♦ La légende continue ♦

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 23 Mai 2016 - 15:38

Un long temps de pause qui me parut être une terrible torture organisée par mon partenaire. Voilà ce qui advint après nos dernières paroles. Je parvins finalement à briser le silence, ne pouvant me contenir davantage de ne pas le casser avec ma parole !
 
—Je ne sais pas toi, Cyril, mais quand je me suis engagé à devenir Gardien, je ne pensais pas que cela signifiait être un guerrier, doublé d’un sage !
—Je t’arrête immédiatement. Tu m’as déjà prévenu à ce propos.
—Sans aucun doute, mais plus j’y songe, et plus il m’apparaît évident que le monde dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui sombre dans une violence physique, peut-être même morale, que je ne crois jamais avoir connu. Même l’étude de mes nombreux contes et livres d’histoire n’ont parlé de temps pareils à ceux-ci. Qu’est-ce que cela signifie donc pour les générations futures ?
—Attend, c’est toi qui dessine un sombre avenir, là ?
—Non ! Protestai-je. Je décèle juste un glissement dans nos mœurs, ou, du moins, dans le comportement général. Regarde-nous. A quoi aspirons-nous réellement ? Notre but, notre passion ?
—En tant que Gardien, j’ai juré de protéger les générations de dragons futures, tout ce qui façonne notre monde, et de les éduquer le mieux possible pour qu’ils puissent prendre conscience de leur don, de leur importance dans ce monde.
—Je pense que tu commences à comprendre mon idée. Finalement, le plus important pour nous, c’est l’éducation des plus jeunes, cultiver le jardin de leurs connaissances. C’est ce qui, à nos yeux, permet d’assurer une continuité, n’est-ce pas ?
—Bien évidemment ! Qu’est-ce que peut bien être un dragon, s’il ne sait rien ? Il mourrait bien vite, et, sans la culture nécessaire, nous retournerions aisément à des êtres primitifs.
—C’est bien ce que nous pensons, nous, les plus âgés. Combattre n’est qu’un autre moyen d’assurer la sécurité de ceux que nous éduquons. Ce ne devrait pas être l’aptitude guerrière qui ferait prospérer un dragon.
—Ce serait stupide de penser ainsi.
—Terrador aurait sûrement un avis intéressant sur la question. Etant un guerrier, peut-être aurait-il d’autres éléments de réflexion à apporter. Néanmoins, voilà ce que je perçois : la sagesse semble de moins en moins importante. Les faits guerriers sont récompensés, loués, et je n’y vois pas d’inconvénients, si c’est pour la bonne cause, mais tout de même… Peut-être cette gloire est trop hyperbolique ? Si un dragon n’est reconnu que par ses dons de combattants, et élu comme chef, qu’adviendra-t-il des générations futures ? Voilà comment on songe, mais aujourd’hui, les jeunes se plaisent à se battre, ou du moins leur sang bouillonne face à l’action. Finalement, la sécurité est assurée par les exploits guerriers, et à présent, assurer son pouvoir se fait davantage par la force que par la sagesse de nos jours.
—Mon cher Volteer. Je crois que c’est pour cela que nous sommes là.
—Que veux-tu insinuer par-là ?
—Les Gardiens sont entraînés à se défendre contre une menace physique, et même plus ! C’est de leur connaissance des éléments que découle une force surpuissante. Notre culture développe notre réflexion, et nous permet de meilleures réactions face à une menace. Plus j’y pense, mon ami, et plus je comprends que l’on ne peut faire l’un sans l’autre. La force et l’esprit sont mêlés.
 
J’hochai la tête en souriant. J’aimais bien cette discussion avec Cyril. Que c’était délicieux pour notre esprit, une gymnastique de premier ordre !
 
—Tu as raison, mais aujourd’hui, le monde semble retirer du poids d’un côté de la balance. La force est bien plus privilégié. Les statues de leur héros seront de sanglants combattants.
—Et nous sommes là, encore, toujours, pour remettre du poids de l’autre côté, car nous représentons toujours un grand symbole pour les plus petits. La sagesse ne tombe pas dans l’oubli. Je pense que le temps nous oblige à préférer un aspect, pour l’instant. La guerre, mon ami, voilà la solution. Sans guerre, la violence n’est plus maîtresse.
—Il existera toujours des conflits internes.
—Vrai, mais un dragon doit toujours savoir se battre. Sans guerre, il a plus de temps pour parfaire ses connaissances, en plus.
 
J’opinai du chef, en émettant un léger gémissement d’approbation. Je décidai qu’il était temps de bouger un peu ! Une idée naquit alors en moi. Je m’étirai et me dirigeai vers la salle de la statue. Cyril, intrigué, suivit mes pas.
 
—Où vas-tu ?
—Le capitaine aura des solutions à m’apporter.
 
J’entrai donc, et fut quelque peu surpris de voir le spectacle qui s’offrit à moi. Je pouvais aussi sentir la décontenance de mon partenaire.
 
Igniis avait tracé une rune, et un dragon de feu se trouvait à présent devant lui, bougeant rapidement, détachant des flammes de sa crinière ardente. Mes yeux brillaient face à ce spectacle de lumière. Je souris en voyant cela, et m’assied.
 
—Je pourrais attendre aussi.
 


Cyril resta coi, regardant lui aussi ce qui se produisait devant ses yeux.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 24 Mai 2016 - 19:53

Mon "père" était devant moi et celui-ci faisait toujours des mouvements qui avaient la force du combat militaire et la beauté de la dance artistique. Mon souvenir était presque parfait et celui-ci m'émut en me rappelant mon passé... Quand j'étais enfant et quand tout allait bien pour moi... Quand j'étais à demi-orphelin... Une larme commença à couler sur ma joue... Cela faisait du bien, parfois, de revoir un souvenir heureux, d'avoir l'espoir que des scènes comme cela puissent se reproduirent plus tard... Même si c'était pour retomber dans la dure réalité juste ensuite et avoir momentanemment le coeur brisé par les horreurs du monde... J'étais dans mon monde...

Puis, je vis Cyril et Volteer dans la salle, en train de regarder le spectacle. J'arrêtai alors la rune. J'avais, je pense, épuisé assez d'énergie pour le moment. Puis, je me tournai vers eux, en sueur à cause de tout cela, et leur dis, après un rire :

- Le spectacle vous a-t-il plus ?

