdre ce contrat qui devrais tout de même me rapporter un petit paquet, et qui semble être plein de promesses. Je sens que les choses vont être marrantes, je sens que ça va saigner, je sens qu'il va il y avoir des gens qui vont morfler. Je pense que ma patience sera récompensée, j'ai envie de massacre, de meurtre, je suis comme un enfant devant un magasin de jouets, je suis impatient, une véritable pile sur patte, ma queue roule nerveusement sur le sable noir, et je me triture les griffes entre elles.

Nous sommes forcés de nous posés, pas le droit de volés ? Pourquoi ? Je sens que ces gens ont quelque chose à se reprocher, m'enfin, ce n'est pas très grave, étant donné que, d'une façon ou d'une autre, ils mourront de ma patte. Je n'ai pas de raison de les laissés en vie, vue l'endroit où ils me font venir, ils vont douiller les salauds. Je ne me laisse pas mener par le bout du museau comme ça moi.

Je suis Saared dans le désert, un désert noir qui parraitrait presque effrayant
, mais moi je le trouve assez marrant, il est grand et sans vie, mais il y a quand même des cons qui s'amusent à s'installer dans ce désert pour X ou Y raisons, si ce n'est que pour se compliquer la vie eux même. Moi personnellement, je suis bien à Warfang, et il y a plein d'endroits où il fait bon à vivre...'fin, disons plutôt qu'il y a peu d'endroits où il fait pire à vivre qu'ici. Je sais que ça existe, même si il y en a peu, mais ça existe...Même si là, aucun nom ne me viens à l'esprit.

Nous finissons enfin par trouver un mec dans ce désert, un pauvre con paumé dans un coin paumé tout aussi con que ce mec là. En plus, il va rapidement me saouler avec ses tournures de phrases à la con, il me donne juste envie de le frapper en pleine face, juste pour le plaisir de le faire taire. Saared a raison, ces mecs sont vraiment cheloux. Et méritent une déculottée. Je bouillonne, j'ai envie de me battre, j'ai envie de cogner, j'ai la tête qui est sur le point d'exploser tellement l'effort de me retenir est fort, il faut que je frappe, que je frappe bien fort ! Le dragon nous emmène à une espèce de grand trou dans le sol, on se croirait dans une histoire de science fiction tellement la scène est étrange, mais l'envie de defoncer le nouveau est tellement forte… QUOOOOII?! J'ai été obligé de me retenir pendant plusieurs heures, à vouloir faire couler le sang de ce type avec ses phrases bizarres, et lui, d'un coup, comme ça, il le tue. Je ferme ma grande bouche pour éviter de l'insulter mais j'en ai envie…. MAIS EVIDEMENT ! Je m'en doutait qu'il appellerais ses copains, me prend pas pour un crétin quand même ! Justement, c'est ça que je voulais, qu'il amène ses potes, pour avoir un peu d'action ! Car les ballades patte dans la patte en mode câlin est bisous ça va deux minutes, mais là, à force d'attendre, je commence à m'ennuyer, je suis venus ici pour me battre moi, pas pour attendre comme ça !

Il se décide à sauter dans le trou, un petit peu tardivement a mon avis, mais il se décide. Il fait noir en bas, très noir, ça sent la mort à plein nez, j'adore cet endroit. D'une patte, j'allume une petite orbe de lumière, même si, quand j'y pense, faire cette petite aventure dans le noir serait marrant.

-Bon, on fout quoi maintenant ?
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Ven 2 Oct 2015 - 16:47

En premier lieu sortir d'ici, en un seul morceaux qui plus est.

C'est dingue, nous venions de nous échanger une questions réponse sans aucun intérêt quelconque, il devait très bien savoir ce qu'on devait faire et je n'avait pas besoin de lui rappeler, nous devions avoir besoin de nous rassurer intérieurement mais tout ceci était probablement dut à l’atmosphère de notre nouvel environnement, sans pour autant filer les chocottes, ils en fallait plus pour me terrifier et surement encore plus pour terroriser mon compagnon, cet endroit était dérangeant.
Peut être à cause de l'uniformité du milieux, cette même pierre noir, lisse, les angles parfaits, aucune décoration, aucune aspérité, les murs et le plafond parfaitement symétrique les un au autre.

Je n'y passerait pas ma journée, et encore moins la nuit

Enfin bref, je n'était pas la pour m’appesantir sur ce genre de détail, et le sociopathe non plus d’ailleurs, il fallait trouver un moyen de sortir d'ici comme je l'avait souligné plus tôt
Trois couloir s'enfonçait dans la pénombre, aucun indice sur la marche à suivre ni rien, juste avancer et prier pour ne pas tomber trop violemment sur quelque chose de vilain.
Je n'était pas vraiment sur de la marche à adopter, ma fierté de jeune mâle surchargé d’hormone me criait de passer devant mais mon sens logique préférait couvrir les arrières, si restait derrière je risquait de passer pour un lâche et si je partait devant il risquait de me prendre pour un abrutis d'inconscient, le problème avec lui c’est qu'on ne sait jamais quels choix est...

Une seconde, je suis censé me foutre totalement de ce que Tidaro pense de moi, c'est un mercenaire sociopathe désagréable que j’éviterais de recroisé à l'avenir, j'étais censée me foutre totalement de son avis sur ma personne... mais c'était plus fort que moi, même sous honnie, mon cotés territoriale et buté prenait le dessus.quitte à me faire tuer pour esayer de prouver à un type désagréable et irascible que je valait quelque chose, pitoyable...

Résolut à mon sort, je m'avançais vers le premier tunnel et déclarais d'ue voix maitrisé en maudissant ma bêtise intérieur.

Je passe devant


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Lun 5 Oct 2015 - 13:19

Cet endroit est plutôt sympas au final, du noir, ça pue la mort, c'est lugubre, c'est un petit peu tout ce que j'aime hein. Saared ne semble pas vraiment plus à l'aise que moi, moi perso je ne panique pas trop, et je me sens un petit peu tranquille ici. J'ai un peu l'impression d'être en sûreté ici, en fait, les parois sont tellement uniformisées que, si jamais un défaut, même minime, se glisse sur les étendues de noir, mon oeil avertis en le verra immédiatement, sauf si il utilise un camouflage de ténèbres ou quoi que ce soit d'autres, qui le fasse devenir aussi noir que les murs. Pour moi, le danger est minime, mais quelque chose me dérange un peu : Saared. Qu'est ce qu'il a à me reluquer comme ça ? Il semble assez soucieux vis à vis de moi, est ce qu'il a peur que je le trahisse ? Que je la lui mette à l'envers sans aucune pitié...Mais je suis plus en train de réfléchir à ce qui nous attend, car je sais que ces ordures sont imprévisibles et pleins de surprises, mais bon, Saared semble également soucieux de se faire bien voir par moi, car il veut jouer les vaillants. Passer devant ? Je suis la source de lumière qui lui permet de voir dans le noir de cette espèce de grotte, donc la logique voudrait que je passe devant, car si il passe devant, son ombre sera projetée devant lui; cela réduisant son champ de vision. M'enfin, si il veut jouer les grands, tant mieux pour lui... Puis il passe devant après tout, et en regardant bien, malgré ses apparences de gros dur plein de muscle capable de défoncer n'importe qui juste par pulsion, il a un jolie petit cul le dragonnet.

Du coup, je n'ai pas grand-chose à faire. Enfin, si, je me rince l'oeil tranquillement en regardant le derrière du dragonnet en marchant derrière lui, j'ai rien d'autre à faire, mais en tout cas, plus ça viens, plus la petite envie de Saared que j'ai grandis doucement encore et encore. Mais bon, je ne pense pas réellement qu'il soit homosexuel le guerrier bourré d'hormones, donc il va falloir que je m'occupe de lui moi même, et comme je pourrais. Est ce que je pourrais faire de ce petit dragon mon nouvel objectif ? Ma nouvelle proie ? C'est à voir, mais je pourrais tenter héhé.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Mar 13 Oct 2015 - 19:51

Heureusement la lumière n'était pas tout à fait un problème, un petit souffle rapide et le feu follet bleu faisais son come-back, prêt à éclairer mes devants. Le mercenaire fermant la marche, Et encore une fois je maudit mon "dragon" intérieur si je puis me permettre, impossible de lui désobéir quand il décide que je DOIT faire quelque chose, fichus hormones...

Je dirigeais le feu follet pour qu'il éclaire largement devant moi, histoire de limiter les surprises imprévus et nous commencèrent à avancer dans ces couloirs sombres, étroits, et dérangeant, si les pièges était aussi bien intégré dans les parois, je risquait de ne les détecter qu'au mauvais moment, c'est à dire trop tard.

Nous continuons notre périple tout en ruminant mes mauvaises pensée, le sombre couloir semblant s’étirer à l’infini, pas un son au loin, pas un bruissement lointain ou de goutte d'eau tombant sur le sol, juste deux dragons qui avance dans la même uniformité lugubre.

Cette ambiance allait me rendre fou, cette impression de vide... insupportable, surtout quand on sait que plein des dragons, créatures vicieuse et piège mortel n'attendent que vous veniez vous empaler gentiment sur eux, pas l'ambiance la plus saine à l'équilibre mental, bien que mon partenaire semblait tout à fait apprécier les lieux lors de mes brefs coup d’œil en arrière, il ne semblait pas très concentrer sur la protection de ce qui pouvait nous tomber dessus par derrière, plutôt à fixer le mien avec insistance, si c'est sa méthode de surveillance pourquoi pas... je n'était pas directement concerner par ce qui pourrait lui exploser la cervelle sur le mur le plus proche après tout.

Néanmoins Ce regard appuyer me gênait quelque peu maintenant que j'en avait pris conscience, qu'est ce qu'il trouvait de si fascinant à reluquer l'autre bout de mon anatomie? J'essayais de me concentrer mais savoir Tidaro en train de reluquer mon arrière train me déconcentrait, Tellement que je ne fit pas attention au subtil encoche dans les murs de pierre noir et seul l'infime pression que mon poids exerças sur la dalle piéger me sauvât la vie, réagissant au quart de tour, je reculais précipitamment pour éviter les pics qui jaillissait de mon emplacement d'il y a un quart de seconde.

Mon recul immédiat me fit rentrer en collision avec mon employé qui accusa le choc avec un peu de surprise mais sans bouger de sa position, Qu'est ce qui pouvait surprendre ce type?
Un peu choquer par la mort violente qui avait faillis me tomber dessus, je restait la, coincer entre le piège et Tidaro, à reprendre mon souffle, celui ci d'ailleurs n'avait qu'à peine reculer et était coller à moi d'une façon que je n'appréciait que très peu, je déglutit pour chasser l'adrénaline de mon sang et reprendre mes esprits

Hum... excuse moi Tidaro, mais je pense qu'il vaudrais mieux qu'on désactive ce piège pour pouvoir continuez non?


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Mer 14 Oct 2015 - 22:00

Ces endroits noirs me font du bien en fait, je me sens dans mon élément, dans le noir et dans l'aspect dark  de cette espèce de caverne,  j'ai l'impression de finir dans l'envirronnement, je me fondre dans ces murs, et me parcourir ces murs, voire de me fondre pour rester là, dedans, et ne pas bouger du tout, juste resté là paisiblement allongé dans ces murs jusqu'à toujours. Mais bon, je n'ai pas la capacité de le faire...enfin bon, si, je pourrais grâce au pouvoir de se fondre dans le noir, mais bon, je ne pourrais pas vivre pour toujours sans manger et tout ça dans le mur, ça serait, en plus d'être impossible, un rêve totalement con doublé d'une personnalité totalement conne. Du coup, je me contente de fermer ma gueule, mais d'autres pulsions me prennent lentement, l'une d'elle est de chopper Saared , et le plaquer contre le mur pour faire des choses d'adulte avec, mais bon, vue l'endroit et la situation, l'autre serais de, comme la pire des saloperies, à me casser loin de là, et à le laisser trainer dans on con. Ça serait presque drôle en fait, mais il paye, donc je ne vais pas faire ça.

Il recule d'un coup en me bousculant légèrement, mais pas assez, je reste fermement tenue sur mes pattes arrières en le regardant, un piège venait de se déclenché, et les pieux, même si ils ne portaient pas de cadavres à leur bout, il y avait de belles marques de sang dessus, les pieux étaient nettoyés de leurs cadavres, mais pas de leurs traces.  Mais il y a une petite trace sur mon bassin qui me plais assez, celle du fessier du dragon contre mon bassin,assez agréable, déjà qu'il m'excite assez le coquin, si il commence à faire ce genre de trucs, je ne vais pas pouvoir me retenir moi. Je le pousse legerement en ricanant un petit coup de bassin, lui mettant une tape sur le derrière en le laissant reculer derrière moi. Il est ferme en plus ce petit cul, ça me plaît bien héhé.

Le mécanisme est un simple piston s'actionnant via une pression sur plaque, les pistons reliés à une simple plaque avec des pieux de la même couleur que le mur, bref, assez simplet comme piège, je suis assez deçu de la simplicité de ce piège, je ne l'utiliserais même pas pour tuer des rats tellement c'est pitoyable, digne des plus gros stéréotypes des donjons des vilains méchants pas beaux des livres de bonne femmes et d'enfants peu âgés, Je brise le système d'un coup de patte, les pistons se brisent sans aucune résistance ennuyeuse, le puissant coup brisant tout de façon net et precise. La plaque tomba sur le coté, et, me penchant  en avant, je la soulève et la bouge contre le mur, brisant la pointe des pieux en la plaquant contre le mur.

-Et voilà, problème réglé. On continue ? Je m'ennuie moi.

Je lui refais place en souriant pour le laisser passer devant, après tout, pourquoi ne pas pouvoir profiter à nouveau de sa jolie petite lune, étant donné, que je n'ai pas grand hcose d'autre à faire, a part désarmer des pièges pour gosses.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Dim 18 Oct 2015 - 1:10

Est ce que ce type venait de me mettre la patte au cul? Il ne reluquait pas mon arrière-train depuis tout à l'heure, il le matait carrément depuis le début!
Non que ces attirances personnels me gêne, l'avantage chez Malefor, c'était que les préférences des partisans importaient peu, pas de discrimination ou de préjuger à ce niveau, et Tidaro m'as l'air de verser dans le tout à venant, et même si son intérêt pour ma personne me flattait et me gênait en même temps, j'avais bien sur été curieux comme tout le monde quand ce monde inconnu des relations amoureuses c'était ouvert devant moi, mais non... ce bord la n'était pas fait pour moi.

Avant de pouvoir prolonger mes réflexions, un son étouffer que seule une ouïe avertit peut entendre s’élève du plafond

Ho mer...

J'aperçois en un dixième de seconde la poussière qui se détache entre les blocs de roche du plafond, indiquant la position des morceaux qui allaient s'écrouler, le couloir devant, vas s'écrouler, derrière moi, probablement aussi et au dessus de moi n'en parlons pas, le seul endroit qui avait l'air stable c'était...

...Bien sur, l'emplacement du premier piège dont la destruction avait bien évidemment été savamment calculer pour être sur que des aventurier trop confiant finissent en compote d'aventurier trop confiant. Heureusement pour le mercenaire, celui ci occupait déjà le terrain quand je me précipitas sur sa positon, juste à temps car les premières chutes rataient ma queue de peu mais nous enferme dans une espace à nouveau étroit et encore moins confortable qu'auparavant, et c'est seulement maintenant que je remarquais les petit trous d'aération nous apportant de l'air frais autant qu'on nous le voulions du reste du complexe, pourquoi condamner les gens à une mort certaine par suffocation quand elle pouvait se faire par lente et douloureuse attrition?

Je remarque seulement alors que je suis vraiment bien pris au piège, avec Tidaro, dans un espace restreint, presque écailles contre écailles, je me racle la gorge alors que le plaisir de se sentir désiré et le malaise tentaient de court-circuiter mon cerveau.

Heum... Écoute Tidaro... c'est pas que tes préférences sexuelle me dérange, le milieux ou j'ai grandit m'as appris la tolérance et une ambivalence à ce sujet...mais j'ai finit par me fixer un bord, et ce n'est pas du tout du bon coté. Alors évite de te faire des idées... on devrais plutôt... chercher à sortir de ce traquenard...


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Mer 21 Oct 2015 - 13:28

Je rejette le cadavre du piège au loin, histoire de ne pas me prendre les pieds dedans, ou pour Saared les 4 pattes, ça serait encore plus chiant que ce gros balourd se retrouve les quatre fers en l'air dans un endroit aussi étroit...et marrant aussi, chiant mais marrant. Cette image me fais un petit peu penser à la tortue sur le dos, qui galère pour se remettre droit avec sa carapace sur le dos. La technique pour se remettre debout est simple, mais bon, elle ne trouve pas car elle n'y pense pas...voire ne pense pas. Je pense que Saared pense, mais après, savoir si il pense bien, çà, c'est une autre paire de manches.

En tous cas, il est rapide, et même si il ne pense pas forcement bien, il aura la qualité de penser vite le quadrupède. Il se jette sur moi quand un peu de poussière tombe du plafond, pour se loger avec moi dans le fin espace qui comportait il y a quelque minutes le piège mortel, pour éviter la véritable plus d'éboulis qui tombe autour de nous. On est coincés dans ce petit endroit l'un contre l'autre, je peux sentir le dos du quadrupède contre ma poitrine et sa queue contre mon bassin. C'est de la provocation dis moi mon gros Saared.

Il me tient un petit discours sur l'homosexualité ? Lui ? J'ai bien envie de rire. Si il savait où il pouvait bien se les mettre où je pense. Je n'ai pas besoin qu'on me fasse de leçons, ou qu'on me parle de ce que je dois faire, je fais ce qui me plais mon petit Saared... Mais il a tout de même raison sur un point, on ferais mieux de bouger de là. Je regarde sur les coins supérieurs, laissant nonchalamment ma queue se ballader sur le corps de Saared, et, d'un coup, me saisit de la pierre noire, hissant mon corps par dessus celui de Saared, et me glisse dans l'interstice pour passer au dessus des éboulis. Une fois au dessus, je me sert de mes pattes griffus pour tirer les débris et pratiquer une ouverture assez grande pour que nous puissions hisser le quadrupède hors de sa petite cage.

-Allez mon gros, bouge toi le fion ! Tu m'as promis des trucs dangereux, je m'ennuis à mort là !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Ven 23 Oct 2015 - 12:53

On m'avait recommander Tidaro pour son efficacité, mais je n'aurait pas penser que sa petite stature puisse nous être utile, en nous dégageant un début de chemin vers la sortie de notre prison par exemple, même si il avait dut falloir supporter sa queue baladeuse et ce sentiment bizarre d’excitation et de malaise qui s'emparait de moi dès qu'il s’intéressait à ma personne, ce à quoi mon état actuel de jeune dragon surcharger d'honnie et d'hormone n'aidait pas trop..

Néanmoins je lui obéis sans répondre et me hisse avec son aide à la suite du mercenaire pour l'aider à déblayer la route, et enfin, tout ce bazar faisant de moi une armoire à glace me sert à quelque chose d'utile, en faisant jouer les nouveaux muscles améliorer la voie de la liberté se creuse en un rien de temps.

L'effondrement s'était propager pas mal loin, et nous dûmes continuer à creuser, planter les griffes dans les éboulis, les tirer en arrière puis les envoyer valdinguer au loin, s'y prendre à deux pattes pour les morceaux plus massif. Pendant tout ce temps je ne parlais que par de bref grognement pour ma part, trop absorber par notre tâche pour remarquer quoi que ce soit de la part de mon compagnon, tout ce qui m'importait était d'avancer un peu plus.

En alors se dressât devant nous la principal raison de pourquoi ce piège était mortel, un énorme bloc impossible à bouger qui atteignait presque le plafond, nous eûmes beau creuser creuser en dessous ou sur les cotés, le bloc était trop massif pour qu'on puisse l'esquiver, constatant notre échec face à l'obstacle et du fait que nous l'avions presque entièrement exhumé, et aussi sur mes instincts de fierté primal mal contrôler mais peut être pour un fois bien placer, je bandait les muscles ceinturas du mieux possible l'énorme morceaux de pierre noir, alors commenças  la vraie épreuve de force. Pour bouger ce morceau je devait nécessairement le soulever puis le déplacer de manière à ce que nous puissions continuer notre chemin.

Mes pattes arrières solidement ancré sur leurs appuis, je pousse de tout les muscles de mes pattes arrières et de mon dos pour tenter de faire bouger l'obstacle, aucun changement, ne laissant pas tomber, je cherchais des prises sur la masse sombre... bingo! deux prises bien pratique se mirent au service de mes pattes avant et profitant du soutien de tout mes muscles, je reprend position et pousse avec tout le jus qui m'est possible, le tout accompagner du rugissement d'encouragement personnel.
Le bloc massif se soulève peu à peu, mon souffle n'est plus qu'un grondement rauque et mes membres tremblent sous la masse qu'ils doivent arracher au contrôle de la graviter, doucement et avec une infini précaution, je me décide à bouger, un pas vers la gauche, un autre vers l’arrière et un dernier vers la gauche, et je suis en mesure de manœuvrer l'engin que je fait basculer sur toute sa longueur.

Le gros morceau s'effondre sur le sol et nous libère la route, je m’affaisse brutalement sur le sol, les muscles douloureux et la langue pendante, l'effort avait vraiment été colossale, mais après une longue pause, la douleur refluât et nous nous remîmes à l'ouvrage.

Finalement, après un moment indéfinis, les gravats s’effondrèrent soudainement devant nous, nous laissant contempler le reste du couloir intacte, une grande bouffé d'air frais me fit le plus grand bien et je restait la un moment à souffler comme un bœuf après l'effort prolonger, le grondement de mes lentes et grandes aspiration me détendit aussi bien mentalement que physiquement, et quand rythme mes respiratoire et cardiaque reprirent leurs constantes habituelles, je reprit les devants, et de nouveau le regard appuyer du mercenaire refit surgir cet étrange sentiment, le pire c'est qu'il n'était pas le premier mâle à avoir essayer de prendre les devants avec moi, mais le mercenaire se débrouillait volontairement ou non pour me troubler, et je ne sais toujours pas si j'en tirait ou non du plaisir

Nous reprîmes nos places respective et nous remîmes en marche ne pouvant supporter cette sensation plus longtemps, je me retournais après quelque minutes d'avancer seulement vers Tidaro

Bon... je commence à être las... tu n'est pas le premier mâle qui me reluque sous tout les angles mais tu est le premier qui me trouble comme ça... Je sais as comment tu t'y prend mais... mais

Je cherchais mes mots et et la question que je voulais lui poser depuis le début

Mais merde comment tu fait? comment tu peut me faire tressaillir comme ça alors que tu n'est clairement pas du bon bord?


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Ven 30 Oct 2015 - 10:52

Hé bien hé bien, il en a du mal à se hisser le gros dragon, pas facile tous les jours d'être gros, sans doutes ou du moins, d'être gros au niveau de son mignon cul. Moi personnellement , je l'aime bien, le truc, c'est que je préfère me retrouver derrière que dessous. Ils sont assez malins ces types, pas mal le coup du piège bloqueur,avec ça, si les gens ne meurent pas à cause de l'éboulement, ils mourront soit de faim, soit de folie. L'isolement tue, car il mène directement à la folie, à la paranoïa, l'isolement dans un endroit sombre comme celui-ci encore plus rapidement , les ombres, les bruits, la peur, tout cela est parfait pour crée un trouble dans l'esprit, un trouble dans le cœur, un trouble du corps, et après, tout part d'un coup, certains préféreront le suicide, d'autres seront poussés peu à peu à la folie et à un peu toute la merde que ça engendre, ce qui les poussera plus à une mort cérébrale qu'à un suicide, mais bon, ça reviendra au même au final.

Personnellement, j'aurais été dans l'envie de remonter si possible jusqu'au mécanisme de base, après tout, tout ceci doit bien être reliée à une espèce de base, que ça soit magique ou mécanique. Les moyens de crée ce genre de pièges sont bien variés, mais quand on cherche bien, elles sont toutes traçables, toutes à l'air libre, il suffit de bien chercher...m'enfin, je ne vais rien dire, c'est lui le chef après tout. Je me contente de le suivre dans l'obscurité, éclairant du bout des griffes, projetant des ombres sinueuses sur la pierre déjà noire qui reluisait de part quelque tâches blanches humides de par les rayons de ma lumière, le bout de mes griffes bien gardés au chaud par la création de lumière.

Saared s'arrête à un moment pour me demander comment je m'y prend pour le draguer...Alors il aime ça le dragounnet ? Assez drôle, enfin, il aime et n'aime pas, il est assez désappointé par mes gestes, par le fait que je m'interresse et me désintéresse comme je le souhaite. C'est bien le genre de réaction que j'attendais, je m'approche en souriant, et lui prend doucement la tête entre les pattes, et l'embrasse sur le bout du museau en ricanant, on est pas bien ici tout les deux dans le noir ? Je me relève néanmoins, sans lui répondre autrement que par un baisé, et viens doucement glissé ma queue le long de sa poitrine pour finir par un petit coup de fouet sous le menton, rien que pour le fait de l'exciter un maximum, roulant légèrement des hanches de façon féminine.

-Pas le temps de jouer à ce genre de choses,on avance mon grand.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Ven 30 Oct 2015 - 13:21

Ho mon dieux... j'arrive pas à croire que je ressent de l'attirance pour ce type, Et qu'il joue tellement bien le jeux que mes instincts me poussant à sauter vers toute les dragonnes est en train de se retourner en sa faveur avec les poses suggestive qu'il prend, je suis à deux griffes de craquer et de me jeter sur lui pour... Nan, mieux vaut pas y penser, ou ça vas accélérer les choses, et c'est pas le moment comme il dit, mais si c'est pas le moment comme il l'affirme, alors pourquoi se permet il de m’embrasse comme ça et me faire passer sa queue baladeuse? ho mon dieu.... j'ai besoin d’une dose supplémentaire d'honnie, je m'arrange pour bafouiller, mes horloge interne complétement déboussoler.

Je hum... bien sur entendus, mais passe devant.. il pourrait, enfin.. voila quoi...

Mais bordel mon corps me hurle de lui répondre de la même manière, et son déhancher sensuel m'interdit de bouger, et ne bougeras pas tant que je n'aurais pas réagit à ses avances, je craque un instant et l'embrasse sauvagement, ne résistant au besoin de laisser mes pattes et ma queue se balader à leurs tour sur son corps, d'en visiter les moindre contours, d'en sentir chaque courbe et chaque creux, j’étais tomber complétement dans son piège mais à cet instant je m'en foutais royalement.

Heureusement, l’instinct de conservation vient à ma rescousse en me rappelant que ce n'est ni le moment ni l'endroit pour allez plus loin, je me détache de lui , ayant assez fait le tour de son anatomie, je lui fait signe de prendre la tête de notre expédition, alors que nous allons nous remettre en marche je me rend compte que je suis totalement sous son influence maintenant, je serait incapable de résister au moindre geste de sa part, petite consolation, je peut m’empêcher de lui sauter dessus de mon plein grès en mastiquant rageusement une boule de l'herbe infâme.

Son goût atroce me remet les idées en place et calme mes ardeur, mais je suis condamner, il à vu et constater qu'il pouvait me faire craquer, ho certes je pourrait résister encore, mais au final il auras le dessus, la queue et la tête basse, je me place derrière lui pour continuer à avancer, m'efforçant de surveiller nos arrières sans penser au fait que vraisemblablement une fois cette histoire finit, je passe à la casserole.

Nous continuons d'avancer et même si je en voit pas le visage ni les pensée de Tidaro, son contentement de m’avoir fait tomber dans son filet dégouline sans un mot ni un geste, heureusement une distraction bien sentit arrive, une pièce, aussi grande que la première, celle ci comportant non pas 4 mais 5 intersection, sans compter celle dont nous arrivions.

Les tunnels obscure ne me disent rien qui vaille, une intersection normalement ça a tout au plus 4 sorties, ou alors...

Ça pue... autant intersection, c'est le genre de disposition quand on veut préparer une...

Des bruits se font entendre soudainement de toute les directions, si Tidaro vouait de l'action autre que celle suggérer précédemment, il allait être servit.

... Attaque en masse.

Je dégainait ma lame, préparait ma magie et me plaçait de dos par rapport à Tidaro, les sons qui avançaient vers nous m'était inconnus, et le combat imminent.


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Mer 4 Nov 2015 - 12:56

Il m'emmène dans un long couloir, mais en fait, je m'en fiche pas mal de ce couloir, car je sais maintenant une chose : j'ai gagner. J'ai gagner la domination sur le dragon, je suis passé sur au dessus de ses limites, et nous le savons tous les deux. Lorsque cette aventure se terminera, j'aurais deux choix, deux choix plutôt amusants. Soit je satisfait mes envies sur ce dragon pour nous satisfaires tous les deux, et mettre fin à la petite attente de Saared... ou alors, m'amuser encore plus avec les nerfs et les hormones du dragon et ne rien lui offrir à la fin, juste partir pour le faire saliver encore plus, mais également pour le frustrer, pour ne pas lui offrir ce à quoi il s'attendait. Le torturer ainsi peu devenir très marrant. Je sens que je vais rire un petit peu avec de dragounnet.

Nous arrivons à quelques intersections,, mais Saared s'arrête, j'aurais été pour en prendre une au hasard et poutrer sauvagement ce qu'il y a au bout, histoire de prendre nos adversaires uns par uns, et éventuellement éviter de se les mangés tous d'un coup, mais d'un autre coté, nous aurions peut être étés pris en sandwich...mais bon, dans ces petits couloirs, nous avons l'avantage.

Rapidement, une armée de dragon se rue sur nous comme des bourrins sans aucune coordination ni aucune tactique...les cons. Ils n'ont absolument aucune chance contre nous. Je crée une orbe de lumière dans le creu de ma patte, j'attend patiemment qu'ils arrivent, qu'ils soient à la fois trop loins pour nous toucher, mais assez proche pour que tout prenne bien, pour que je puisse réduire leurs yeux de ces ordures à l'état de grillade. D'un coup, je la lance en disant à voix basse :

-Ferme les yeux mon grand !


Je fais de même le temps de l'explosion, la boule de lumière eclate en une pluie de lumière qui leur arrache des cris de douleur, je viens de leur cramer la rétine, parfait. L'élan de ces dragons est freiné et ils se prennent les pattes dans les queues et les pattes les uns des autres, trop simple. Une bonne partie de ces cons se tuent entre eux, se cassant la gueule sur leurs amis, ils les empalent ou les éclates avec des massues et autres armes contondantes. Je rouvre les yeux une fois que tout est dispersé et que ms yeux ne puissent plus êtres atteints par la lumière. Je crée une lame le long de mon poigné et m'engouffre dans un couloir pour allez achever le reste de ses victimes. C'est ça le problème dans les couloirs, et d'être nombreux, ils finiront par se faire piétiner, comme des insectes.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Sam 7 Nov 2015 - 13:32

C'est ça les défis du cercle d'or? cette bande de gugusse même pas foutus de se reprendre dès qu'on les éblouit un peu? ma crainte à leur encontre venait de prendre un sacré coup, finalement, tout risquait d'être beaucoup plus facile que prévu, ces imbécile se sont piétiné et même entretuer les un les autres sans même le faire exprès, quel bandes de bras cassé, quand on à un avantage pareil, on évite de mobilisés de tels ratures.

Et pour la première fois que voit Tidaro se battre, enfin, se battre, plutôt achever les rares dragons qui sont encore debout et encore désorienté par l'explosion lumineuse et qui ne sont au final, pas le moins du monde un problème, et je ne parle même pas de ceux qui sont respire mais qui sont cloués au sol.
Ouais en faite oubliez ce que j'ai dit, c'était pas un combat mais de l’abatage en réglè, il vas de soit que je n'allait pas laissé tout le boulot à mon employé, et me joignit sans grand intérêt a la boucherie.

Le dragon blanc appréciait ce genre d'effusion de toute évidence mais de mon point de vue, ce n'était qu'une tâche comme une autre. Je sais que j’aurai dut ressentir de la tristesse ou du remord à achevé ces idiots mais non, encore et toujours le même froid méthodique, ma lame tranchant la chair, coupant ou déchirant, mettant fin à encore quelque vie de plus, tout ceci était extrêmement ennuyeux... juste une gêne obligatoire, propre à me faire perdre mon temps.

Je songeais que mon entourage se montrerait sans doute horrifié ou plutôt dégoutter de me voir ainsi achever une multitude de vie sans aucun état d'âme, sans une pensée pour ceux que périssait, souvent sans même pouvoir se défendre ou se rendre, peut être était ce anormal après tout? ou peut être que cela vaut mieux que la joie non dissimulé de Tidaro? le carnage continuas jusqu'à ce qu'il ne reste plus que nous deux debout, je demandais à l'autre survivant sur le ton de la conversation.

Il me semble bien en avoir achevé plus que toi. la prochaine fois on devrait compter pour pouvoir comparer.

En disant cela j’eus comme une légère impression de déjà vu, mais qui se dissipas vite puisque c'était la première fois que je rencontrait le mercenaire.

Je scrutais les couloirs désormais vide de toute forme de vie, aucun indice visible ne semblait indiquer le bon chemin, perplexe, je désignait une vois au hasard, et avant de commencer à m'y engager, mon estime de moi ayant quelque peu remonté la pente, je ne put n’empêcher de lui adresser une petite pique.

Dit moi Tida, on ne t'as jamais dit que c'était mal vu de coucher avec son patron?


Mon dieu que cet avatar est génial, un grand merci à Jyvro pour ça!
avatar

Personnage
Recherche: Déjà trouvé
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: entre 17 et 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 619
Crédit : 3277
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 18
Localisation : quantiquement partout à la fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro) Dim 8 Nov 2015 - 11:03

Je me mis à les massacrés, uns à uns, cela étais assez ennuyeux, pourquoi est-ce que les gens sont-ils juste des rats, des nuisibles sans aucune valeur qui ne savent, ni se battre, ni se servir d'une arme, ni même établir une stratégie potable qui pourrais, même si il ne leur permet pas de vaincre, pourrais au moins leur permettre de s'échapper et de survivre, nan, eux, ils n'ont pas le talent pour se battre, via la force brute, et ils n'ont pas l'intelligence de fuir, ils sont juste minables. M'enfin, un bain de sang reste un bain de sang, et personnellement, j'aime être responsable des bains de sang, surtout quand il faut tuer autant de nuisibles que cela. Il faut savoir être créatif nan ? Je joue avec eux en les tuant, par moments, je leur tranche la gorge, par d'autre, je leur brise les pattes, et leur met le museau dans les entrailles de leurs potes, pour les faires crever par suffocation. Pour d'autre, je les étrangles avec leur queues, bref, quand on est en mission, il faut bien qu'on s'amuse un peu. Exprimer sa créativité, c'est permettre de ne pas s'ennuyer, et rendre son job plus marrant encore !.

Une fois que ces petites frappes sont toutes mortes, je retourne auprès de Saared qui , lui aussi, semble avoir fais son semblant de meurtres. Il se vante d'avoir fais plus de meurtres que moi, mais bon, ces idiots se sont entretués presque, et le peu restant ont eut du mal car ils avaient les pattes emmellés dans les cadavres de leurs potes. Aucun problèmes pour ça, mais moi, même si je suis presque sûr d'avoir tuer plus de pelos que lui, j'ai fais de l'art, je ne me suis pas contenté de tuer, j'ai tuer avec gout, pas comme un sainguin. M'enfin, il dit ce qu'il veux, je lui jette dans le dos une petite boule faite avec de l'intérieur de dragon fraichement récupéré sur les cadavres en ricanant. Il me fait ensuite une petite pique sur le fait de coucher avec son patron. Alors que nous nous frayons un chemin à travers un monticule de cadavres pour passer dans l'un des tunnels. A mon avis, ils retournent tous au même endroit, après tous, pourquoi stocker des types dans un endroit exigus comme ces tunnels juste pour deux pelos comme nous ?

Je lui sourit en lui mettant une petite tape sur le cul, le devançant avec un petit rire :

- Et toi, on ne t'a pas dit que la vie étais courte et qu'il fallait en profiter ?

Je le laisse sur le plan en continuant ma marche, roulant snesuellement des hanches sous son museau.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 429
Crédit : 4732
Date d'inscription : 08/02/2012
Localisation : Partout où ya de la bonne viande !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
le Bon, le sociopathe et les truands. (privé Saared-Tidaro)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alptraum, Sorcier sociopathe et meurtrier
» Bande d'assassins, voleurs, truands
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro & Cynder Forum RP / RPG :: Zones RPG :: RP Morts-
Sauter vers: