♦ La légende continue ♦

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
MessageSujet: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 15 Nov 2015 - 14:51

J’ouvris un de mes yeux à la lueur dorée. La lumière d’un rayon de soleil assaillait mon visage, m’obligeant à tourner celui-ci de l’autre côté. J’émis un léger grondement et m’efforçai d’ouvrir complètement mes deux yeux. L’opération prit dans les environs de 5 minutes, un temps bien trop long pour moi qui n’aimait pas perdre le peu de temps que la vie offrait. Il me fallait de la vitesse, avancer vite, et même si je savais que c’était parfois impossible de gagner du temps, j’étais mécontent de ne pas pouvoir aller plus rapidement. Ma vitesse était certes plus avancée que beaucoup de dragons, mais cela ne me satisfaisait pas encore.
 
Enfin sorti de cet état de léthargie éveillée, je me levai, m’étirai, baillai, comme tous les dragons qui se lèvent le matin. Sauf que ce n’était évidemment pas le matin. Je soupirai. J’avais beau être un dragon aguerri, puissant et sage, le temps me rattrapait sans cesse. La bataille que j’avais vécue quelques temps de cela m’avait beaucoup fatigué. J’avais dû utiliser beaucoup de mes forces dans le but de protéger notre belle cité.
 
Je ne me sentais pas avoir envie de me promener à Warfang aujourd’hui. Mon humeur n’était pas à contempler dans un regard perdu entre tristesse et colère les réparations que les warfangiens opéraient dans la cité. Je décidai donc de rester dans le temple, et d’étudier un peu au sujet de ces hybrides. J’en savais déjà beaucoup, de l’histoire jusqu’au plus petit folklore concernant ces êtres, chimère d’un règne animal dépassé depuis bien trop longtemps. J’avais beau m’interroger en pensée, m’interroger à voix haute, interroger les murs, interroger même d’autres personnes, rien n’y faisait, les ambitions soudaines de ce peuple de nous détruire m’étaient aussi flou que la terre lorsque l’on vole par temps de brouillard très épais. Il me fallait des réponses, j’en exigeai, car ma soif de connaissance m’y forçait, et je pensais que c’était une question que beaucoup se posaient aujourd’hui. Il m’incombait d’y répondre.
 
Je ne pouvais trouver les informations que je cherchais en allant interroger les hybrides. Ce serait de la folie. Alors je me devais de trouver cette réponse par les livres. Je soupirai une nouvelle fois et sortis de l’endroit où je couchais pour rejoindre la pièce circulaire, avec au centre édifié la statue de ce dragon… Je la passai pour me retrouver au niveau du bassin qu’utilisait Ignitus avant la tragédie. Il n’avait pas bougé, mais était à présent desséché. Des lézardes apparaissaient sur ce bassin qui devenait au fil du temps un artefact. Je le frôlai délicatement de mes griffes, et ce contact me prit à réfléchir encore à ce qu’il se passait à présent. Comment Ignitus réagirait face à tout cela ? Aujourd’hui, le Conseil des Gardiens se retrouvait sans réel leader, et j’en étais plus effrayé qu’attristé. Je me sentis tout d’un coup désolé, comme si l’on venait de me détacher de tous mes repères, fussent-ils localement ou mentalement. Je me sentais perdu dans l’immensité d’un monde en mouvement, qui redevenait à mes yeux savant inconnu.
 
Je chassai cette idée stupide de ma tête.
 
-Je suis le Gardien de la foudre ! Quelles stupides idées viennent embrumer mon esprit ? Je sais ce que j’ai à faire, et personne ne me laissera me détourner de mon but. Warfang a encore besoin de l’aide des Gardiens, et nous serons-là.
 
Ma voix résonna dans tout le temple. Je souris, rassuré par mes propres intonations. Je me tournai ensuite vers une petite étagère que j’avais décidé d’aménager afin d’y mettre tous les ouvrages intéressants du moment. J’étais seul, personne avec qui discuter, et je devais combler cette tristesse. Je pris un livre que j’avais choisi tacitement et le posai sur une petite table à ma hauteur. Je m’assis sur un coussin de couleur verte et commençai à le feuilleter. Comme j’en avais l’habitude, je lis à voix haute, en prenant correctement le ton pour qu’il ne soit pas monotone, comme si quelqu’un m’écoutait et que je lui racontais l’histoire.
 
-« De nombreux événements ont plusieurs fois rapproché les races chimériques avec les dragons, et ce fut souvent pour des alliances. Par exemple, lors des premières apparitions de dragons sur le territoire, les hybrides ont proposé d’offrir certaines de leurs terres pour permettre aux premiers groupes nomades de dragons de prospérer correctement. Ces temps ne recelaient aucune intention belliqueuse chez aucun des deux camps, et ce fut ainsi pendant un bon moment. Les premières disputes survinrent notamment lors de conflits internes entre différents regroupements d’hybrides. Les dragons, selon certaines peintures rupestres, auraient participer en tant que médiateurs, faisant ainsi connaître notre race comme étant pacifique et sage, une image des dragons qui aujourd’hui s’est un peu perdu, bien que la sagesse soit toujours sur le trône de l’archétype qu’ont les hybrides envers les dragons… »
 

Plongé dans ma lecture, et bien que je connaissais les phrases suivantes, je continuai, mes yeux défilant aux rythmes des lignes qui imposaient dans mon regard une danse à laquelle j’étais bien habitué.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 15 Nov 2015 - 19:17

Une des mes toute premières visites du temple. Et, pour une fois, ce n'était pas pour résoudre tel affaire, ou tel contrat ou tel service... Pour une fois, tout c'était vraiment paisible... Et c'était une visite "en famille". Pourquoi irais-je donc là ? Et bien, pour s'entrainer au temple, pardi. Même si le gardien du feu n'existe plus, m'entrainer sur des mannequins ne me ferait pas de mal. Ma compagne et mon fils, apprenant cela, voulaient absolument me voir m'entrainer. Je ne pouvais pas leur refuser cela... Quand j'arriva à destination, le silence était comlet et complètement effrayant. Et dire que ce fut ici que Spyro et Malefor se sont entraînés et où le combat final entre les deux dragons violets et l'ancienne Terreur des Cieux se passa pour finir sur le commencement d'une destruction planétaire. Tant de choses se sont passés ici.

C'était en fin d'après-midi que nous arrivâmes. Il fallait dire, aussi, que mon sens d'orientation ne nous avait pas aidé, puisque nous sommes partis en début de matiné. La forêt de Champignon, à côté des marais, était dense et c'était très facile pour s'y perdre lorsque l'on ne connaissait pas le chemin. Sans compter les nombreuses grenouilles. Nous nous envolâmes pour pouvoir être plus en sécurité et nous vîmes le temple, ce qui nous aida à nous diriger vers lui.

Il y avait ces fameuses statues qui servaient de clé aux portes. Alors, à ce moment là, nous commençames à contourner le temple pour pouvoir arriver sur la plateforme à ciel ouverte qui ouvrait sur la salle d'entrainement. Une fois arrivé, nous pouvions voir la fameuse statue de Malefor, érigé en son honneur lorsqu'il était encore vénéré comme un héro, à l'intérieur. Il y avait de sombres nuages à l'horizon qui prévoyait un temp humide et bruyant quelques instants plus tards. Nous entrâmes et nous vîmes cette pièce, où les oeufs étaient couvés avant cette tragédie... Cette attaque du temple, qui détruisit tout les oeufs à l'intérieur, sauf celui de Spyro, qui fut sauvé par, à ce que l'on dit, Ignitus, ce défunt grand et sage dragon ainsi que gardien du feu. Pendant que j'étais à la guerre, j'avais toujours voulu rencontrer un des gardiens... Mais ils étaient malheureusement trop occupés à guerroyer là je n'étais pas. Et, quand j'étais petit, j'avais toujours voulu ne serait-ce qu'un entraînement là-bas... Ne serait-ce que pour expérimenter ce qu'avait expérimenté mon père quand il était jeune lors de ces entrainements. Tout cela faisaient remonter en moi de tristes souvenir... Des promesses qui n'ont pus être tenues, des morts inutiles et tragiques... Tout mon passé.

La salle semblait avoir viellit et je ne pouvait m'empêcher d'être impressioné par l'énormitude de la statue. Je l'observa en détail. Une pose majestueuse, une décoration, signe des héros, et des oeufs, symboles que Malefor pouvait protéger n'importe qui... Comme les anciens avaient tord sur l'héroïsme de ce personnage. C'est à cause de lui que je suis comme cela... C'est à cause de lui que la guerre s'est déclaré... Et c'est, je pense, à cause de lui que les hybrides nous déclarèrent la guerre avec cette attaque sur Warfang.

Le temple semblait vide, mais pourtant... Une voix pouvait se faire entendre. Une voix famillière, mais de celle d'une personne avec laquelle je n'avais presque jamais discuté, sinon pour des temps de crise, comme je le fis avec Cyril lors de cette réunion. Cette voix, c'était celle de Volteer. Et celui-ci parlais des hybrides. Je contourna la statue et me dirigea vers la voix, pouvant ainsi profiter des multiples vues sur la statue. Lorsque j'arriva derrière la porte, j'attendis quelques secondes après que celui-ci ai terminé de parler, et j'entra.

Dans la salle, il y avait une bibliothèque, un bassin vide, et Volteer. La pièce était assez sombre, quoi que tamisé d'une douce lumière que le gardien de l'électricité devait utiliser pour lire le livre qu'il tenait. Je dis alors avec un triste sourire accompagné d'un ton calme :

- Vous aussi, vous essayez de chercher pourquoi les hybrides nous ont subitement attaqués ? Désolé de vous déranger mais, je pense que vous m'avez déjà vu lors de la réunion, je m'appelle Igniis et je suis venu m'entrainer dans la pièce adjacente à celle-ci, là où est la statue qui peut se ranger en descendant tranquillement... J'espère que je ne vous ai pas trop... Dérangé.

J'étais gêné. Je pense que je l'interrompais durant un de ses moments de lectures et un de ses moments solitaires.


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 16 Nov 2015 - 18:41

-« Il est aussi important de noter que les dragons ont bien longtemps été vu comme des sortes de créatures proches des divinités que louaient les hybrides, aussi variées et nombreuses était-elles. Nous étions ainsi vu comme des prophètes dont les plus importants - on songe bien évidement aux dragons violets, notamment – indiquaient des signes de changements manifestes quant à  la vie de nos chères créatures chimériques… »
 
La petite porte qui avait été aménagée pour séparer cette pièce de celle de la statue s’ouvrit, me forçant donc à arrêter ma lecture. Je gardai le livre ouvert et regardai de qui il s’agissait. Je pensai immédiatement à Terrador, curieusement, mais ce ne fut pas le cas. Non, à la place, j’eus droit à un dragon rouge qui me considérait de ses brillants yeux d’émeraude. Il arborait une étincelante crête vermillon. Outre ceci, il semblait être un dragon très bien formé, avec une musculature bien développée et une posture droite et humble, révélant ausis une certaine prudence que le dragon semblait avoir acquis par une expérience manifeste, fut-elle visible seulement par le nombre de cicatrices que son corps portait. Même Volteer, qui était un vétéran en matière de combat, n’arborait pas autant de traces de rixes violentes.
 
A vrai dire, ce dragon, je le connaissais déjà. Il s’agissait du capitaine qui avait participé à la session de préparation de la guerre, fondée sur l’Alliance entre les forces de Warfang, celles de Sky Badland et de Malefor. Il avait démontré durant le court entretien être un dragon impliqué pour la défense de Warfang, réactif et même stratégique. Je voyais bien qu’il pouvait faire un fin tacticien au sien de l’armée, et je m’étonnai, en y repensant à présent, qu’il n’eut pas gagné plus de jalons. Ce dragon était vraiment un mystère pour moi, j’en savais bien peu derrière ce masque de guerre que revendiquait le jeune.
 
Je distinguai derrière lui, dans la pièce à la statue de mon ancien élève, d’autres formes qui se mouvaient indépendamment du reste du décor. Je supposai de prime abord qu’il s’agissait d’amis du dragon rouge qui se tenait devant moi, mais je reconnus après quelques allers retours de la silhouette une petite forme : un dragonnet. Peut-être était-ce son enfant.
 
Je me levai et écoutai sa présentation sans rien dire en premier, car il était celui qui m’avait surpris.
 