- Volteer et moi-même sommes ici pour demander votre avis sur la guerre et sur les moeurs de notre époque, sur le fait que ce sont plutôt les actes guerriers qui sont récompensés au lieux d'actes intellectuels. Terrador étant un guerrier qui aurait pu donner son avis mais... Comme le poison l'a rendu dans cet état-là, Volteer eu l'idée de vous demander le votre.

- Vous voulez mon avis sur la guerre ? fis-je calmement. Soit ! Tout d'abbord, ayant été capitaine de guerre, j'ai été plusieurs fois dans le champs de bataille... Et je sais quelle horreur, quelle destruction de la Nature et de ses créations cela est... Le sang, les cris... Les pattes, la tête, le sexe et les autres membres tranchés... La peur, la tristesse, la rage dans les yeux des cadavres qui attristerons plus d'une famille... Les carnages inutiles, les morts en vain, les charniers entassés pour la "beauté" du décors ragnarockesque... Mais il y a en même temps l'excitation du combat, la soif de sang, l'extase de la victoire... Et dire que tous les héros qui ont le plus de distinction dans toute l'Histoire sont les guerriers les plus sanguinaires, tous ceux qui sont admirés par les plus jeunes et les plus vieux sont de grands combattants...

- Mais si tous les dragons ont une plus grande connaissance...

- Ah ! La connaissance ! Comme j'aurais aimé en avoir une plus grande quand j'étais plus jeune... Comme beaucoup, je me suis fait manipuler pour aller là-bas, sur le champs de bataille... Et certains apprécient la guerre... Maintenant, j'ai une certaine connaissance, comparé au passé, je vois comment est la huerre... Ignoble... Mais pourtant, cela me fait extrêmement souffrir de le dire, nescessaire... Il y aura toujours un fou qui pourra monter une armée et fera des carnages... Et la guerre contre cette armée est malheureusement notre seule option... Et puis, la guerre est nescessaire pour un peuple... Sans cela, ce dernier est donc dans un climat de sécurité et est donc assailli de la paresse, l'oisivité et la luxure. Si bien que les dragons deviennent mous, ne savent plus combattre, ils auront arrêté de s'entraîner... Vous le savez très bien, vous, que quelque soit les erreurs, graves ou lègères, du passé, on ne retient jamais la leçon. Alors, quelque soit la force extérieure, faible ou forte, nous serions battus à plate couture et il y aura un plus grand carnage. Ainsi donc, Warfang pourrait être oublié ainsi qu le peuple des dragons eux-même, parfois... Et puis, la connaissance... Elle peut être un allié dans la guerre, avec toutes les stratégies... Mais elle peut être un fléau ! Son manque peut faire en sorte que nous pouvons manipuler les gens plus facilement... Et, lorsque l'ennemi en a vraiment trop, il peut l'utiliser contre nous et nous humilier... Je... Je suis désolé si vous n'appréciez pas mon avis... Certains à qui je l'ai dis m'ont dit que j'étais un fou de penser comme cela... Si vous pensez cela de moi, rassurez-vous, vous ne serez pas les premiers... Ni les derniers...

Je poussai un soupir avant de dire :

- Mais, vous, que pensez-vous de mon avis ? Pour que je n parle pas trop vite... Et quel est votre avis sur la question ?


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 23 Juin 2016 - 10:35

Je m’attendais bien à un discours de cette envergure-là, venant d’un capitaine, un grade guerrier octroyé pour les preuves faites sur le champ de bataille. Les actes derrière lui devaient le glorifier – Et j’avais pu le vérifier au cours de notre marche à l’extérieur.
 
Son avis fut tout de même quelque peu intéressant, même si je sentais que dévier du sujet initial lui était facile, et qu’une partie de son avis ne m’allait guère. Pourtant j’étais prêt à écouter et j’enregistrai bien comment il percevait le problème.
 
— Je pense que vous aimeriez un livre. Connaissez-vous La Guerre rouge ? I s’agit d’une collaboration entre un conteur et un peintre. Sur chaque page il y a l’histoire de batailles endiablées, avec sur l’autre page une peinture se rapportant à la scène. C’est vrai que d’un point de vue artistique, les champs de batailles peuvent être incroyables, de toute beauté. Pour ma part, je pense que cette beauté devrait rester sur des croûtes. Le cadre est peut-être magnifique, capitaine, il n’empêche que la vérité d’un tel cadre est terrible : des gens sont morts pour ça.
 
Son discours sur la connaissance était légèrement hors-sujet, selon moi. Je voyais très bien de quelle connaissance il parlait, mais cela restait dans un domaine militaire. J’en déduisis que son expérience martial prévalait grandement, et qu’il accrochait beaucoup de ses arguments à cela, sûrement par peur de se tromper ou de sortir une idée que lui-même trouverait fausse. Je secouai légèrement la tête.
 
— Quand nous parlons de connaissance, Igniis, nous parlons davantage de l’aspect culturel. Les contes, les légendes, tout ce qui a été fait et qui doit être transmis, comme par exemple certains arts, ou métiers. Vous adoptez la connaissance davantage sur un point martial. Mais cette connaissance-là ne fonctionne qu’en temps de guerre. En parlant de ça, je souhaite exprimer un désaccord avec vous. Une nation en paix n’est pas une nation faible, ni promise à la déchéance de sa population.
 
Sur ces mots, je m’approchai de lui.
 

— Warfang a déjà été en période de paix, où tout y était paisible… Un âge d’or brisé par la guerre mais, nous avons su résister, et nous résistons toujours. Pourquoi aspire-t-on à la paix, capitaine, si vous dite qu’elle nous rend faibles ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 23 Juin 2016 - 13:40

Après que j'avais parlé, Volteer dit à son tour :

- Quand nous parlons de connaissance, Igniis, nous parlons davantage de l’aspect culturel. Les contes, les légendes, tout ce qui a été fait et qui doit être transmis, comme par exemple certains arts, ou métiers. Vous adoptez la connaissance davantage sur un point martial. Mais cette connaissance-là ne fonctionne qu’en temps de guerre. En parlant de ça, je souhaite exprimer un désaccord avec vous. Une nation en paix n’est pas une nation faible, ni promise à la déchéance de sa population.

Puis, en s'approchant de moi, il dit finalement :

- Warfang a déjà été en période de paix, où tout y était paisible… Un âge d’or brisé par la guerre mais, nous avons su résister, et nous résistons toujours. Pourquoi aspire-t-on à la paix, capitaine, si vous dite qu’elle nous rend faibles ?

Je le regardai droit dans les yeux et dit :

- Et nous... Pourquoi cherchons-nous toujours l'Utopie alors que l'on sait très bien qu'elle est innaccesible et qu'elle est très sélective... Maintenant, je vais dire un argument politique et même militaire... Imaginez, nous sommes réputés pour être une nation en paix... Nous sommes réputés pour vouloir faire de tout le monde nos alliés... Nous sommes réputés pour être libre et égaux... Dans ce cas, ne serions-nous pas les premières cible de ceux qui ne pensent aucunement comme nous ? Ne serions-nous pas pris de court ? S'il ne propose une "paix" et que nous l'acceptons, ne seront-ils pas près de nous et nous connaîtront-ils pas mieux ? "Garde tes amis près de toi mais tes ennemis encore plus près." Cela, l'Histoire elle-même nous l'a très bien appris. Si nous somme réputés comme dangereux, nos adversaires s'en prendrons aux autres pour pouvoir avoir une plus grande force avant de s'attaquer à nous... Et alors nous pourrons mieux nous préparer... Et puis, vous parlez des légendes, des métiers, des arts... Mais, regardons de plus près nos légendes... Que sont-elles, majoritairement ? Des histoires d'amour magnifiques (qui finissent souvent tragiquement, d'ailleur) ? Des comédies ? De banales histoires de sexe ? Non, de la violence, des morts, des trahisons, de sexe, de taboos, d'actes monstrueux et horribles, du Destin et des guerres... Et que dire de l'Art ? Quelles sont les plus belles oeuvres d'art, d'après vous ? Ce sont celles sur la guerre. Ce sont celles sur la violence... Et puis... Parlons des écrivains... L'un d'eux a écris deux très belles phrases : "L'artiste est comme un scarabée, cet insecte qui se nourrit d'excréments pour vivre et ainsi fabriquer cette magnifique carapace qui est si souvent adulées et qui émeut notre regard. L'artiste, tel un scarabée, se nourrit de la merde du monde pour lequel il oeuvre, et de cette nourriture abjecte il parvient, parfois, à faire jaillir la beauté."

Je soupirai avant de continuer :

- Ne croyez pas que j'aime la guerre... Je la déteste, tout au contraire ! Après tout, n'étais-je pas l'un des premiers à proposer la paix avec les Hybrides à la réunion ? Et, à cette attaque soudaine, nous y avons résisté, oui ! Mais qui a attaqué en premier ? N'aurions-nous pas pu sauver plus de vies si nous nous étions très bien préparés ? Croyez-moi... Je haïs la guerre plus que tout, mais la douleur est une des choses les plus dures qu'il faut endurer dans la vie... Je sais ce qu'est un champs de bataille... J'en ai connu des centaines et des centaines... J'ai vu mes amis, les tripes à l'air et dans leurs pattes, les regarder avant de plonger leurs yeux dans les miens et mourir juste ensuite... J'ai senti l'odeur nauséabonde et fétide de la mort, la putréfaction, la pisse, le sang, la merde, la boue, la peur, la chair... J'ai vu leur sang couler, j'ai entendu leurs horribles cris de douleur ! Mais je devais continuer à me battre, pour sauver mes hommes... J'ai tué tant de personnes, innocentes et coupables... Je cauchemarde encore de je tue des cauchemars ! Je vois encore les sang écarlate sur toute ma peau ! J'ai donné tant de fausses promesses, que tout irait bien, qu'il rentreraient à la maison... J'ai vu tant de familles êtres séparés... J'ai même vu se combattrent le père contre le fils ! Et dans la guerre... Moi aussi, je me suis perdu... J'ai perdu mes amis, ma famille... J'ai perdu mon identité... Mon passé... Tant de choses perdues... Certaines, nous pouvons les retrouver... Et d'autres, nous ne le pouvons aucunement. Et puis, sans la guerre... Que serions-nous ? Sans la Guerre, nous ne serions pas là ! Sans ces erreurs du passé, nous n'aurions pas fait tout ce chemin ! Sans la guerre, tant de grandes et belles bâtisses n'auraient pas étés construient ! Nous pouvons toujours rêver d'un monde sans guerre, mais s'il n'y en aurais jamais eu, nous ne pourrions jamais penser à cela, nous en tiendrions pas cette conversation. Enfin, sans la guerre, que le monde serait ennuyeux ! Que nos Arts seraient répétitifs ! Même si ça a l'air paradoxal, c'est grâce à la guerre que le bonheur est plus grand ! C'est en ayant cette peur que nous profitons de chaque instant avec notre famille ! C'set grâce à la guerre que la camaraderie naît le plus souvent ! C'est grâce à la guerre que l'espoir en nous est grand. Et c'est grâce à la guerre que nous donnons tant d'importance à la vie !

Je baissai enfin les yeux pour regarder au sol et j'essayai de ne pas pleurer... Tous mes mauvais souvenirs commençaient à remonter...

- Comme je dois paraître fou, de tenir ces propos... Grands Dieux, que je dois être fou... dis-je d'une voix qui trahissait mes émotions...

Mais, de moi, je ne sais si s'échappait un rire... Ou un pleur. Je souriait... Ou est-ce que je croyais sourire...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 27 Juin 2016 - 15:52

J’étudiai avec une grande attention chacun des propos d’Igniis, disséquant les phrases, étudiant bien les mots pour comprendre toute l’ampleur des arguments soulevés. Malheureusement, je me vis déçu, et même frustré par ce que proposait le capitaine. Clairement je me devais de répondre, mais je percevais bien une chose chez lui : il serait dur de le faire changer d’avis. Pouvais-je par cette observation prétendre qu’il était fermé d’esprit ? Je ne souhaitais pas m’avancer de la sorte, et puis, il était dur dans ce genre de débat de savoir si nous n’étions pas nous-mêmes dans l’erreur, et fermé d’esprit. Pourtant, je sentais que quelque chose n’allait pas dans les propos du dragon de feu, et je vis dans l’expression de Cyril une désapprobation silencieuse.
 
— Cela dépend comment vous aborder la vision d’une cité « réputées comme dangereuse ». Si pour vous, il s’agit de garder une armée toujours prête à tout, qui s’entraine dans l’espoir que toute cette violence n’ait jamais à être utilisée pour autre chose que la mort, alors je serais prêt à vous suivre dans votre démonstration. Je ne renie pas l’armée. Une cité en aura toujours besoin pour écarter de potentiels assaillants. Une civilisation sans le savoir martial ne peut en rester une longtemps, hélas.
 
Je tournai légèrement autour d’Igniis, souhaitant changer un peu de perspective. Cyril, lui, ne bougea pas, se contentant de me suivre du regard.
 
— Par contre, si vos préconisait un pouvoir par la force, une terreur digne d’un tyran, alors je ne serais jamais en mesure de vous suivre. N’hésitez pas à développer l’idée qui venait alimenter votre esprit.
 
Le reste des paroles du capitaine étaient peu commune. Du moins le croyais-je. Selon lui, la guerre était un « bien » nécessaire pour le futur que nous possédons. La guerre, autrice des arts, de notre éducation ?
 
— Je trouve que vous donnez trop de sens à la guerre, observa Cyril, circonspect.
— Vous prétendez ne pas aimer la guerre, n’est-ce pas ? Permettez-moi d’émettre un doute. Pour vous révéler le fond de ma pensée, je suis convaincu que vous aimez la guerre, ou du moins la violence qu'elle apporte. Je présume que si vous pouviez éviter des morts stupides et inutiles, vous le feriez. Vous la justifiez… Mais pensez-vous vraiment ce que vous dite ? La guerre nous apporte plus d’art, nous permet d’un quotidien qui nous serait, en outre, monotone et redondant. Et la guerre nous permettrait aussi de ne pas être trop nombreux sur ce monde, c’est cela ?
 
Je soupirai, et me mis derrière lui, dos à dos. Je m’asseyais et regarder le mur devant moi.
 

— Je préférerai ne pas exister et que le monde connaisse un monde sans guerres. Si elle a permis la création de bâtiments, elle a aussi permis la destruction de beaucoup d’autre. Combien de bibliothèque, d’églises, de monuments ont été perdus à cause de ces effusions de sang ? La seule chose en laquelle est bonne, c’est qu’elle nous montre le défaut de nos civilisations, et donc qu’il faudra toujours se méfier, et être prêt. La guerre n'a rien de rationnel. Elle est l'épanchement de cette folie qui nous sonde sans cesse... Je vous vois venir. Il faut bien l'évacuer, cette folie. Mais laissez-moi vous dire que je suis convaincu qu'il y a d'autres moyens. Combien je connais des dragons qui n'ont jamais combattu de leur vie, et qui ne s'en sont senti que mieux, apaisés. Vous êtes poursuivi par des spectres, Igniis... Nous le sommes tous.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 28 Juin 2016 - 13:49

Après ce que j'avais dit, Cyri fit :

- Je trouve que vous donnez trop de sens à la guerre.

Puis, Volteer dit à son tour :

- Vous prétendez ne pas aimer la guerre, n’est-ce pas ? Permettez-moi d’émettre un doute. Pour vous révéler le fond de ma pensée, je suis convaincu que vous aimez la guerre, ou du moins la violence qu'elle apporte. Je présume que si vous pouviez éviter des morts stupides et inutiles, vous le feriez. Vous la justifiez… Mais pensez-vous vraiment ce que vous dite ? La guerre nous apporte plus d’art, nous permet d’un quotidien qui nous serait, en outre, monotone et redondant. Et la guerre nous permettrait aussi de ne pas être trop nombreux sur ce monde, c’est cela ? Je préférerai ne pas exister et que le monde connaisse un monde sans guerres. Si elle a permis la création de bâtiments, elle a aussi permis la destruction de beaucoup d’autre. Combien de bibliothèque, d’églises, de monuments ont été perdus à cause de ces effusions de sang ? La seule chose en laquelle est bonne, c’est qu’elle nous montre le défaut de nos civilisations, et donc qu’il faudra toujours se méfier, et être prêt. La guerre n'a rien de rationnel. Elle est l'épanchement de cette folie qui nous sonde sans cesse... Je vous vois venir. Il faut bien l'évacuer, cette folie. Mais laissez-moi vous dire que je suis convaincu qu'il y a d'autres moyens. Combien je connais des dragons qui n'ont jamais combattu de leur vie, et qui ne s'en sont senti que mieux, apaisés. Vous êtes poursuivi par des spectres, Igniis... Nous le sommes tous.

Je soupirai à mon tour :

- Vous avez sûrement raison... oi aussi, à des momnts, je remet mon existence en doute... Je me demande des fois, si je n'aurais pas existé, combien de vies n'auraient pas étés détruites... Je pense qui, si je devais éliminer la guerre de ce monde, je sacrifirais sans aucun hésitation ma vie. Oui, j'aime cette violence que m'apporte la guerre, j'aime le spectacle qu'elle apporte, cette poésie morbide, sanglante, épique...Vous même aimez ce genre de spectacle artistique... Et, lorsqu'on est un monstre comme moi... Rien n'est plus enivrant que d'enlever la vie à quelqu'un d'autre... Même l'alcohol n'est pas assez puissant. Mais, cette violence... Elle est malheuresement presque omniprésente dans ce monde... Et puis, lorsque vous m'avez dit de dévelloper l'idée à mon esprit, je penche plutôt vers la première solution... Être un tyran ne fera que mener les civilisation à leur perte...

Je me levais et dit :

- Enfin, pour mes spectres... Ceux-là me hantent tous les jours... Je suis moi-même le spectre qui hante d'autres cauchemars, d'autres innocents... Je suis un monstre sanglant... J'étais une légende vivante lors des batailles... Un héros pour certains... La personne à abattre pour d'autres... Vous avez sûrement raison dans ce que vous dîtes... Je suis peut-être, comme beaucoup de personnnes, quelqu'un qui se cache la vérité à lui-même car celle-ci est peut-être trop horrible... Ou trop difficile à comprendre...

Je soupirai et fit :

- Bref ! Je pense que nous devrions parler d'autres choses... Car si nous continuons à parler de ce sujet... Délicat, je pense que nous n'avons pas fini de donner notre point de vue... Nous en avons tous un différent, n'est-ce pas ? Donc, pour parler d'autre chose... Il y a un bon moment que le Gardien de Feu, Ignitus, est mort... Et, depuis ce moment, je me demande toujours qui le remplacera ! Les Gardiens sont connus pour être quatre. Je me demande qui pourai le remplacer et comment vous faites pour trouver celui qui est digne de la place.

Je le regardai et, avec un rire, je fini :

- Je pense savoir ce que vous pensez ! Non, je ne veux pas la place et puis, soyns clair, je pense qu'un monstre sanguinaire comme moi, qui a des idées peu communes sur la guerre ne ferait pas un très bon Gardien !


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 3 Juil 2016 - 16:01

Les paroles d’Igniis me paraissaient si sordides… Pour lui, tuer quelqu’un était un plaisir enivrant. Cette remarque me fit foncer les arcades sourcilières. Je savais que chaque conscience était différente, et que des goûts différents émanaient de chaque personne. Mais quand une morale universelle sévit… Que cela est étrange d’entendre du Second du capitaine de Warfang ce genre de propos que je réprouvais intérieurement. Plus j’écoutais ce dragon, et plus je le trouvais… Disons simplement que je ne le considérerais pas comme une personne fréquentable, à mon égard bien entendu. Sa conception de l’art était quelque peu détournée de la mienne, et prétendait des choses qui n’étaient point.
 
— J’espère simplement que dans ta folie meurtrière, tu  sais faire la part des choses, me contentai-je de dire… Ce qui était une chose plutôt invraisemblable. Le sujet ne m’avait pas vraiment donné envie de développer davantage. Je ne pouvais l’expliquer autrement.
 
Il proposa, suite à cela, de changer de sujet. Certainement avait-il perçu notre gêne face à cela. Je m’attendais à une réponse de ce genre là, mais pas dans cette envergure. Enfin, peu importait. Comme s’il cherchait à enfoncer un clou dans notre moral, il aborda rapidement le sujet des Gardiens, précisément la mort d’Ignitus, et une possible nécessité de trouver un autre Gardien du feu. Moi et Cyril nous regardâmes. Personnellement, la proposition me paraissait maladroite et un eu blessante. Je n’avais toujours pas oublié, et remplacer Ignitus me paraissait impensable en l’instant. J’émis un rire gêné.
 
— Ce sujet est légèrement délicat, vois-tu. En ce qui concerne ma personne, je n’ai toujours pas digéré cette perte… Ignitus était un très grand dragon, et sûrement le plus expérimenté parmi nous tous.
— Nous sommes égaux, Volteer, ajouta Cyril. Mais, oui, sa mort nous pèse toujours.
— C’est pour cela qu’il nous semble trop brusque de partir à la recherche d’un possible prétendant au titre de Gardien du feu.  Peut-être ne le ferons-nous jamais. Après tout, il existait déjà auparavant bien plus que quatre gardiens, bien plus que quatre éléments, bien que les nôtres soient les plus importants, ou en tout cas, sans mauvais jeux de mots, élémentaires.  Peut-être resterons-nous trois pendant un bon moment. Il y a des choses qui ne s’oublient que difficilement, et cette perte a failli faire bien plus de zèle que tu puisses le penser.  Tout cela pour dire que nous n’avons aucune idée si un Gardien du feu viendrait à revoir le jour. La personne pouvant prendre ce rôle fait toujours partie des ombres de notre conscience.
— Je pense savoir ce que vous pensez ! Non, je ne veux pas la place, et puis, soyons clairs, je pense qu’un monstre sanguinaire comme moi, qui a des idées peu communes sur la guerre ne ferait pas un très bon Gardien.
— Laisse-moi t’ôter ce doute immédiatement. Je n’ai jamais pensé à toi.
— Ta maîtrise du feu est remarquable, à n’en point douter, mais ce n'est pas suffisant. De plus,  tu manques de sagesse, et tu ne possèdes pas vraiment le comportement nécessaire pour être un Gardien, en effet.  De plus, il faut savoir que beaucoup  de dragons, même s’ils rencontrent les qualités nécessaires pour devenir un Gar…
 
Le son de ma voix fut rapidement couvert par un étrange son. Je continuai tout de même ma phrase puis me coupa lorsque le bruit (une sorte de sifflement aigu) commença à devenir trop bruyant. Le sol trembla légèrement, puis des coups semblèrent marteler la pierre non loin de nous.
 

— Nous remettrons ces discussions à plus tard, hélas.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 5 Juil 2016 - 12:01

- Laisse-moi t’ôter ce doute immédiatement. Je n’ai jamais pensé à toi, répondit Cyril immédiatement après que j'avais parlé.

Puis Volteer dit à son tour :

- Ta maîtrise du feu est remarquable, à n’en point douter, mais ce n'est pas suffisant. De plus,  tu manques de sagesse, et tu ne possèdes pas vraiment le comportement nécessaire pour être un Gardien, en effet.

- Je vois que vous ne pensiez pas à quoi je pensais que vous pensiez ! Je pensais que vous pensiez que je pensais vouloir la place de Gardien, mais vous pensiez que je pensais en être apte alors que, comme je l'avais dit, je ne ferait pas un très bon Gardien ! dis-je avec un rire pendant que le Gardien de l'électricité cntinuait à parler.

- De plus, il faut savoir que beaucoup  de dragons, même s’ils rencontrent les qualités nécessaires pour devenir un Gar…

Soudainement, il fut coupé par un bruit étrange suivi d'un sifflement aigüe. Le sol trembla et nous pouvions entendre des coup sur celui-ci non loin de là, comme si une énorme créature marchait.

- Nous remettrons ces discussions à plus tard, hélas.

- Si nous pouvons la remettre à plus tard, du moins ! dis-je avec un rire. Ces bruits de pas ne me rassurent aucunement !

Les bruits semblèrent se rapprocher de plus en plus... Et les tremblement s'emplifièrent. Il y avait même des bruits de destruction ! Puis, je pensai soudainement à une chose !

- Oh mer... Je vais ramener Terrador ici pendant qu'il est encore temps ! S'il le trouvent, ils finiront le travail vu que le poison n'aura pas fait l'effet attendu sur nous !

Je me mis à foncer vers la salle du bassin. L'ouverture de la porte semblait en coordination avec les bruits qui se rapprochaient encore et encore ! Là, je vis immédiatement Terrador, couché et toujours inconscient. Je m'empressai d'aller vers lui. Avec mes deux pattes avants, je le pris et commençai à me diriger d'un pas lent, ralentis à cause du Gardien, vers la salle où étaient les autres. La porte s'ouvrit. Les bruits venaient de derrière moi... Ils approchaient dangereusement. Je regardai les deux Gardien et lançai Terrador dans la salle pour qu'il soit à "l'abris" à l'intérieur de celle-ci avec les autres. Un autre bruit de porte... Et un cliquetis métallique ! Puis, soudainement, une chaîne m'attrape les pattes arrières. Je recule d'un seul coup ! La porte devant moi se referme. Je suis soudainement couché au sol, presque incapable de bouger ! Puis, je LE vois soudainement...

Nussbio... Il était là. Ce n'était pas lui qui tenait la chaîne... Non ! C'était un de ses cinq sous-fifres à côté de lui, une énorme bête bipède, d'un marron sombre... Les autres sous-fifres étaient un dragon jaune, un bleu, un autre vert... Et une autre créature similaire à celle qui me servait de geôlier en chaîne.

- Comme on se retrouve, dit Nussbio.

- Cette fois, tu ne t'en sortira pas comme...

- Urk ! Balance-le !

Soudainement, je me sentis voler ! La créature, avec ses chaînes, me lança vers la salle où étaient les Gardiens. La chaîne se libéra de moi et, droit devant, je vis que la porte était encore fermé. "Je sens que ça va faire mal..." me dis-je. Je fermai les yeux et passai à travers la pierre... En la défonçant un peu... Beaucoup... Si bien que la porte vola en éclat ! Le bruit de porte qui s'ouvre se fit entendre juste ensuite.

J'attéri juste à côté des Gardiens en un fracas ! Je toussai et crachai, dans le même temps, un peu de sang par terre. J'étais sonné pendant un léger moment, quelques secondes, et je disais en me relevant :

- Je pense qu'il faudra revoir le système de détection des portes... Car même ici je me prend la porte !

Cyril me regarda d'un air... Exaspéré, on aurais dit ! Comme pour me faire comprendre que ce n'était pas vraiment le moment pour faire de l'humour !

Juste derrière la porte brisée se tenaient les six êtres !

- Bonsoir, mes amis ! commença Nussbio. Je suis désolé pour le dérangement et les légers dégâts fait à votre structure !

Soudainement, il claqua des doigts et la porte qui menait vers l'extérieur s'ouvrit pour faire face à plusieurs dragons qui nous barraient donc la route ! Notre ennemi continua et nous dit quelque chose qui n'annonçait que des ennuis :

- Mais, nous sommes ici pour prendre quelque chose qui m'est extrêmement précieux ! Si vous saviez toutes les recherches que j'ai fait... Si vous saviez ! Mais maintenant, je LA sent... ELLE est proche d'ici ! La puissance des Soleil, des comètes et de la Gravité réunis ! Le véritable pouvoir et éléments des dragons violets sera enfin à moi... La Rune est dans cette salle ! Je vais enfin pouvoir contrôler l'Aether grâce à cette Rune Aetherienne...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 14 Juil 2016 - 17:10

Igniis partit chercher le corps inanimé de notre compagnon et revint assez vite. De toute manière, je pensais que, ici ou ailleurs, il ne pourrait être en sécurité. J’aidai Igniis à placer Terrador vers le fond de la salle pour éviter un maximum qu’il puisse se blesser, si un combat devait avoir lieu ici.
 
Hélas, a peine le dragon de feu eut le temps de souffler qu’un nouveau puissant coup vint ouvrir la porte. Une chaîne en sortit immédiatement. Je n’eus le temps de l’arrêter qu’elle saisit Igniis aux pattes avant et le tira. La porte se referma derrière lui.
 
— Capitaine ! Hurlai-je.
— Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ?! Vociféra Cyril.
— Je n’en sais presque rien ! Cette situation-là était prévisible, enfin… Tout du moins est-ce le cas pour l’attaque, peut-être même ces sortes de coups de béliers, mais alors ça ! Des chaines qui sortent de l’encadrement des portes pour venir avaler nos camarades, c’est du jamais vu. Quelles autres armes peuvent-ils bien pos…
— La ferme ! Ce n’est pas le moment. Concentre-toi.
 
Igniis revint vers nous d’une manière plutôt fracassante. Un lourd bruit se répercuta dans la pièce : de la roche dégringolant. Le dragon de feu venait de passer à travers la porte qui n’était maintenant plus qu’un vulgaire tas de cailloux. Le dragon de feu glissa jusqu’à nous. Je le vis cracher du sang, ce qui m’inquiéta. Je me penchai vers lui.
 
— Est-ce que tout va bien ?!
— Je pense qu’il faudra revoir le système de détection des portes… Car même ici je me prends la porte !
 
Cyril secoua légèrement la tête, agacé par cette remarque. Pour ma part, cela me rassura sur deux aspects. Une telle phrase ne pouvait être prononcée s’il était gravement blessé, et puis cela montrait qu’il avait la tête froide, ce qui était plutôt intéressant pour un dragon de feu tandis que j’y pensais… Néanmoins je n’y songeai pas davantage, car le temps n’était pas aux réflexions profondes et futiles.
 
Six personnes arrivèrent devant nous trois. Je reconnus aisément le chef de cette petit bande. Sûrement était-ce ce fameux Nussbio.
 
— Bonsoir, mes amis ! Je suis désolé pour le dérangement et les légers dégâts faits à votre structure !
 
Et un claquement de doigt suffit de signal à ses troupes pour entrer par l’autre porte qui se trouvait de l’autre côté. Immédiatement alerté, Cyril se mit dos à moi pour protéger nos arrières. Aucun d’entre nous ne prononça un mot, laissant ce sauvageon parler encore un peu. Je regardai ces dragons qui se tenaient devant moi avec un air circonspect, mêlé de concentration.
 
Il expliqua la raison de sa présence en ces lieux. Oh, elle semblait si simple, et pourtant si injustifiée. Une rune aetherienne se trouverait ici ? A vrai dire, ce n’était pas totalement faux, mais cette intrusion me mettait quelque peu hors de moi. Je soupirai longuement, puis de l’électricité concentrée commença a arpenter toute la longueur de mes quatre pattes. Je levai le regard vers eux.
 
— Vous n’êtes que de pauvres fous. Il n’existe pas un tel pouvoir ici. Vous vous permettez de venir ici, armé, nombreux, et de briser ce sanctuaire, notre maison, la maison de tout le monde. Vous allez être déçus. Cyril !
— Tout de suite !
 
Le Gardien de glace leva une patte vers moi, et un tracé de glace apparut alors au sol. Puis Cyril fonça vers les dragons qui se présentaient dans notre dos. Pendant ce temps, je sautai sur la glace nouvellement formée. Avec plusieurs vifs coups de pattes, je me mis à glisser rapidement vers eux. Cette vélocité fut intensifiée par l’électricité autour de moi qui stimula mes muscles, permettant ainsi accroître leur potentiel. Je me déplaçai si vite que je soulevai de l’air autour de moi. Je sautai à la fin de la piste et écrasai un des dragons dans le milieu du groupe. J’entendis des chaines derrière moi. Je pris appuie sur mes pattes arrières et donna un puissant coup à la créature massive, la faisant reculer, et annulant ainsi son attaque.
 

J’attrapai de justesse les griffes d’un adversaire à ma droite et para celle d’un autre opposant qui trancha et arracha des écailles à celui que je tenais. Ce dernier hurla. Je bondis en avant, à nouveau près de la piste de glace et chargea mon électricité dans la gueule. De là, je lançai un éclair qui, je l’espérais, toucherait l’un d’eux et que leur proximité les uns par rapport aux autres permettrait de tous les toucher. Je restai aux aguets.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Ven 15 Juil 2016 - 11:13

- Vous n’êtes que de pauvres fous. Il n’existe pas un tel pouvoir ici. Vous vous permettez de venir ici, armé, nombreux, et de briser ce sanctuaire, notre maison, la maison de tout le monde. Vous allez être déçus. Cyril !

- Tout de suite !

Et un ennemi de sous-estimé ! Un ! Mais bon, les Gardiens montrèrent que leur réputation n'était pas pour mentir ! Ils firent de beaux geste, digne des gestes ! Je crois même avoir applaudit après un de ces enchainements. L'un de nos adversaires avait été écrasé, mais s'était très vite relevé, et un ou deux furent blessés. Volteer cracha soudainement son électricité. Celui-ci se dirigea vers Nussbio qui, pendant tout le long de ce début de bataille, resta immobile comme moi. Il préparait quelque chose...

L'éclair se dirigeait droit vers lui, il restait encore quelques milimètres à atteindre... Puis, soudainement, cet ennemi leva sa patte avant droite et l'éclair fut comme aspiré et canalisé dedans... Pour être finalement relancé sur Cyril, qui se le pris de plein fouet, je pense à cause de sa surprise, et vola en arrière pour attérir sur le dos !

- Mais qu'est-ce que...

Mon corps fut soudainement enroulé de chaînes. Je ne pouvais plus bouger... Et on commença à me tirer vers Nussbio. Je glissais sur le sol petit à petit... Et, pendant ce court trajet, je regardai Volteer en disant après un soupir :

- J'en ai marre... J'en ai vraiment marre...

Je me retrouvis juste devant mon ancien adversaire.

- Dit-moi, on t'as jamais dit que tu était de nature chiante... Très chiante.

- Tu n'as aucunement changé.

- Toi non plus, à ce que je vois.

- Les nouvelles sont lentes, on dirait qu'il y a un nouveau Gardien...

- Laisse-moi te rassurer, je ne suis pas Gardien. Je suis juste venu les aider... Et surtout faire ce que j'aurais du faire il y a des années !!!

J'enflammai soudainement toutes mes écailles et les chaînes m'enroulant fondirent. J'en profitai pour bondir sur mon adversaire qui esquiva en allant légèrement sur la gauche. Je crachai ensuite mon feu sur lui mais... On aurais dit qu'il était insensible ! En effet, il marcha à travers ce rideau de feu comme si c'était une petite cascade aucunement puissante.

Lorsqu'il fut juste devant moi, il me dit :

- Des flammes ? Comme elles sont mignones ! Je vais te montrer ce que sont celles de l'Enfer.

Soudainement, de sous ses pattes, surgit un feu volant vers moi. Non seulement il avait connaissance des runes, mais, en plus, il pouvait en contrôler certaines... Le feu se dirigea droit sur moi ! La chaleur commença à augmenter, ma vision commença à se brouiller à cause de ce soudain rideau... J'étais en Enfer... Mais je résistais ! Je commençai à avancer, une patte après l'autre... Cela me demanda quelques efforts... Je n'avais jamais vu de feu aussi puissant !Mais je m'apprtochais... Une foris que je vis la forme de Nussbio, je rugi férocement et sautai, prenant de la vitesse en un battement d'aile ! J'étais tout proche de mon adversaire...

Mais ce dernier me pris une des deux pattes avant et me balança dans la salle ! Je m'écrasai contre un mur, entendent un bruit de craquement ! Je poussai un hurlement... Avant de m'éfondrer au sol ! Je vis soudainement Cyril à côté de moi. Il n'eu pas le temps de parler que je lui dit à voix basse :

- Il faut gagner du temps... La cavalerie arrive... Va le dire à Volteer...

Il s'empressa d'aller vers le Gardien de Foudre. Pendant ce temps, je me levai et, en regardant mon ennemi droit dans les yeux, je lui dis, les dents serrées à cause de la douleur, la patte avant sur le côté et en haletant voir toussant :

- On peut dire que j'ai la cote, en ce moment... Partout, je valse !

- Et ton humour insuportable non plus, n'a pas changé...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 26 Juil 2016 - 19:48

Il semblait que j’avais sous-estimé mon adversaire. Même pire, je m’étais mal préparé… Cela se voyait que je n’avais plus l’habitude de combattre des dragons. Toujours jauger son adversaire avant d’entreprendre quoi que ce soit ! L’attaque fut redirigée vers Cyril qui prit mon éclair de plein fouet. Je restai bouche-bée un instant ; l’instant de voir Igniis tiré vers mes adversaires. Je voulais l’aider, mais je fus intercepté par un de ces autres dragons. Je rugis et entamai la rixe avec lui, contrant la patte assaillante, et usant de ma propre force pour lui en mettre une. L’opposant n’eut pas trop de dégâts, néanmoins, il recula.
 
Je pus voir derrière lui un gigantesque brasier partir vers un mur, noircissant la pierre quasi instantanément.  Mon adversaire s’arrêta lui aussi pour contempler ce spectacle brillant, mais si dangereux. Puis cette aura enflammée éjecta Igniis, qui vint percuter de tout son poids le mur au pied duquel se trouvait Cyril, justement.
 
Je dus me concentrer à nouveau sur mon assaillant qui tenta de me faucher avec sa queue. Je bondis en sa direction et utilisai mon manteau électrique tout en le plaquant au sol. Ils devraient apprendre à mesurer la force de ceux qu’ils combattent… Néanmoins, mon adversaire s’entoura rapidement d’un manteau de flammes, bien moins puissant que le brasier que j’avais aperçu quelques secondes auparavant. Je dus reculer en un bond, rapidement. Son mouvement de défense était assez désespéré. Il retira vite sa protection, paralysé par les nombreux éclairs qui avaient parcourus son corps. On pouvait encore voir quelques arcs électriques jaillir de son être. Je « l’achevai » avec un bon éclair au visage. J’avais bien mesuré ma frappe pour que cela ne fasse que l’assommer. La foudre était puissant, et sûrement aurait-il des séquelles, mais au moins ne mourrait-il pas et pourrait jouir d’une vie dans les geôles de Warfang. C’était tout du moins ce que je présumais de sa vie future.
 
— Que ce combat et palpitant, fascinant, et de toute beauté ! J’ai parcouru de nombreux champs de bataille, mais jamais je n’avais vu autant de couleurs  si vives en si peu de temps ! Je suis tout de même désolé que ce spectacle soit illustré pour causer la mort et la désolation, encore plus dans cette antre qui est, non seulement ma maison et celle des Gardiens, mais, bien plus important encore, la maison, le gîte des voyageurs fatigués, de ce ayant besoin d’un refuge. Et j’oublie de mentionner le rôle édifiant que possède ce temple ! Il est aussi important qu’une école. Il s’agit d’un lieu d’enseignement, et vous ne pouvez pas briser un lieu si important !
— Ferme-la donc ! Dit le fameux Nussbio de l’autre côté de la pièce.
— Volt.
 
J’esquivai un coup de chaine qui laissa une estafilade sur le sol à l’endroit où je me trouvais précédemment et vit Cyril geler l’endroit où la chaine avait atterrie, bloquant ainsi cette dernière. La créature força sur son arme pour la décoincer. Pendant ce temps,  Cyril vint m’avertir.
 
— Il nous faut tenir encore un peu. La Garde devrait arriver, selon Igniis.
— Comment peut-il le savoir ? A-t-il un moyen quelconque de communiquer à distance avec son équipe ? Oh, peut-être a-t-il usé d’un oiseau voyageur. Pourtant, il n’en possédait pas en entrant dans le Temple, à moins que…
— Attention !
 
A vrai dire, j’avais totalement prévu le coup qui allait venir, bien que je semblais distrait. D’une roulade, je pus esquiver à nouveau cette chaine. Sauf que là, la créature vint me charge, l’épaule en avant. Un mur de glace s’immisça de peu entre moi et mon assaillant dont la vitesse de charge permit de passer le mut, mais de tout de même ralentir sa course, me permettant de me soustraire facilement face à ce bélier.
 
— Cyril ! Le lac animé !
— Quoi ? Mais sans Ignitus…
— Vas-y !
 
Le lac animé était une technique développé par mes soins, ainsi que ceux d’Ignitus. Si l’endroit était fermé, Cyril invoquait le plus de glace possible. Ignitus devait se charger de faire fondre la glace, et il ne me restait plus qu’à mettre de l’électricité dans l’eau formé par la glace fondue. Imparable. Du moins, je l’espérais… Cyril devait simplement prévenir Igniis.
 
Cyril se mit à cracher de la glace. Sur ses adversaires, mais aussi « maladroitement », au sol. Il ne s’arrêtait pas et utilisait son élément autant que possible. Un adversaire vint pour arrêter mon camarade, mais je le frappai dans l’arrière-train avec un éclair ! Il tomba, paralysé. Je ris légèrement, je trouvai que la situation s’y prêtait bien.
 

J’espérais qu’Igniis soit capable de faire fondre toute cette glace dans la pièce, figées au sol, sur certains murs, en forme de cônes, et parfois encore représenté par d’épaisses plaques de glace. Oui, ça devait marcher…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mer 27 Juil 2016 - 13:59

Cyril et Volteer continuèrent leur rixe avec les sbires de Nussbio. Mais je ne faisais pas attention à eux. Juste que le Gardien de Glace avertit bien celui de Foudre. Puis, je regardai mon ennemi. Celui-ci avait la patte posée sur le mur... Et ses yeux étaient blancs. Je pouvais l'entendre murmurer :

- Presque... Presque... Je vais enfin la trouver...

Que faisait-il ? Cherchait-il dans le sol grâce à une rune ? Quoi qu'il en soit, je commençai à foncer sur lui ! Mais je fus poussé et éjecté au sol par l'un de ses sbires. Il se mit ensuite juste devant moi, comme si c'était une barrière pour protéger Nussbio.

- Hors de mon chemin ! lui criai-je !

Mais, comme réponse, je reçu juste ce poid lourd sur moi. Il me propulsa en arrière avec une force qui me sembla surnaturelle. Je pus juste entendre Cyril me crier :

- Igniis ! Faites fondre la glace !!!

Puis, juste après cela, tout le sol de la salle fur recouvert d'une couche de glacce, qui prenait aussi un peu  de son emprise