-Vous aussi, vous essayez de chercher pourquoi les hybrides nous ont subitement attaqués ? Désolé de vous déranger mais je pense que vous m’avez déjà vu lors de la réunion. Je m’appelle Igniis et je suis venu entrainement dans la pièce adjacente à celle-ci, là où est la statue qui peut se ranger en descendant tranquillement.
-Et vous avez découverts mes intentions en écoutant simplement mes paroles ? Demandai-je. Votre esprit de déduction est vraiment à apprécier. Oui, l’on manque vraiment d’esprits de réflexion aussi fort de nos jours, et cela aiderait beaucoup, et pas seulement dans le domaine judiciaire. Oh que non, notre faculté de déduction peut s’assimiler à bien d’autres aspects de notre vie…
 
Je sentis que je m’égarais et me fit violence pour m’arrêter. Par dépit pour ce dragon rouge plus que pour ma propre volonté. Il m’était toujours si difficile de m’arrêter de dévier sur un sujet… Même après tant d’année à revêtir le titre de Gardien de la foudre.
 
-Mais peu importe, repris-je en secouant légèrement ma tête. Je me souviens bien de vous, capitaine Igniis. Je me souviens de vous en tant que bon tacticien, ainsi qu’un dragon qui ne manquait pas de répondant…
 
Je repensai à la manière dont il avait rétorqué à Malefor suite à une accusation de ce dernier face à Warfang, et cela me fit rire un peu. Je le regardai de nouveau avec mon sourire.
 
-Vous venez donc vous entraîner ? C’est une très bonne initiative ! Après tout, un dragon plus sage que moi, hélas parti de ce monde depuis des siècles, disait toujours qu’une âme, pour être saine, doit vivre dans un esprit saint, lui-même abrité par un corps saint. Oh, cela me rappeler un conte que j’appréciais beaucoup pendant ma croissance. Souhaitez-vous que je vous raconte l’histoire d’Atharos ?
 
Je ne lui laissai pas vraiment le temps de répondre, car j’avais vraiment envie de la raconter. Au final, la question ne portait qu’un but purement rhétorique.
 
-Dans des temps inconnus, alors qu’aucune réelle civilisation draconique n’existait,  un dragon qui vivait avec sa tribu de nomade  décida de se séparer d’eux pour découvrir le monde par des chemins que personne n’osait emprunter. Ce dragon comblé de courage et d’ambition se nommait Atharos. Il n’avait qu’une dizaine d’années et était frêle, mais cela ne lui faisait pas peur. Il partit donc et dû braver dès les premiers jours de son périple pluies et vents, traversant une forêt tellement humide que ses petites pattes s’enfonçaient dans la boue. Il mourait de froid et parvenait à peine à se nourrir, ses compétences de chasses étant plus que médiocre.
 
-Son estomac grondait, et les heures qu’il lui manquait de sommeil s’accumulaient. Il commençait à perdre toute envie d’aventure. Tremblant de froid, il était désespéré, mais pire encore fut ce qui se produisit ensuite…

-Un ours voulut l’achever. Le dragon se défendit un peu, mais à part son instinct de survie amenuisé par sa fatigue et sa mauvaise condition, il ne connaissait rien au combat. Il fut rapidement acculé, gravement blessé à plusieurs endroits de son corps encore si jeune. Il était désespéré, et même résigné à mourir.
 
-Mais quelque chose le sauva. Un éclair bleu frappa l’ours qui s’effondra aussitôt au sol, inanimé. Atharos s’évanouit peu de temps après. A son réveil, il apprit qu’il se trouvait chez une dragonne bien plus grande que lui, de couleur ambre. Il s’agissait d’une dragonne qui vivait seule en communion avec la nature. Elle parvint à soigner le jeune mâle et à l’écarter de la mort, mais il avait beaucoup perdu. Une de ses pattes était inutilisable, et il devenait peu à peu pris de crises de folie. La dragonne se sentait terriblement accablée par ce qu’était devenu ce dragon aux grandes ambitions et usa de sa magie, mélangeait aux bienfaits de la vie, pour lui concocter trois boissons aux caractéristiques incroyables. La première était la boisson de la terre, qui guérit miraculeusement toutes les blessures physiques du blessé. Elle lui donna ensuite la boisson de la mer, qui rendit totalement sa raison. La troisième boisson était celle du ciel, qui lui permit d’acquérir d’un seul coup une grande sagesse. La dragonne lui expliqua que la dernière boisson ne pouvait être bue que par ceux abritant un esprit saint dans un corps saint, et c’est de là, parait-il, qu’est née cette légende des trois unités du dragon.
 

Je pris une longue inspiration pour reprendre mon souffle, car j’avais encore une fois beaucoup parlé. Je le regardai et attendait son jugement, m’approchant de lui en vue de le suivre dans la grande pièce d’entrainement. J’avais pendant mon discours actionné le mécanisme qui permettait de baisser la statue. La pièce était donc maintenant totalement dégagée.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 16 Nov 2015 - 21:38

Ce que l'on m'a dit sur Volteer s'était avéré vrai... Il parle très vite et beaucoup. Je n'eu à peine le temps de répondre qu'il reparla encore une fois, après m'avoir demandé de pouvoir me raconter une histoire, pour me la raconter. J'eu un bref sourire amusé. Et ce qu'il racontait n'était qu'un mythe, une légende, un récit digne d'une religion.

Mais, pendant qu'il racontait son histoire, la statue de Malefor derrière moi commençait à s'abaisser tout en tournoyant sur elle même. Notad, qui n'arrêtait pas de courir autour de la statue, s'arrêta si soudainement lorsque le premier bruit de la statue se fit entendre. J'en connaissais un qui dormirait comme un bébé ce soir, vu comme il fut exité. Une fois la statue complètement abaissé et la plateforme plane où des manequins devraient apparaîtrent comme par magie pour que l'entrainement se fasse, je pouvais clairement voir Abyssa, avec une mine amusé en fixant Notad, qui s'était arrêté net avec la statue.

Elle se retourna vers moi et, avec un sourire, me dit :

- Tient, qui est le dragon à côté de toi ?

- Abyssa, Notad...

J'attira l'attention de Notad, qui se retourna vers nous, avant de continuer :

- Je vous présente Volteer... C'est le gardien de l'électricité. L'élément que tu maitrisera bientôt, Notad.

- C'est vrai ?

- Oui. Mais ce sera en temps et en heure. Ok ?

- Ok !

- Je vois que le gardien... Aime bien parler, d'après ce que j'ai entendu, dit Abyssa d'un ton amusé.

- Volteer, je vous présente Abyssa, ma compagne, et voici le petit Notad, mon fils.

Je me dirigea vers le cercle pour commencer l'entrainement. Notad dirigea son regard vers moi.

Soudainement, après quelques secondes d'attente, six mannequins vivants, en forme de de petits macaques, apparurent autour de moi.

- Parfait pour un petit échauffement ! dis-je avec un sourire confiant.

J'avais tué plusieurs macaque plus gros qu'eux en même temps à la guerre. Je ne vois pas en quoi ceux-là me poseraient beaucoup de problème, à part si je suis vraiment rouiller, ce qui a peu de chance de se produire en conséquences des récents évènements... Je me craquais un peu la nuque pour me préparer au combat, pendant que Notad cria :

- Aller papa !

J'étais alors concentré sur le futur combat et mes six ennemis, et je ne faisais aucunement attention aux autres pour ne pas être surpris par une attaque de ces ennemis. Abyssa devait sûrement faire connaissance avec Volteer, celui-ci devait sûrement parler, si les dires sur lui étaient vraiment vrais, et Notad devait surment regarder le combat avec attention.

Le premier qui agi, derrière moi, sauta vers ma direction, mais le bruit qu'il faisait en sautant était tel qu'il ne fallut pas longtemps pour le dégager en plein vol d'un puissant coup de queue, le tranchant en deux. De un ! Le second que je détruisis fut par le biais de mes flammes. En effet, je cracha un jet infernal, le faisant bruler comme un mannequin de paille le ferait si on le jetait dans un feu de joie. De Deux ! Les autres commencèrent à me tourner autour, quand j'entendis à ma droite un bruit de saut. Je baissa la tête pour esquiver l'ennemi et un autre sauta vers moi mais je le détruisi d'un coup de griffe. De Trois ! Un autre fonça vers moi. Ce qui était dommage, c'est qu'un mannequin n'est, à la base, pas intelligent et ne fournit pas un très bon entrainement pour prévoir les coups de certains ennemis imprévisibles. Cet ennemi qui fonçait sur moi n'était malheureusement pas une exeption. Il fonçait littéralement dans la gueule du loup, ou plutôt celle du dragon, car je le pris entre mes crocs et lui arracha la tête ainsi. De Quatre ! Les deux derniers me sautèrent dessus et attérirent sur mon dos.

- Inutile... dis-je en plaisantant.

J'enflamma mes écailles et les deux mannequins sur mon dos commencèrent à s'incinérer, disparraissant à tout jamais pour laisser place à des cendres qui, elles-même, laissèrent place à des gemmes, comme les autres "cadavres" après la fin du combat. Et de Cinq ! Et, enfin, de Six !

Notad sauta de joie après que le combat soit terminé et il dit :

- Ouai ! Mon papa c'est le plus fort !

J'eu un sourire amusé. Et, soudainement, un grand bruit se fit entendre après un énorme flash blanc. Ce que je craignais avant d'arriver au temple s'avérait vrai. L'orage était là. Et vu la noirceur des nuages, ainsi que le bruit que faisaient le vent et la pluie, c'était une grosse tempête et aller dehors en ce temps-ci n'était que pur folie. Je me dirigea vers Volteer et dit d'un ton assez gêné :

- Excusez-moi mais... Pourrions-nous rester un peu plus longtemps à l'intérieur... Juste le temps que la tempête se calme, s'il vous plait...

J'étais gêné car nous venions presque à l'improviste pour que je puisse m'entrainer un peu et, à cause de la tempête, nous sommes bien obligés de rester un peu chez ce dragon...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 19 Nov 2015 - 1:52

Le dragon n’émit aucun commentaire suite à mon histoire. Certainement n’était-ce pas son fort, à mon grand regret. La distribution de connaissance n’allait que dans un sens, mais tant pis, je ne lui en tenais pas rigueur. Après tout, écouter un Gardien lui contait des légendes n’était pas le but premier de ce Igniis aux couleurs chatoyantes.
 
A vrai dire, il fut davantage intéressé par le « spectacle » de la statue coulissant lentement en effectuant une rotation dans le sol, dans un lourd bruit de pierre déplacée. La place fut ainsi dégagée, permettant au capitaine de s’entrainer autant qu’il le souhaitait. Cela me permis aussi de voir les autres formes que j’avais identifié tout à l’heure. Il y avait un jeune dragonnet, ainsi qu’une dragonne. Je souris, il était accompagné de sa petite famille.
 
-Tiens, qui est le dragon à côté de toi ?
-Abyssa, Notad… Je vous présente Volteer… C’est le Gardien de l’électricité. L’élément que tu maitriseras bientôt, Notad.
 
Je décidai de baisser légèrement la tête en gardant mon sourire.
 
-C’est vrai ?
-Oui, mais ce sera en temps et en heure. Ok ?
-Ok !
-Je vois que le Gardien… Aime bien parler, d’après ce que j’ai entendu.
-Volteer, je vous présente Abyssa, ma compagne, et voici le petit Notad, mon fils.
-C’est un plaisir, annonçais-je à l’attention des deux proches d’Igniis. Je m’adressai ensuite à Abyssa. Vous êtes une belle dragonne. Ça me rappelle bien ma première romance, avec une dragonne du même teint que le vôtre, et cette femelle était vraiment charmante, avec une répartie à couper le souffle ! Woah, jamais je n’avais vu une dragonne avec autant de répondant, encore pire que vous, capitaine. Sûrement aurait-elle nargué Malefor comme vous l’avez fait en trois fois pire ! Ah, ces années-là ne me rajeunissent pas, j’étais un sacré bougre, moi-même…
 
Me perdant ainsi en ressassement et explications, je ne me rendis pas compte que le capitaine avait commencé son entrainement, placé au milieu de la pièce. Six ennemis apparurent, et je trouvai le programme peut-être un peu trop léger. C’était aussi le cas d’Igniis. Il parvenait à les terrasser sans difficultés. Avec tant de facilités que je ne parvenais toujours as à me faire une idée de l’étendue de ses compétences martiales. Je souris légèrement en m’approchant du jeune dragon. Je m’assis pour m’approcher de sa hauteur et le considéra.
 
-Alors, ainsi, tu es un dragon électrique ? Il est certain que je suis le plus à même de pouvoir t’enseigner à utiliser le mieux possible ton élément. Tu verras que l’électricité est une puissance formidable, parfaite pour le service du bien. Pour protéger ceux que l’on aime. Tu veux protéger ton père, n’est-ce pas ?
 
Laissant cette question en suspens, j’attendis patiemment que le capitaine finisse les derniers ennemis sur son dos. Notad acclama son père tel un champion. Les enfants pouvaient vraiment être une source de motivation considérable, surtout par ces temps. Rien de tel que la famille avec laquelle on est proche pour se sortir d’un quotidien si chaotique et sanglant. J’étais moi-même chanceux de me trouver avec mes compagnons Gardiens, avec lesquels je parvenais à quitter mon anxiété.
 
Un éclair surpris alors tout le monde, sauf moi. J’avais déjà prévu la tempête au loin qui s’annonçait. Mon élément électrique s’affolait légèrement, enivré par cette puissance familière. Pourtant je parvenais à garder le contrôle pour que sa nature intrépide ne prenne le dessus. C’était quelque chose de difficile à faire parfois, surtout pour les dragons avec un tempérament sauvage de base.
 
-Excusez-moi mais… Entama Igniis. Pourrions-nous rester un peu plus longtemps à l’intérieur… Juste le temps que la tempête se calme, s’il vous plait…
 
 
Cette demande ne me surprit pas non plus. A vrai dire, il n’était pas si rare que cela que des gens soient obligé de réclamer le gîte ici, que ce soient des warfangiens ou des voyageurs égarés. J’étais habitué à ces visites-là, et, bien entendu, cela ne me dérangeait pas. Par contre, je trouvais amusant qu’ils soient effrayés par le tonnerre qui les contraignait à rester ici. Bien sûr, je comprenais les risques, mais en tant que dragon électrique, cela ne m’affectait nullement. A vrai dire, cette ambiance me plaisait beaucoup, elle me procurait une énergie extérieure qui me permettait d’être serein, en plus d’excité.
 

-Vous n’avez pas à demander, jeunes dragons. Ce temple est un refuge à tout dragon, et il sera toujours prêt à aider. Capitaine, souhaitez-vous passer un peu le temps en m’affrontant à la place de ces bêtes stupides et superficielles ? Je veux voir ce que vous valez… Vraiment. Me feriez-vous cet honneur ? Evidemment, je comprendrai un refus de votre part.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 19 Nov 2015 - 21:18

Il me proposa de me battre contre lui et exprima son désir de voir ce que je vallait au combat. Je me mis à réfléchir pendant quelques secondes à cette proposition.

J'accepte ou pas ?

Puis, Notad vint vers moi pour me dire avec entousiasme :

- Aller papa ! T'es le meilleur, c'est sûr !

Je baissa ma tête vers lui, lui lécha le dessus de la tête comme un baiser paternel et lui dit avec un sourire amusé :

- Tu sais Notad, je suis pas le plus fort au monde... Certains dragons sont plus forts que moi... C'est une chose q'uon doit savoir dans la vuie, il y a toujours plus fort que soi.

- Mais je suis sûr que tu peux le battre ! Comme le méchant monsieur !

- Ho non, pas comme le méchant monsieur, mon grand.

Abyssa se dirigea vers moi, prit Notad comme une mère prendrait affectueusement son enfant et me dit :

- Le combat contre les mannequins lui a plu, je pense qu'un combat contre un gardien expérimenté au combat, d'après les dire, serait pour lui un magnifique spectacle, n'est-ce pas ?

Elle tourna la tête, à sa dernière phrase, vers mon fils pour lui faire comprendre que sa question lui était destiné. Il le comprit tout de suite et dit avec entousiasme :

- Ho ouiiiii !

Haaaa, Notad... Ton entousiasme, ton caractère candide et ton amour constant envers Abyssa et moi me rend vraiment joyeux quand j'étais avec lui. Et moi qui pensais que j'allais faire une connerie juste avant de l'adopter... Je ne regrette absolument rien et, paradoxalement, la mort de Lyra m'a poussé à l'endroit où le bonheur m'attendais pour que je puisse l'apporter avec moi et m'occuper de lui pour que ce bonheur soit heureux et donne encore plus de bonheur ! Donc, à sa réponse, je ne pouvais pas refuser le duel proposé par le gardien de l'électricité. Je me retourna vers Volteer et, avec un soupir amusé, je lui dit :

- Bon... J'accepte votre proposition. Après tout, c'est en forgeant que l'on devient forgeron, et un entrainement est un entrainement.

Je me plaça à un endroit du cercle pendant que la tempête continuait de faire son bruyant soupir du aux vent et faire battre ses tambours de guerre avec son tonerre. On était bien, à l'abri ! Je me craqua un peu la nuque pour me préparer et je me mis en position de combat avant de dire avec un sourire digne des guerriers qui savent qu'un glorieux va se passer et qu'ils sont dans la bataille :

- Je vous attend !

Mais, avant qu'un combat ne commence, un éclair suivit du tonerre immédiat surgirent soudainement, la porte derrière Volteer s'ouvrit pour faire place à un dragon qui m'était famillier... Cyril ! Le Gardien de la Glace ! Il était trempé jusqu'aux os et dit alors :

- Je crains malheureusement que ce combat soit interrompu, messieurs, car nous avons à régler une affaire importante.

Il me fixa et me dit :

- Tient, mais voilà le remplacent du capitaine des gardes qui était assez fou pour tenir tête à Malefor et qui n'arrêtait pas d'enffreindre la règle de la parole durant la réunion. Et je vois que vous avez emporté votre famille avec vous.

- C'est toujours un honneur de vous voir, dis-je avec une pointe de salutation polie.

- Enfin bref, là n'est pas la raison pour laquelle j'ai du interrompre votre combat. Volteer, je te demande de venir dans la salle du bassin. Il y a là Terrador qui a été blessé par un objet tranchant à l'entrée du Temple. Une tentative d'assassina ! Malheureusement, l'assassin s'est vite échappé après que Terrador lui ai donné un méchant coup de griffe dans le museau et un mystère commence alors. Tout d'abbord avec cette question : Pourquoi une tentative d'assassina directement ici ? Enfin, bref, Volteer, je t'attend dans la salle. Et vous aussi, puisque vous êtes là, vous pourrez peut-être nous aider dans tout cela, fini-t-il en dirigeant son regard vers moi.

Il se retourna et rerentra dans la salle. Là, je vis Terrador, le Gardien de la Terre, trempé jusqu'aux lui aussi jusqu'aux os, boiter un peu de la patte avant gauche. En effet, sur son épaule gauche était une plaie assez longue et net, peut-être faite avec un poignard, saignant encore. Je soupira, me retourna vers Abyssa, qui tenait toujours Notad, et lui dit :

- Et c'est reparti ! Une pause encore mouvementée par tel ou tel évènement ! Une !

C'est vrai qu'à chaque fois que j'avais une pause, il fallait qu'une couille se passe et il fallait que je sois impliqué dans telle ou telle importante et parfois grave affaire ! Mais bon... Je me dirigea vers la salle où était Terrador, Cyril et où Volteer se dirigea. Il manquait plus qu'Ignitus, le Gardien du Feu, paix à son âme, et les quatre Gardiens étaient réunis ! Ce qui me fit quand même rire, intérieurement, c'est que les quatres éléments étaient réunis et ont aurait presque dit qu'il y avait les quatres Gardien si quelqu'un ne savait pas que je n'en était pas un. Là, je m'imagina comment je serait si je serais Gardien... Et je vis que ce serait complétement le bordel, ce qui me fit aussi rire intérieurement. Enfin bref... L'affaire ici était importante : Tentative d'assassina sur un Gardien. Je rentra dans la salle et Terrador, me voyant entrer, me dit :

- Bonjour, jeune dragon !

- Mes salutations. J'aurais préféré nous voir sous de meilleures hospices cette fois-ci. D'abord la guerre contre les hybrides, et maintenant une tentative d'assassina.

Cela fit sourire le Gardien de la Terre qui trouvait surement cela comique, sans l'être n même temps. Je m'asseya et j'attendis alors un peu plus d'info, voir même une discussion entre les gardiens, pour pouvoir peut-être aider...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Ven 20 Nov 2015 - 23:30

A ma proposition de combat réagit, pour ma surprise, non pas Igniis, mais le petit Notad. Ce dernier semblait réellement enthousiasmé par l’idée d’un affrontement entre son père et moi. Je m’amusais à regarder cette foi candide que le dragonnet possédait. Je m’amusais de cette prétention de la jeunesse, une sûreté qui manquait à beaucoup de dragons en grandissant. Je m’amusais à reconnaître que, bien souvent, les plus âgés avaient toujours des leçons à apprendre, et ces leçons provenaient des plus jeunes. Spyro m’avait appris des choses, même s’il ne le savait pas, qu’il était convaincu que c’était moi qui lui avait tout appris, mais l’édification avait été réciproque.

Enfin bref. Ici, Notad possédait une ardente envie de voir son paternel triomphait, relevant d’une part de fierté subjective. Je ne sais si cela motiva la future décision du père, mais ce dernier finit par accepter, disant que ce serait un bon entrainement, ce à quoi j’acquiesçais. Il se plaça tandis qu’un tonnerre tonitruant sonnait, et je me plaçai face à lui, souriant, dans un excès de confiance, mais aussi avec la perspective d’un combat intéressant, autant pour moi que pour lui, j’en étais convaincu.

Mais le destin décida d’un avenir bien différent, semblait-il, puisque nous fûmes tous interrompus par l’arrivée précipitée d’un de mes confrères : Cyril, Gardien de la glace. Je remarquai que même couvert d’eau sur son corps bleuté, il gardait ce port que je lui connaissais, droit et noble. Vraiment, rien ne l’empêchait de tourner les apparences en sa faveur, ce qui me frustrait légèrement, tout en l’admirant.

Le sujet de l’interruption fut brièvement expliqué, tellement vite que Cyril en oublia de me dire bonjour, alors qu’il l’avait fait pour Igniis. Je montrai légèrement mon désappointement, mais je n’en étais point plus affecté que cela. Après tout, j’étais habitué au caractère snob de mon confrère. Je m’égare… Cyril expliqua donc que Terrador avait été victime d’une attaque, et qu’il était blessé. Pas mortellement, ce qui me rassurai. Après tout, même s’il paraissait un peu brut parfois, il n’en demeurait pas moins un bon compagnon de discussion, parfois, et, plus simplement, un dragon de confiance et que j’appréciais. Cyril me demanda de le rejoindre, avec Igniis, dans la salle où j’avais entamé ma lecture. Naturellement, je le rejoignis, témoignant d’un Terrador blessé au niveau de l’épaule avant-gauche. La plaie saignait toujours un peu.

-Salutations, Terrador. Ne souffres-tu pas trop ?
-Ça va, mais j’irai encore mieux une fois que l’on aura éclairci toute cette histoire !
-Je comprends ton ire, mon cher.
-Bien, Volteer, intervint Cyril. Si tu as finis avec tes mondanités, peut-on commencer ?

Je ne dis rien, me contentant de pousser un léger soupir qui passa inaperçu dans la légère tension qui s’opérait en ces lieux. Que Cyril était terre à terre, parfois. Un beau langage est chargé d’un sens plus lourd, selon moi, et donc plus riche, mais peu importait, il avait raison, dans le fond. Il me fallait admettre ça.

-Certes, certes… Terrador, as-tu pu voir un peu ton agresseur ?
-Comme je l’ai expliqué à Cyril, il s’agissait d’un dragon, moins robuste que moi, quadrupède. Une queue pointue et tranchante, parce que je crois qu’il m’a touché avec ça.
-Une couleur d’écailles, peut-être ?
-Une couleur sombre. Peut-être du rouge-bordeaux, ou quelque chose s’en approchant. Tout est passé si vite. Vraiment, ce dragon n’est qu’un couard !
-Nous le retrouverons si nous commençons peut-être à balayer la zone, émis-je.
-Moi, je suis d’avis de penser qu’il s’est enfui à tire d’aile et qu’il se trouve maintenant bien loin. Une recherche me parait futile.

Je baissai légèrement la tête et réfléchit. La forêt qui entourait le temple était assez vaste, et il était vrai que si le dragon s’était envolé, alors il ne devait lus se trouver dans le coin. Néanmoins, je ne pouvais m’empêcher de penser que ces actions ne s’arrêteraient pas là.

-Tu as raison, Cyril, continuai-je. Cependant, je prévois des récidives. Si le dragon n’a pas réussi à faire ce qui lui a été demandé –ou qu’il a souhaité de son propre chef- , il est presque certain qu’il essaiera à nouveau, et peut-être dans des endroits plus éloignés que le temple. Il nous faudrait lui tendre un piège.
-A quel genre de piège penses-tu, Volteer ?
-Le leurrer. Terrador, étant donné que tu es blessé, tu seras, au goût de cet assassin, plus facile à éliminer. Moi et Cyril nous tiendrons dans les environs, cachés, évidemment, et nous interviendrons si l’individu venait à nouveau à tenter l’assassinat. C’est certes simple, mais je ne doute pas de l’efficacité. Qu’en pensez-vous, mes chers ?

Et la question s’adressait aussi bien à mes comparses qu’au dragon de feu qui nous avait suivi, ayant mis à l’écart sa compagne et son enfant. Ce n’étaient pas des discussions pour les jeunes dragonnets.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 22 Nov 2015 - 12:19

Pendant toute la discussion, je resta assis et écouta attentivement. Pourquoi un assassin se tirerais juste après avoir donné un coup qui ne fait rien de grave ? C'est ce que je me demanda. J'eu la description de l'assayant et j'entendis la proposition de Volteer. Je continuais à réfléchir quand, soudainement, j'eu une révélation. Après que Volteer ai posé sa question, je dis :

- Avant de dire "je trouve que ça serait une bonne idée", il faudrais que je vérifie quelque chose, et c'est très important.

Je me dirigea vers Terrador et lui dit :

- Pouvez-vous me montrer un peu la plaie, s'il vous plait ?

- Mais, que faites-vous ?

- C'est important, j'ai dit, dis-je d'un ton sec.

Terrador me regarda avec un de ces regards interrogatifs qui veulent dire beaucoup, avant de me montrer plus en détail sa blessure. J'appuya légèrement à une distance courte de le blessure, et je vis Terrador grincer des dents.

- Donc, douleur atroce quand on touche les écailles... dis-je pensivement à voix haute.

- Pourquoi plantez-vous une griffe sans ma blessure ?

- Mais que faites-vous ?

- J'ai dis que c'était important et je n'ai même pas touché la blessure. J'ai appuyé à côté, de sorte que cela ne fasse normalement pas mal. Ensuite...

Je regarda dans la blessure et je vis qu'une couleur argenté commençait à grimper tout doucement du fond de la plaie comme pour essayer de sortir de là.

- Liquide argenté dans la plaie...

Je voyais que Terrador et Cyril commençaient un peu à s'inquiéter. Puis, je vis que Terrador suait comme pas possible alors qu'il était posé et que la douleur était arrêté.

- Et enfin, suage à grosse goutte alors qu'il n'y a aucun effort. C'est bien ce que je me disais... On me la fait pas à moi, cette technique !

J'alla me positionner devant les trois Gardiens et je dis d'un ton clair :

- J'ai une mauvaise et une très bonne nouvelle, par contre, cette bonne nouvelle sera suivie d'un avertissement qu'il faudra respecter, vous verrez pourquoi.

Je pris une ou deux seconde de silence avant de continuer :

- La mauvaise nouvelle, c'est que l'assassin a réussi son coup.

Je vis tout le monde effaré de la nouvelle. Je continua sur le même ton :

- En effet, l'assassin a usé d'un poison, qu'il a mis sur sa lame.

- Et la bonne nouvelle ? dis Cyril, visiblement inquiet.

- Je vais d'abbord dire l'avertissement. Si Terrador "meurt" ne l'enterrez surtout pas ! Car, en effet, il ne sera pas mort à ce moment-là. Et c'est là qu'arrive la bonne nouvelle. Terrador, désolé de vous avoir inquiété, mais vous vivrez. Le poison utilisé va, dans 72 heures, agir et va vous plonger dans une mort artificielle. Ce qui veut dire que tout le monde autour de vous vous croira mort. On ne sentira pas votre poul, votre corps deviendra froid... Mais vous serez vivant à ce moment-là. Ce poison vous plongera dans un profond sommeil pendant 72 heures, donc trois jours.

Je sentis soudainement tout le monde soulagé. Je continua :

- Je ne m'y connais pas en poison, j'en connais juste deux ou trois, les principaux, comme le souffre ou l'arsenic, mais ce poison est extrêmement dangereux et efficace quand il est utilisé avec soin. Et c'est de ce poison qu'on nous a avertis chez les gardes et dans la guerre car il a fait tant de victimes. Ce poison, venant du Royaume de Garius, est souvent utilisé dans la guerre, ou quand on veut assassiner des gens capables de faire un enterrement rapidement et honnorer la tradittion. En effet, si vous êtes enterrés, quand vous vous réveillerez, vous suffoquerez et vous ne pourrez bougez. Vous tuant d'une asphyxie, je crois que ça se dit comme cela... Et, à la guerre, lorsqu'une personne est empoisonné par cela, c'est soit il meure au combat, et donc le poison est assez inutile à ce moment là, soit il meurt dans le camps et donc on le prend pour un cadavre. Et que fait-on des cadavres ? On les jette dans une fausse commune. Imaginez, vous vous réveillez sous une pile de cadavre, car il y en a beaucoup qui meurent en 72 heures, vous ne pouvez plus bouger à cause du poid, et vous mourrez, soit d'asphycie à cause de l'odeur de la chair en décomposition, soit de faim. Et, même si vous criez, on vous prendra comme un vulgaire blessé à qui on ne pouvait rien faire. La guerre est cruelle... Et on peut reconnaitre ce poison grâce à trois éléments ! Douleur extrême lorsque l'on touche les écailles à une courte distance de la plaie, car il faut blesser pour que le poison s'infiltre, couleur argenté dans la plaie et enfin, suage extrême, même si on ne fait aucun exercice physique ou mental...

Après avoir longuement décris les effets du poison et les conséquences, je repris mon souffle et je dis, pour finir :

- Donc, Volteer, pour ce que vous avez proposé, "Je trouve que ce serait une bonne idée". Malheureusement, pour leurre, il faudrait éviter que ce soit Terrador car l'assassin, ou les assassins, il faut tout prévoir, reconnaitrons la cible empoisonné. Et il n'attaquerons pas et, au contraire, ils vont te laisser t'empoisonner en compagnie des autres Gardiens. Il faudrait alors les attirer avec un autre leurre. Soit vous, Cyril, soit vous, Volteer, soit moi, sauf si leur but ne serait que d'assassiner les Gardiens...

Je me retourna, de soprte que je regarde les trois Gardiens en même temps et leur dit :

- J'espère que ce que j'ai expliqué vous suffira. Ce n'est pas au vieu qu'on apprend à faire la grimace, et c'est pas au vieux guerrier et au garde qu'on apprend à faire un meurtre de façon efficace...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 24 Nov 2015 - 18:04

Après avoir demandé un avis sur ce que je proposais, Igniis s’anima de propositions qui me laissèrent au début perplexe. Il souhaita examiner la plaie de Terrador, et tout le monde, bien qu’un peu apostrophé par cette demande et des actions qu’y performait le dragon de feu, y consentit.
 
Le dragon de feu nota trois effets auquel je ne restai pas impassible. Terrador avait mal, du liquide argenté dégoulinait un peu de la plaie, et il semblait atteint de fortes chaleurs. Je me maudis de ne pas avoir examiné s’il avait été empoissonné avant. Heureusement cette fois que le capitaine se trouvait là. Il était brillant, avait su analyser la situation à partir d’un rien et réagir en conséquence. Certainement aurais-je aussi trouvé, mais pour le coup, peut-être plus tard, peut-être trop tard.
 
Pour résumer, il s’agissait en effet d’un poison que je connaissais, et Igniis en résuma très bien son histoire. Je n’avais pas grand-chose à apporter en plus, si ce n’était que ce poison avait aussi été utilisé dans une guerre méconnue, sauf de quelques archives, qui avait confronté les créatures de la mer aux créatures du ciel, mais je sentais que là n’était pas le moment, et je m’en félicitais ! Car je préférais bien souvent ouvrir ma grande gueule ; les fois où je me retenais étaient rares, qu’ils en profitent !
 
—Eh bien, que de longs discours ! Dis-je enfin lorsqu’il eut fini. Vous me rappelez un peu moi alors que je n’étais âgé que d’une vingtaine de printemps… Oui, je me souviens que j’avais pour habitude de…
—Volteer, intervint Terrador. Je sais que ce que tu vas dire est intéressant, mais nous n’avons pas le temps.
 
Je ravalai maladroitement ma phrase et rebondit sur une autre.
 
—Oh oui ! Mes excuses Terrador, on va te sortir de là. Il nous faut donc un appâts autre que le Gardien de la Terre, selon vous, capitaine ? Fort bien.  A moins que Cyril veuille s’y opposer, je consens à servir d’appâts.
—Non, je préférerais que ce soit moi. Ma glace pourrait être plus utile pour paralyser l’ennemi.
—Mais ma foudre produirait le même effet. De plus, je suis le plus rapide entre nous deux, et je peux compter tout de même sur toi car tu seras dans les parages.
 
Je fis un clin d’œil auquel Cyril répondit par un léger gémissement d’approbation, un petit sourire étiré sur son museau. Même si nous nous embêtions souvent, cela ne nous empêchait pas de nous entendre comme deux confrères.
 
—Bon, d’accord Volteer, d’accord, mais par pitié, ne soit pas imprudent !
—L’ais-je déjà été ? Ah !
 
Je ris légèrement et me tournai vers Igniis.
 

—Bien, ceci ayant été mis au clair, je propose d’agir seulement demain. Pourquoi ? Parce que je pense qu’il ne reviendra pas tout de suite. Après tout, l’assassin pense avoir réussi son coup, et il souhaitera sûrement espacer chacune de ses attaques pour que l’on soit moins sur nos gardes. Evidemment, je suggère dans le doute que l’on reste très attentif et que nous soyons toujours groupés.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 24 Nov 2015 - 22:39

- Je pense que demain est la meilleure solution aussi. Au fait, puis-je me joindre à vous, demain, pour attraper cet assassin. Puisque je suis maintenant dans l'affaire pour essayer de voir qui est le ou les assassin, autant aller jusqu'au bout et attraper cet ou ces enfoirés. Mais, en attendant...

Un bruyant éclair se fit entendre et je sortit de la pièce. Mais, avant de sortir depasser la porte, je dis alors :

- ... Je vais passer un peu de temps avec ma compagne et mon fils, et les prévenirs pour demain, par la même occasion. Ha, et merci Volteer pour nous héberger cette nuit, car je sent que la tempête va être très longue.

Je laissa les trois Guardiens entre eux avec un fermement de porte. Notad était couché à côté d'Abyssa et il était presque endormis. Cela se voyait qu'il s'ennuyait. Abyssa, elle, caressait sa tête tel une mère possédant un grande affection. En même temps, c'est ce qu'elle était. Quand ils entendirent le bruit de la portent, mon fils leva soudainement la tête vers moi et coura pour me sauter dessus, et Abyssa se leva pour avancer lentement, mais avec sa démarche gracieuse de reine, tout en me faisant un petit sourire.

- Papa ! Tu es de retour !

- Alors ? Comment s'est passé cet entretient avec les trois Guardiens ?

- Et bien... On reste demain au temple, dis-je d'un ton gêné.

- Pourquoi, papa ?

- Pourquoi donc ?

Il répondirent tout les deux en même temps, ce qui fit rire un peu avant de répondre :

- Et bien, comme vous connaissez ma chance...

- Vol ? Meurtre ? dit Abyssa, visiblement habitué aux problèmes dans lesquels je m'empêtrais sans le vouloir car je suis au mauvais endroit au mauvais moment.

- Tentative d'assassina, et même d'empoisonement, sur un Gardien...

Elle soupira, mais était visiblement amusé pour ma grande chance, ou devrais-je dire malchance... Un autre grondement de tonnerre se fit entendre.

- Enfin bref... dis-je en me tournant vers Notad. Je vois que tu as l'air de t'ennuyer. Tu veux jouer ?

Il baya à s'en décrocher la machoire.

- Je ne pense pas... Toi tu es fatigué.

- Non... Je suis pas fatigué...

Je me coucha vers un des mur de la pièce et il vint à côté de moi.

- Aller vient te coucher. Je vais te raconter une histoire...

- D'accord, répondit-il en bayant et en se couchant.

Je réfléchis à une histoire quelques seconde puis, quand je la trouva, je commença :

- Il était une fois un jeune et petit dragon, gris comme la cendre, entouré de ces deux grands frères. Ses deux grands frères aimaient faire remarquer sa petite taille car, eux, étaient presque des géants pour leurs âges. Ils lui criaient trois fois par semaine :
- Le petit dragon ne sera jamais grand. Il sera toujours petit. Toujours un enfant, on se moquera de lui !
Mais, leur mère, par contre, leur craient :
- Arrêtez de vous moquez de lui. Sa petite taille lui donne tant de soucis !
En effet, Fray, car telle était son nom, souffrait de sa petite taille. Les dragons adultes, s'ils ne font pas attention à lui, lui marchaient dessus. Les personnes de sa classe le faisaient passer pour un bébé, sa vie était un enfer.
Mais, un jour, tout changea.
C'était un paisible jour d'été. Les oiseaux chantaient, le soleil frappiait, le ciel était bleu et sans aucun nuage. Fray et sa famille habitaient dans une maison faite entièrement de bois à côté d'un village et d'une rivière. Yor et Yir, telles étaient les noms des grands frères, jouaient avec une loupe. Quand la mère les appela pour rentrer, en fin d'après-midi, ils posèrent la loupe entre deux branche. Mais le soleil était encore brûlant. Quelques minutes après qu'ils soient rentrés, le soleil, tellement fort grâce à la loupe, commença à mettre le feu à la maison. Puis, tout commença à brûler, tout le monde était affolés. La sortie fut malheureusement innaccessible, sauf pour une personne de très petite taille.
- Ô petit chèrs frère ! commença Yor.
- Nous sommes désolés de t'avoir autant insulté, finit Yor.
- Ne vous en faites pas, mes frères, dit Fray à sa famille, je vais sortir, grâce à ma petite taille et tous vous sauver.
C'est en effet ce qu'il fit. Il sortit par la petite entrée et rejoignit en courant le village d'à côté en hurlant :
- Au feu ! Au feu ! Venez m'aidez ! Je vous en supplie, venz les sauver !
Tout les villagoprirent leur sceau d'eau et les remplirent à la rivière, tandis que les dragons de vent virent verla maison pour souffler, grâce à la puissance de leur souffle, le feu qui entourait la grande cabane. Tout les sceau d'eau fjeté, tout les vents furent soufflés, et la maison fut sauvé. La nuit, lorsque Fray alla se coucher chez ses voisins, qui reconstruiraient la maison le lendemain, sa maman, au lit, vint le voir avant qu'il dorme et lui dit :


Abyssa vint vers moi et compléta l'histoire :

- Ô Fray, mon tout petit. Tu peux maintenant être endormis. Aujourd'hui, tu as sauvé des vies, et pour ce soir je te dis "Bonne nuit."

- Alors, depuis ce jour, Fray fut considéré comme un héro et personne ne se moqua plus de sa petite taille. Fin.

Noatd était profondément endormit près de moi à la fin de l'histoire. Je lui fit un baiser paternel et lui dit :

- Bonne nuit mon grand.

Quelques minutes après, j'entendis la porte menant vers la salle où étaient les trois gardiens s'ouvrir...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Sam 28 Nov 2015 - 19:02

Le dragon qui répondait au nom d’Igniis approuva ma proposition, ce qui me fit hocher la tête. Au moins n’étais-je as trop vieilli du cerveau, ça aurait tout de même été une mauvaise chose pour un Gardien, non ?
 
Toujours était-il que le capitaine demanda s’il avait l’autorisation se nous rejoindre dans cette traque. Un éclair tonna, et le dragon rouge en profita pour partir, racontant qu’il souhaitait rejoindre sa famille. J’étais d’accord, il fallait bien qu’il les rassure. Il me remercia pour avoir décidé de les héberger, et cela me permit de rebondir :
 
—Ne t’en fait pas, il est normal que ce refuge ne soit pas que le nôtre. Les Gardiens ont pour but de partager, et cela ne s’applique pas simplement au plan psychique. Nous sommes tous prêts à aider les autres dragons dans le besoin. Repose-toi donc avec ta famille. Oh, et je pense ne pas trop m’avancer en disant que tu peux nous rejoindre.
—Non en effet, confirma Cyril.
—Ce pourrait même être gratifiant… Confirma Terrador.
 
Je sentais que mon ami de terre avait une voix un peu tremblante. Je laissai Igniis s’en aller, et une fois que la porte fut refermée, je m’adressai directement à Terrador.
 
—Te sens-tu bien, mon ami ?
—Je suis à peu près rassuré, mais je n’ai pas envie de…
 
Je m’approchai de lui et posa matte sur son épaule. Il ne réagit pas, se contentant de regarder ma patte jaune sur son corps, avec un regard préoccupé. Sa gueule ne montrait pas qu’il était rassuré, mais plutôt un peu inquiet.
 
—Igniis l’a dit, tu ne mourras pas vraiment, et je sais qu’il a raison. J’ai moi-même pu être témoin des effets de ce poison.
—Toi ? Posa Cyril, interloqué.
 
Je répondis par un hochement de ma tête et sourit à Terrador, avant de revenir à ma place initiale.
 
—Souhaitez-vous que je raconte la première fois que j’ai rencontré ce poison ?
—Pour une fois, je ne dirais pas non.
—Fort bien ! M’écriai-je, un grand sourire sur mon visage.
—Oh, bon sang… Maugréa d’avance Cyril.
 
Je m’asseyais, ma queue étendue au sol et immobile.
 
—C’était un moment de cela. Je n’étais encore qu’un très jeune dragon. Voyons voir… Oui, je ne devais pas avoir plus de la vingtaine. A cet époque, il y avait à Warfang un groupe révolutionnaire qui s‘appelait « Les griffes écarlates ». Il prônait des idées assez radicales, souhaitant mettre au pouvoir des puissances militaire. « Dans le but de mieux protéger la cité », disaient-ils. C’était une belle idée, mais ils étaient prêts à sacrifier un bon nombre de vie pour assurer cette sécurité et présentaient des idées peu tolérantes. Pourtant la popularité de ce groupe grandit, et il y eut alors une guerre civile entre les forces de Warfang et ce groupe qui n’hésitait pas à s’en prendre aux civils pour revendiquer leurs idées.
—Oui, j’ai participé à ce conflit aussi, intervint Terrador.
—Toujours était-il que les moyens de combattre des troupes de Griffes écarlates n’étaient rien comparés à la puissante force de Warfang. Ils se servaient donc de ce poison qu’à décrit Igniis, car il était facilement trouvable et même peu couteux. Donc, on a très rapidement vu des dragons de Warfang tomber après les affrontements, à cause de ce poison. Il était assez inconnu à cette époque encore, et nous n’étions pas certains de ses effets. Heureusement, comme je lisais beaucoup, les symptômes dont étaient atteints ces dragons me revinrent en tête. Je parvins à retrouver le poison dans un livre que j’avais déjà lu – Car oui, j’adorais déjà lire à cet âge-là ! – Ainsi, moi et quelques autres dragons avertis de ce danger prévinrent les troupes de Warfang, et il y eut un peu moins de pertes à cause de ce poison au final, ce qui fut l’une des conditions à la victoire de notre glorieuse cité.
—C’est grâce à toi ? Ah ! Allons Volteer…
—Pas que moi non. D’autres savaient déjà de quoi il s’agissait bien avant moi. Je n’ai fait que participer à la propagation du savoir à propos de ce poison.
—Oui…
 
Un autre éclair gronda dehors. Je me relevai, considérant mon histoire finie. Pour une fois, e ne m’étais pas trop étendu, du moins pas trop, du moins… A mon sens. Mais peu importait.
 
—Où vas-tu ? Demanda Cyril.
—Errer. C’est ce que je fais quand je suis un peu préoccupé et que quelque chose se prépare. Tu sais, dans ces conditions-là, il faut toujours que je bouge. Ce n’est pas quelque chose que je peux contrôler. Ça vient, comme ça, simplement. Un peu comme mon envie de parler, c’est exactement la même chose ! Une incontrôlable tendance que fait ce que nous sommes, qui nous constitue, puisqu’au final, sans ces étranges…
—Oui oui, j’ai compris ! Va !
 
Je ris et regardai une dernière fois Terrador. Celui-ci était moins d’humeur à se réjouir. Je pouvais le comprendre, et cela me frustrait un peu de le voir comme cela. Je lui fis un clin d’œil.
 
—Ne te fais pas trop de soucis.
—Oui, merci Volteer…
 
Je sortis par la porte, et je retrouvai la famille d’Igniis. Le jeune Notad s’était endormi. Je les saluais d’un geste de la patte, en soupirant.
 

—Ah ! Comme je m’y attendais, Terrador n’est pas aujourd’hui le plus serein des dragons. Je peux le comprendre. Même s’il n’a pas à s’en faire, l’idée de mourir, même pour une certaine période, ne doit pas être agréable, surtout pour un dragon dont le code d’honneur est fondé sur ses faits d’armes. Un guerrier qui meurt, c’est un peu l’arrêt de toute sa gloire qui reste figé seulement dans les mémoires. Terrador pense qu’il est encore loin d’avoir accompli tout ce qu’il pouvait. Je le suis dans cette idée, mais cela ne lui fait que plus encore redouter la mort. Viendra un moment où il devra partir et il en sera satisfait, certain d’avoir fait le plus possible et d’avoir profité au maximum. Mais l’heure n’est pas venue. Pas encore. Nous arrêterons ce meurtrier.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 29 Nov 2015 - 17:33

- C'est vrai qu'un jour, tout le monde expire son dernier soupir. Et je pense que Terrador n'a pas à s'en faire. Ce souvenir ne restera que dans nos mémoires... Mais l'empoisonneur, lui, est en train de croire qu'il va vraiment mourir, et nous l'arrêterons pour que son audace soit punie et aussi pour voir s'il y a quelqu'un d'autre qui tire les ficelles... Je trouve que ça lui ferait les pattes si Terrador le regarde dans les yeux et lui dise qu'il a foiré son coup...

Je sentis Notad gémir dans son sommeil et s'agripper à moi, comme il le ferait avec un doudou. Abyssa vint vers nous pour nous dire à voix assez basse :

- Tout ce que vous dites est interressant, et c'est toujours drôle pour moi de voir mon Igniis dans des tas d'ennuis, mais je pense que vous devriez parler moins fort. Notad risque de se réveiller et il est très fatigué. Sans oublier que ce n'est pas vraiment une discussion pour les dragonnets comme lui.

- C'est vrai, dis-je à voix basse avec un sourire avant de me retourner vers le Gardien de l'Electricité Enfin bref, je pense qu'il faudra bien se cacher, demain. Et, peut-être se préparer à l'éventuallité qu'ils essayent de s'y mettre à plusieur... On ne sait jamais. Cela me rappelle fortement une technique dassassina de masse. En effet, à Warfang, un dragon fut assassiné et, croyant que ce ne fut qu'un seul assassin, des gardes ont essayé de le retrouvé. Mais ils ne s'attendais pas qu'il y avait une embuscade car ce fut un groupe qui les attendit. Et, dans ce groupe, il y eu l'assassin. Ils eurent bien du mal à s'en débarasser... Mais ils ont quand même réussit au malheureux prix de deux morts.

Notad me serrait encore plus, ayant visiblement besoin d'une étreinte dans son sommeil. Je lui caressa du bout de mon museau sa tête et il sembla se calmer un tout petit peu. Il dormait à patte fermés comme un bébé...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 30 Nov 2015 - 19:05

Nous discutions tranquillement avec Igniis à propos de Terrador, et de l’envie que nous partagions d’arrêter cet assassin qui avait voulu attenter à la vie, la charmante compagne du capitaine vint nous avertir que la discussion endiablée que nous débutions risquait fortement de déranger le sommeil de ce jeune dragon électrique. Igniis baissa le ton, et je fis de même suite à ce qu’il me raconta sur son plan et ses suppositions quant à l’attaque de demain.
 
—C’est une éventualité qu’il ne faut pas omettre, en effet. Voilà ce que je te propose : es-tu assez familier avec ton élément pour savoir placer des runes ? Je dois avoir encore dans ma chambre quelques parchemins runiques. Ils permettront de donner un peu de notre énergie à l’intérieur du parchemin, et enfoui dans le sol, ils peuvent se révéler être de puissants pièges. Je pense que cela pourrait être une bonne solution pour prévenir d’une attaque de masse. De plus, mes talents de combats me permettront de me charger de plusieurs adversaires, je n’en ai pas trop peur, non.
 
Je m’installai moi-même en face du capitaine, le regardant avec beaucoup de compassion, surtout, en réalité, pour son fils qui répondait au nom de Notad. Il était bien endormi, blotti à son père, à la manière de tous ces jeunes dragonnets. Je souris au père.
 

—Il est étrange qu’il ne possède pas le même élément que vous. Est-ce votre fils de sang ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 30 Nov 2015 - 22:10

- Hmmmmm... J'avous que j'ai juste entendu parler des runes de nom, mais je n'en ai jamais vu en action... Ni même expérimenté celles-ci... Et, à ce qu'il parait, cela renforce l'élément du dragon... C'est vrai que, si les runes peuvent fairent n'importe quelles attaques d'éléments, cela peut être très utile... Et surtout destructeur.

Je tourna la tête versNotad, qui dormait profondemment, puis, je répondit à la question de Volteer :

- Et non... Ce n'est pas mon fils de sang. Mais mon fils adoptif. Je l'ai adopté dans l'ancienne antre de Cynder, après avoir tué le Nécromancien de Malefor. Ce sadique avait tué ses parents devant ses yeux en les poussant vivant dans le liquide de résurrection. Comme il n'avait plus de famille et qu'il ne pouvait se débrouiller seul... Je lui ai redonné une chance. Je pensais que j'allais faire une connerie, au début, car j'étais dans une assez mauvaise situation financière, mais j'avous que si je devais refaire cette "connerie", je la referais tout les jours.

Je me retourna vers le Gardien pour lui dire :

- Mais, revenons aux runes... J'avous que ce genre d'instrument m'intéresserait. Cela pourrais remplacer certaines armes au corps-à-corps, voir même à distance., comme les arbalètes.

Abyssa vint se coucher juste à côté de Notad, pour qu'il soit entre ses deux parents et que cela lui apporte plus de réconfort pour son sommeil. Puis, je continua, après avec fait une étreinte à ma compagne :

- Enfin bref... J'avous que l'apprentissage des runes serait très bon pour moi. Surtout avec les évènements passés... Cela aurait été très utile.


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 3 Déc 2015 - 14:18

—Hmm… J’avoue que j’ai juste entendu parler des runes de nom, mais je n’en ai jamais vu en action, ni même expérimenté celles-ci. Et, à ce qu’il parait, cela renforce l’élément du dragon. C’est vrai que, si les runes peuvent faire n’importe quelles attaques d’éléments, cela peut être utile, et surtout destructeur.
 
J’hochai la tête silencieusement, ne souhaitant rien rajouter de plus, du moins pour l’instant. L’éclairage qu’il apporta sur son enfant, le jeune Notad, m’intéressa davantage. Il raconta, pour en faire un bref résumé, il avait trouvé ce jeune dragon seul, ses parents tué par un nécromancien. Igniis avait décidé de le prendre sous son aile ; un comportement que je trouvais magnanime, et plein de bonne volonté. Il parlait de cela comme une « connerie », mais je pense qu’il avait fait au mieux. Je l’encourageai dans ce sens.
 
—Ce que tu as fait est noble, tu n’as pas à considérer cela comme une bêtise. Je crois que j’aurais réagi de la même sorte, et puis… Il semble te prendre pour un très bon père, sois en fier, c’est bien là une récompense pour ta bonne action.
 
Il continua ensuite à parler des runes. Visiblement, ce sujet avait attisé la curiosité du dragon de feu, ce qui me fit sourire. Je me remis en mouvement et alla chercher dans ma chambre un parchemin spécialisé pour le placement d’une rune. Ces derniers n’étaient pas très communs, car, comme le disais Igniis, se pouvait être des objets très puissants, et seuls les puissances militaire pouvaient se vanter d’en avoir à Warfang, ce n’était pas réservé à un usage civil, seulement militaire sauf certaines exceptions, bien sûr, comme pour moi. En tant que Gardien, j’avais le droit d’en demander quelques-uns histoire de protéger le temple. Cela aurait pu changer bien des choses, des années auparavant, lorsque les sbires de Malefor sont venus ici et ont tout ravagé… Je soupirai en repensant à cela, puis dessina un sourire sur ma gueule en retournant à Igniis. Une fois dans la pièce, je lui montrai le parchemin.
 

—Viens donc que je t’apprenne la manipulation de cet objet. Ne vous en faites pas, Abyssa, cela ne fera aucun bruit et ne perturbera en aucun cas le sommeil du jeune Notad.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 3 Déc 2015 - 20:47

J'avais vu Abyssa ne pas vraiment sourire quand Volteer revenir avec un parchemin. Et je pense que celui-ci le vit quand il revint puisqu'après m'avoir dit que les runes écrites sur le parchemin pourraient m'entrainer, il rassura ma compagne en disant que cela ne ferait aucun bruit. Elle soupira quand même un petit peu. Je me retourna vers elle et lui dit :

- Ne t'en fais pas, ma reine, si cela réveille Notad, je ferais en sorte qu'il se rendorme et je prendrais toute les fautes pour moi. Donc... Volteer. Merci pour ce parchemin... finis-je en me retournant vers le Gardien de Foudre.

Je posa mes yeux sur le parchemin et je commença à lire à voix basse ce qui était écrit :

-
Runes d'apparition d'élément

Les runes d'appartion d'éléments servent à faire apparaitre l'élément du dragon qui les utilise.
Cette magie, quoique très peu couteuse en énergie vitale, peut s'avérer dangereuse suivant son utilisation.
En effet, si l'élément est de type destructrice, comme les quatres élément principaux de la chaine élémentaire, c'est à dire le Feu, la Glace, l'Electricité et la Terre, et que les intentions sont de tendre un piège, il suffit de tracer une rune élémentaire au sol et d'attendre la personne à piéger soit sur la rune pour l'activer.
Mais elles peuvent aussi être protrectrice. Puisque, dés lorsque l'élément sort de la rune, le dragon l'ayant tracé peut la contrôler à volonter, à condition de puiser dans son énergie. Donc, l'élément peut aussi servir de bouclier, si le déplacement de l'élément en question le permet et si l'élément en lui même le permet aussi.
Plus l'utilisateur s'éloigne de la rune, plus l'énergie utilisé pour l'activer est grande.
Si trop d'énergie est dépensée, l'utilisateur peut mourir, malgré le fait que la rune ne coûte, à la base, presque rien.
Il y a, ci-dessous, un exemple de rune élémentaire, la moins couteuse en énergie.


La rune qui était inscrite formait un carré, dans lequel une croix prenait place avec, aux extrémité de celle-ci, les extrémités du carré. Il y avait, enfin, dans chaque partie que faisait la croix dans le carré était un point en son centre. Ce n'était donc pas compliqué à tracer sur le sol et rapide. Je repiris alors à voix basse la petite note qu'il y avait en dessous :

- Petit rappel : Le contrôle des éléments se fait par le mental de l'utilisataire. La pensée est une priorité car il faut penser aux mouvements et/ou à la forme voulue pour que l'élément fasse le travail demandé. Et la pensée doit aussi activer la rune. Il faut donc avoir un bon mentale et une bonne énergie pour contrôler les runes à la perfection.

Je repris un peu ma respiration et je dis :

- Ouai... C'est vrai que ça a l'air bien destructeur si on les utilise pour des fontions destructrices. Si vous permettez... Je vais essayer...

Je me tourna vers Notad, toujours endormis, et je le poussa délicatement hors de moi sans le réveiller. Il fit quelques gémissements, mais rien d'autre et ne se réveilla pas. J'alla me placer au centre de la pièce. Je respira un bon coup. C'était, en même temps, la première fois que j'utilisais les runes et, come l'a décrit le parchemin, cela enlevait une certaine quantité d'énergie. Je me préparait mentalement à l'utilisation.

Après quelque secondes, je commença à tracer la rune. Je ferma les yeux, et baissa la tête quand elle fut tracé. Puis, j'ordonna mentalement qu'elle s'active. Je sentis une certaine chaleur en dessous de moi. Puis, j'ordonna que l'élément forme une sorte de sphère autour de moi, comme le ferait un bouclier magique.  J'ouvris enfin les yeux...

J'avais réussi !

Un puissant feu silencieux se formait en sphère autour de moi. Puis, j'ordonna que cette sphère s'agrandisse et augmente en intencité. Le feu s'illumina un peu plus, et la spère s'agrandissait petit à petit. Je sentait cette magie commencer à m'épuiser comme une heure de combat au corps-à-corps. Puis, j'ordonna que ce feu se transforme en une sorte de boule de feu pour qu'elle me tourne doucement autour. Je sentis la chaleur intense quand la flamme passa près de moi en tournant lentement autour de moi. Je sentais mon énergie s'épuiser petit à petit. Puis, j'ordonna que la vitesse augmente et la magie s'executa si bien que mon énergie s'épuisa aussi vite que la vitesse à laquelle tournait autour de moi le feu avant que celui-ci rétrécisse petit à petit avant de disparaître en un petit flash lumineux ! C'était la première fois que j'avais expérimenté les runes, et j'avous que je l'en sortait plutôt bien pour un premier essai...

Mais, au final, j'était assez épuisé, même si j'avais eu pire, et je respirait par accouds. Je transpirais, mais pas autant que lors des glorieuses batailles auquelles j'avais participé. Je me tourna vers Volteer, et je lui dit :

- Alors... Comment était... Ce premier essais au niveau des runes ?... J'ai expérimenté juste la première qui était inscrite sur le parchemin....


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 6 Déc 2015 - 17:32

Igniis me remercia et s’empara pour lire le contenu du parchemin. Ce que j’avais oublié de vérifier, c’était la puissance de la rune que j’avais donné, mais en y jetant un rapide coup d’œil, par-dessus l’épaule du capitaine, je pus me rendre compte que ce n’était pas la rune la plus dangereuse à manipuler, bien qu’elle puisse, à force d’usage, tuer, mais j’avais confiance en Igniis. Il était assez adulte pour savoir quand il fallait s’arrêter.
 
Le dragon de feu se mit au centre de la pièce  et commença à tracer la rune sur laquelle il s’apprêtait à expérimenter. Je décidai de reculer un peu, au cas où il ne contrôlerait pas bien ce nouveau pouvoir et puisse me toucher sans le vouloir. La chose qui était importante à retenir lors de la manipulation d’une rune, c’est que la concentration était la chose primordiale en plus de surveiller constamment sa réserve d’énergie. En effet, le déplacement dans l’espace d’un sort désiré dans la rune requiert beaucoup de concentration, et un mental encore plus grand lors d’une bataille.
 
Igniis essaya une fois, et en une seule fois il parvint à plier la rune à sa volonté. Il « jouait » avec, invoquant une boule de feu qui se déplaçait dans différentes directions. Ce qui était fascinant, c’est que je pouvais comprendre exactement la pensée d’Igniis au moment où il manipulait cette boule de feu. Je souris lorsqu’il arrêta tout et me regarda, semblant lui-même satisfait de son premier essai, bien qu’il apparaissait plutôt affaibli. De la sueur dépassait d’entre ses écailles, et sa respiration était plus irrégulière.
 
—Alors… Comment était… ce premier essai au niveau des runes ? J’ai expérimenté juste la première qui était inscrite sur le parchemin.
—Un délice pour le regard ! Exclamai-je avec un grand sourire. Tu as manipulé cette rune avec une grande dextérité. Je pense que cela est dû à ta lourde expérience en tant que soldat. Un jeune dragon aurait sans doute eu beaucoup plus de mal, et c’est normal. Ah, ce que tu m’as montré me fait penser à moi quand j’étais plus jeune. Dès 12 ans, j’ai dû apprendre à maîtriser les runes les plus basiques, et ce n’est pas si facile. J’ai beaucoup butté au début, mais quand on finit par s’accoutumer à cette nouvelle méthode, ça devient un vrai jeu d’enfant, même quand les runes se complexifient !
 
Je secouai légèrement ma tête, souhaitant revenir au sujet principal.
 

—Enfin bref, je pense que des runes électriques ne seraient pas de trop. Je compte bien paralyser, et pas tuer, dans la mesure du possible. Nous ne sommes pas des barbares, et il serait bon de pouvoir interroger le – ou les – assassins.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 7 Déc 2015 - 20:55

Je me redirigea vers le parchemin et je vis une autre rune en dessous d'un petit texte :

La rune ci-dessous est une rune bien plus puissante que la dernière. Elle puisera plus d'énergie vitale, et l'élément aura encore plus d'intensité et de puissance.


La rune était un rond avec, à l'intérieur, un carré et un triangle isocèle ainsi qu'un point en son centre. Elle était, pour moi, aussi facile à tracer que la dernière. Et j'avais même une petite idée sur comment m'entraîner avec.

- Si vous le voulez bien, je vais tenter une dernière chose pour m'entrainer.

Je me remis au centre de la pièce. J'inspira un bon coup en me préparant mentalement et physiquement à ce que j'allais faire. Le silence était complet et dura une petite minute. Une fois que je me sentis assez prêt pour commencer cette chose, je respira un grand coup... Et j'enflamma mes écailles ! Puis, je dessina la rune devant moi. Je recula de quelques pas, et j'ordonna l'activation de celle-ci.

Le feu qui sorti de la rune fut puissant. Cela, je le sentait avec la soudaine petite fatigue qui me submergea. Là, j'ordonna que le feu fasse une forme précise. L'élément augmenta en taille devant moi, et il se métamorphosa en une créature quadrupède. Enfin, il avait achevé la forme demandé. Car devant moi...

... Il y avait un dragon, fait tout en flamme. Il y avait un atronaque, un élémentaire de Feu.

- Bien... Maintenant que les préparatifs sont terminés... Passons à l'action !

Mentalement, je donna l'ordre à ma création de m'attaquer avec toute les attaques possibles. Il fonça sur moi et esseya de me donner un coup de griffe. Je l'esquiva en roulant sur le côté. Je me releva et alla lui donner un coup de corne. Puisque cet élémentaire était relié à mon mental, il savait ce que j'allais faire. Il esquiva au dernier moment pour me donner un méchant coup de crocs enflammés. Heureusement que mes écailles étaient en feu. Je sentis juste une température plus haute à l'endroit où les crocs artificiels agissèrent. Pour que cela cesse, je passa au travers des flammes et traversait l'élémentaire. Celui-ci se retourna vers moi. Et m'attendis. Il avait pris une de mes stratégies de combats. Je décida de ne penser à rien pendant un moment, à part à ne pas tomber de fatigue car je commençais à être vraiment crevé. Puis, au dernier moment, je réuni mes dernières forces et je lui sauta dessus en lui donnant un coup de griffe. Celui-ci, quand il atteignat l'atronaque, fit complètement disparaitre en un flash lumineux ma création.

Il faisait alors sombre. L'obscurité se réinstalla brusquement. J'étais épuisé et j'avais fait disparaitre l'élément de la rune. J'était en sueur et je respirais assez bruyamment. Je me retourna vers Volteer et Abyssa pour leur dire en reprenant mon souffle.

- J'espère que vous avez bien regardé... Car je ne le referais pas ce soir !

J'avais un sourire aux lèvres et je revins à côté de Notad, qui était toujours endormit. J'étais vraiment épuisé...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Ven 11 Déc 2015 - 1:40

Je pensais que cette rune suffirait à Igniis. A vrai dire, je ne pensais même pas qu’il aurait l’idée de s’en servir. Il avait juste lu la notice, et maintenant, il semblait comprendre toutes les subtilités. Il n’était vraiment pas un imbécile. Au contraire. Je fus davantage surpris lorsqu’il eut en tête de recommencer, alors que la première expérience semblait déjà avoir puisé dans beaucoup de ses forces.
 
—Si vous le voulez bien, je vais tenter une dernière chose pour m’entrainer.
—Es-tu sûr? Demandai-je, surpris. Vous êtes déjà fatigué, je ne suis pas sûr que…
 
Mais il ne me laissa pas terminer. Ah, je compris qu’il s’agissait de toute évidence d’une question purement rhétorique. La fougue des plus jeunes était décidément déconcertante parfois. Tandis qu’il traçait la rune au sol, aussi excité qu’un dragonnet qui fait son premier vol, je remuais la tête, figé dans un sourire surpris. Le capitaine fit apparaître par la puissance de son mental un dragon purement fait de feu.
 
Il le combattit. La rixe fut brève, mais enflammée – pardonnez-moi l’expression. Le combat se prolongea jusqu’à ce qu’Igniis triomphe. Le dragon de feu se dématérialisa devant les yeux de tous. Le capitaine se tourna vers nous. Il suait davantage, et semblait même prêt à s’écrouler, mais je fus surpris qu’il ait eu la force de faire une invocation de cette ampleur, et de pouvoir continuer un combat en plus. Ce dragon avait beaucoup d’énergie, même plus qu’un jeune dragonnet !
 
—J’espère que vous avez bien regardé… Car je ne le referais pas ce soir !
—Ah, j’aurais tellement aimé, pourtant, dis-je en riant.  C’était un spectacle absolument époustouflant, ahurissant, incroyable, somme toute. Oui, une belle démonstration de vigueur et de force, capitaine. J’ai beaucoup apprécié le moment où tu lui es passé à travers, et quand tu as enflammé tes écailles Woosh ! Avec des étincelles partout. Un spectacle rutilant, d’une beauté exclusive… J’ai bien aimé votre prestation.
 
Je lui sourit et entendit un nouvel éclair. Il faisait plus sombre à présent.
 

—Mais je crois que personne ne feras plus ce soir. La nuit est tombée, et il faut que vous vous reposiez tous. Profitez du gîte que nous vous offrons, et j’espère que vous apprécierais le séjour ici.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Sam 12 Déc 2015 - 10:33

Haaaa... Volteer. Les dires étaient bien vrai, quand tu parles, c'est presque impossible que tu t'arrêtes. Quand il me dit toutes ces louanges, je ne pus m'empêcher de sourire et de laisser échapper un rire en un :

- Tsssss...

Un nouvel éclair éclata, je me coucha et Volteer dit qu'il était mieux que l'on se repose tous.

- C'est vrai qu'il vaudrait mieux nous reposer... Ha, et au fait, quand j'ai enflammé mes écailles... Ce n'était pas une histoire de rune. C'est juste moi qui sait faire ça.

Mes yeux commencèrent à se fermer tout seul à cause de la fatigue et j'avais du mal à les faire rester ouverts.

- Enfin bref... Je pense que j'ai vraiment besoin d'un peu de repos, là... Je pense que j'en ai trop fait pour un début d'entrainement, dis-je en riant. Au moins, on peut dire que les runes peuvent être vraiment destructrices... Pour cela qui la trace et celui qui subit l'élément... Mais bon, je ne pense pas que ce soit le moment d'en parler plus... Je vais donc vous dire bonne nuit...

Abyssa se lova contre moi et je m'enroula autour de Notad, dormant encore, tel un père protégeant son enfant et le réconfortant. Un éclair éclata encore, et je sentis Notad se tenir à moi, comme s'il cherchait du réconfort. Il avait encore un peu peur de l'orage, malgré toutes les paroles réconfortantes que je lui ai dis dessus...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 17 Déc 2015 - 21:20

Après que j’ai formulé me demande indirecte d’aller tous nous reposer, Igniis alla se cocher auprès de sa compagne, et plus particulièrement de son jeune fils. Il m’expliqua que sa capacité à embraser ses propres écailles n’était pas du fait de ses runes. Je le savais déjà, mais je me contentai d’acquiescer pour ne pas m’embraquer dans plus de paroles… Attend, c’est moi qui dis ça ?
 
—Enfin bref, je pense que j’ai vraiment besoin d’un peu de repos, là… Je pense que j’en ai trop fait pour un début d’entrainement. Il rit. Au moins, on peut dire que les runes peuvent être vraiment destructrices… Pour cela qui la trace et celui qui subit l’élément… Mais bon, je ne pense pas que ce soit le moment d’en parler plus… Je vais donc vous dire bonne nuit.
—Oh oui, destructrice est bien le mot ! Mais je n’aime pas l’employer alors que nous allons simplement capturer un assassin. Disons plutôt pratiques, utiles, pragmatiques… Tout simplement bien à utiliser dans la conjecture actuelle d’un assassin à capturer… Vous avez raison, nul besoin d’en parler plus avant, je vais vous laisser dormir, vous plonger doucement dans vos rêves les plus fantaisistes. Ah ! Que c’est beau de rêver, c’est un plaisir inconscient dont on n’a conscience que lorsque l’on est conscient. Ainsi, nous sommes continuellement dans le rechercher de bon moment que l’on ne peut vraiment atteindre. Evidemment, il s’appose au cauchemar qui…
 
Je vis alors Notad bouger un peu. Je mis une patte sur ma gueule et hocha significativement la tête, tout en m’en allant, pour ne pas déranger davantage. Je murmurai un rapide « Bonne nuit » et je filai dans mes quartiers communs avec les autres Gardiens. Je m’endormis rapidement et commençai à rêver d’un ancien livre que je récitai pendant mon sommeil, entre deux ronflements.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Sam 19 Déc 2015 - 12:53

Volteer, après que j'ai fini de parler, me dit avec sa vitesse de parole habituelle :

- Oh oui, destructrice est bien le mot ! Mais je n’aime pas l’employer alors que nous allons simplement capturer un assassin. Disons plutôt pratiques, utiles, pragmatiques… Tout simplement bien à utiliser dans la conjecture actuelle d’un assassin à capturer… Vous avez raison, nul besoin d’en parler plus avant, je vais vous laisser dormir, vous plonger doucement dans vos rêves les plus fantaisistes. Ah ! Que c’est beau de rêver, c’est un plaisir inconscient dont on n’a conscience que lorsque l’on est conscient. Ainsi, nous sommes continuellement dans le rechercher de bon moment que l’on ne peut vraiment atteindre. Evidemment, il s’appose au cauchemar qui...

Notad commença à bouger. Le bruit devait sûrement le déranger... Et Volteer a du sûrement comprendre cela car il ferma avec sa patte son museau et nous dit un rapide "Bonne nuit" avant de s'en aller. Je ne pus me retenir de pousser un soupir amusé avant de dire à voix basse :

- Bonne nuit...

Je me tourna vers Abyssa, qui avait sa tête sur moi, et je l'enlaça amoureusement pour lui dire bonne nuit. Après cela je m'enroula autour de Notad et je posa ma tête sur l'épaule de ma compagne pour ensuite dormir d'un lourd sommeil, accompagné d'aucun rêve en particulier... à part un seul.

J'étais au beau milieu de la forêt, seul. Le crépuscule alliait lumière et obscurité à travers les feuillages. Je regardais autour de moi, mais il n'y avait personne. J'était perdu. Je dis :

- Il y a quelqu'un ?

Ma voix résonnait à travers toute cette verdure. Personne ne répondit. Cela était, je vais l'avouer, assez flippant. Je commença à m'avancer et à me perdre à travers cette ribambelle d'arbre. Je regarda en arrière et je vis que là où j'était était une sorte de trou accompagné d'un immense rocher. Mais, sensation étrange, je me sentais observé par ce caillou, même si celui-ci ne présentait aucun signe de vie. Je me dis alors que ce n'était rien, que c'était juste moi. Et je continua mon chemin. Je voyais devant moi l'infinie... La forêt ne semblait se finir. Je pris mon courage à deux mains et j'avança. Je répéta :

- Il y a quelqu'un ?

Personne... Plus j'avançais à travers les arbres, plus ceux-là devenaient petit à petit sombre et se tordaient comme si une douleur atroce les surmontaient et les faisaient hurler atrocement. Leur feuillage s'enlevait pour former des arbres dignes de ceux que l'on voit en Hiver. Je me croyait en pleine "Forêt des Suicidés" dans cette dantesque fiction, poétique et épique, nommée l'Enfer. Plus j'avançais, plus la luminosité perdait en intensité pour laisser place à l'obscurité digne d'une éternelle nuit sans aucune Lune apparente. J'entendais soudainement des murmures d'agonie et de regret autour de moi. Je pensa alors qu'il y avait des dragons autour de moi... Mais personne. Puis, je me rendis compte que c'étaient les arbres qui me murmuraient leurs souffrances. Mon cœur commença à battre la chamade. Je stressais énormément. Je commençais à me perdre dans mon esprit autant que dans cette forêt.

- TAISEZ-VOUS ! hurlais-je précipitamment.

Mais personne ne m'obéit et les murmures se changèrent en plaintes à voix haute. Il me sembla que l'un de ces arbres avança vers moi, et je lui vomi une gerbe enflammé dessus pour qu'il recule, ce qu'il ne fit pas et il fini par brûler complètement en me hurlant "Pourquoi !?!"... Puis, je vis tout les arbres s'approcher. J'en brûlait quelques un, mais les vagues de soupirs redoublaient de puissance. Je me me à courir devant moi en hurlant d'arrêter ! Et, là, je me retrouva là où j'étais au départ. J'avais tourné en rond. Mais... Il y avait une chose de différent : la pierre semblait réellement vivante. Il y avait deux fente qui symbolisaient des formes d'yeux. Les arbres autour de ce trou m'encerclèrent dans cet endroit. Il n'y avait aucune issue. Puis, j'entendis une voix grave venant de la pierre, et de partout autour de moi.... Surtout derrière les arbres.

- Haaaa.... Tu es enfin là.

- Qui êtes-vous !?!

- Mon nom ? Je ne pense pas que ce soit important de te le dire. Mais je suis venu te parler...

- Mais... Où suis-je ?

- Tu es ici dans ta pensée... Dans ton inconscience. Ici, tu es aussi dans ce que je veux te montrer.

- Mais... Que me racontez-vous ?

- Ce que je te raconte ? Un message important.

- Mais... Quel message ?

- N'as-tu toujours pas compris ?

- Non... Expliquez-moi...

- Chaque arbres représente une âme... Les temps sont aujourd'hui obscur... Mais ils peuvent être encore pire... Tu es passé du crépuscule à l'éternelle nuit, crée par un grave danger : le Mage... Et, tu as tourné en rond... Mais, sache une chose, c'est en tournant en rond une fois que l'on ne se perd plus. Il faut parfois sacrifier des vies pour pouvoir rétablir la lumière. Il faut connaitre le danger devant soi, pour mieux pouvoir le vaincre. Ici, les temps sont extrêmement obscur... Mais tu peux les rendre moins sombres. Va...

Les arbres s'entrouvrirent pour me faire une entrée.

- Va... Et améliore ce futur si sombre, causé par le Mage. C'est toi qu'il veut... Et toi seul...

- Mais, que me racontez-vous là ?!

- Va l'affronter... Et rétablis la lumière. Va... Et avances droit vers ton destin... Va !

Je soupira... Et j'avança dans cette entrée si obscur. Je ne voyais rien, alors j'enflamma mes écailles. Mais, même avec cela, je ne voyais pas beaucoup. Plus j'avançais, plus mes écailles éclairaient... Puis, je vis la fin de la forêt... Il y avait une sorte de flash lumineux. Je commença à courir vers cette lumière. Mais, quand je sortit... Je fus aveuglé ! Je ferma les yeux et j'entendis un soudain :

- Papa !

J'ouvris les yeux soudainement, et je vis Notad juste devant moi... J'étais dans le temple. Abyssa était déjà réveillé et pris mon fils maternellement, qui était en train de me dire bonjour à sa façon, c'est à dire un câlin, en lui disant :

- Laisses papa se réveiller, Notad. Bonjour mon amour.

J'étais revenu à la réalité. Merci ! Je n'en pouvais plus de cet endroit sombre. Dieu que ce rêve était étrange... Je me leva et m'étira en disant :

- Bonjour...

J'entendis soudainement la porte vers la salle des Gardiens s'ouvrir...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 24 Déc 2015 - 15:45

Je me réveillai paisiblement, et avec autant de fraicheur qu’une rose qui nait au Printemps. J’avais un étrange rêve en tête, qui mettait en relation des livres, des hybrides, des cuillères et même des sarbacanes ! Un rêve dont on ne se souvient que des derniers instant et qui disparait rapidement après le réveil. Bref, ce genre de rêves qu’on trouve étrange, qu’on a hâte de raconter pour en rire, mais qu’on cache en même temps, car on pense que cela en dévoile trop de notre inconscient, et peut-être de nos envies.
 
Je m’étirai, me levai et prit un rapide petit-déjeuner. Cela me faisait plaisir de manger si tôt le matin, car cela faisait maintenant un moment que je me réveillais à des heures trop tardives. Terrador me le disait, me prévenant qu’un Gardien devait montrer l’exemple, et que pour être en forme, il fallait garder un bon rythme de vie. J’étais d’accord avec lui, mais j’avais peu de volonté ces temps-ci, du moins pour se lever. Cette petite excursion avait au moins le mérite de ma rafraichir un peu les idées et de me faire quitter mon quotidien au temple, si on excepte la tentative d’attaque de la part des Hybrides il y a deux mois…
 
Mais parlons de mon petit-déjeuner ! Peu copieux. Je m’étais gardé quelques céréales enroulées dans d’épaisses plaques de blé, ainsi que des biscuits qu’un jeune enfant m’avait offert pour me remercier de lui avoir raconter la légende de l’arbre pourpre. Une belle légende qu’hélas peut connaissait. J’avais donc été bien content de lui transmettre mon savoir. Je gobai tout rapidement, pensant qu’il me faudrait aussi prendre des repas plus… Raisonnables. Je me hâtai vers la salle principale.
 
Lorsque j’entrai, tout le monde était déjà là. Les autres Gardiens venaient probablement de rejoindre Igniis et sa famille. Je souris et les saluai.
 
—Salutations, capitaine Igniis, compagne du capitaine, jeune Notad, Cyril, Terrador…
 
Je repris mon souffle. Que cette énumération était longue, quand on y pensait un peu… Je partis dans la salle des Gardiens qui était entrouverte. Le livre que je feuilletais la veille était toujours là, ouvert à la même page sur la petite table de lecture. Je tirai un tiroir et en sortit ma propre sacoche. Une fine besace de cuir noir que je fis pendre à mon flanc. Le motif de l’Alliance y était brodé avec du fil gris acier. Je regardai le contenu, et, satisfait, je retournai avec les autres.
 

—Comment vous portez vous ? Pour ma part, je vais répondre immédiatement ! Je me sens si frais, si excité à l’idée de traquer un assassin. Bien entendu, je me rends compte des risques, mais prendre un bon bol d’air frais fait toujours du bien, et je sais profiter de ce genre de choses. Mieux vaut voir le bon côté des choses, n’est-ce pas ? De plus, je suis certain que tout se passera bien. Après tout, nous sommes préparés, et nous sommes tous de puissants dragons.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Sam 26 Déc 2015 - 14:43

Le dragon qui arriva était Cyril. Il nous dit tel un hôte à ses invités :

- Bonjour, chers dragons. J'espère que vous avez bien dormi.

- Bonjour monsieur... dit Notad.

- Oui, nous avons bien dormi, répondit ma compagne.

J'opina juste de la tête pour répondre positivement. Je ne voulais pas vraiment raconter cette expérience cauchemardesque que j'avais vécu. Et puis... Disons que j'étais encore un petit peu fatigué.

- Vous prendrez bien quelque chose à déjeuner.

J'entendis l'estomac de Notad gargouiller un peu et, apparemment, Cyril aussi.

- Je vais vous chercher de quoi manger.

- Pas pour moi, s'il vous plait. J'ai pris l'habitude de ne pas manger beaucoup de choses le matin...

Trop tard... Il avait déjà fait demi-tour pour aller chercher de quoi déjeuner. Je leva la tête vers Notad, qui était encore sur moi, et je lui dit d'un ton un peu fatigué :

- Notad... Sort de desus moi, s'il te plait... Papa va se lever.

- D'accord.

Il se sortit de là et je pu me lever. Je commença à bailler et à m'étirer quand un autre dragon vint nous dire bonjours : Terrador.

- Bonjours, chers invités. En espérant que votre nuit a été bonne.

Il reçut les mêmes réponses que Cyril, en parlant de lui, celui-ci arriva avec de quoi manger. Je ne sais plus trop ce qu'il y avait, j'avais encore la tête dans le brouillard.

- Tenez, j'espère que cela vous suffira.

- Merci, dis-je en essayant tant bien que al de me réveiller complètement.

Abyssa et Notad mangèrent, tandis que moi, ne mangeant rien le matin, je me contenta d'un peu de céréales. Au bout de quelques minutes, Volteer vint nous dire "bonjour". Il revint ensuite dans la salle des Gardiens pour faire... Je ne sais quoi et il revient une minute juste après. Il nous dit ensuite :

- Comment vous portez vous ? Pour ma part, je vais répondre immédiatement ! Je me sens si frais, si excité à l’idée de traquer un assassin. Bien entendu, je me rends compte des risques, mais prendre un bon bol d’air frais fait toujours du bien, et je sais profiter de ce genre de choses. Mieux vaut voir le bon côté des choses, n’est-ce pas ? De plus, je suis certain que tout se passera bien. Après tout, nous sommes préparés, et nous sommes tous de puissants dragons.

- Volteer... dit Cyril avec un ton presque exaspéré. S'il te plait, ne commence pas de bon matin comme cela... Surtout avec des invités.

J'esquissa un sourire et je dis :

- Tout ce que j'espère, c'est qu'on ne va pas s'embarquer dans tel histoire qui pourrait réunir tel camps à déclencher tel conflit meurtrier pour tel raison et qu'on doit impérativement les aider au péril de notre vie et de celle de tout les autres dragons pour empêcher que ce conflit éclate et ainsi éviter la mort de tant de dragons ou autres créatures innocentes...

Je voyais leur regard dubitatif par ce que je venais de dire. Je répondit alors avec ma voix fatigué :

- Non, je suis pas parano. C'est juste que ça m'est arrivé tellement de fois ce truc... Que j'en ai un peu marre de ça. Enfin bref, vous nous avez demandé comment nous allions, je pense que ce serait rude de ne pas vous rendre l'appareil. Alors, comment allez-vous ce matin ?


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3937
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Sam 26 Déc 2015 - 20:08

J’ignorai le petit quolibet de mon ami de glace, me rappelant que je ne devais pas parler autant, et encore moins à des invités… Mais pourquoi ? Je ne comprenais pas. Fallait-il s’abstenir de parler, vraiment ? Au contraire, quand l’on ne connaissait pas quelqu’un, il fallait user de la parole pour mieux le connaitre et lui transmettre le plus fidèlement possible ses humeurs. Mais pu importait, je me tus, il le fallait bien, sinon les choses n’avançaient pas.
 
Ensuite, le dragon de feu, Igniis, parla de complots, ayant peur que nous nous embarquions dans de tels complexités. Il me fallait le rassurer, bien sûr, tout en regardant Cyril.
 
—Eh, « ne commence pas de bon matin comme cela … » Plaît-il ?
—Oh, ferme donc ton clapet…
—En ce qui concerne tes peurs, Igniis, ne t’en fait pas. Si conflit il devait y avoir, ce n’est pas nous qu’il faudrait blâmer. Hélas, on ne peut prévoir toutes les répercussions de nos actes, mais je ne consens pas à laisser ces assassins faire. De plus, je pense qu’il s’agit d’un groupe minoritaire plus qu’une nation entière. En attrapant l’assassin, je pense que nous ferions cesser – bien que temporairement – ces actes-là.
 
Il expliqua ensuite qu’il n’était pas atteint d’une paranoïa quelconque, et parvint finalement à demander comment allaient les autres.
 
—Etrangement bien, répondit Terrador d’une voix hésitante.
—Je me porte bien.
—Comme je le disais tout à l’heure, je me porte à mer…
—Bien ! Interrompit Cyril en me considérant d’un mauvais œil, auquel je répondis par un sourire. Je pense que nous ne devrions pas tarder à nous préparer pour notre… Randonnée. Volteer ?
—Je suis d’accord, dis-je en reprenant mon sérieux. J’ai pris quelques runes pour les disposer au sol. Nous sommes bien d’accord pour que je fasse diversion, n’est-ce pas ?
—Oui.
—Nous en parlerons en chemin.
—Cela me semble très bien.
 
Je regardai le capitaine ainsi que sa famille.
 

—Mais, capitaine, si vous nous suivez, qu’allez-vous faire du reste de votre famille ? On ne peut les laisser au Temple seuls. Imaginez que l’assassin revienne ici. Il pourrait s’en prendre à des innocents. Nous pourrions les emmener, mais ce serait dangereux, et je ne pense pas que ce soit très moral pour le jeune.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 2046
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Repos après un long voyage
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Repos bien mérité dans une taverne.
» L'Auberge du Repos Eternel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro & Cynder Forum RP / RPG :: Zones RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: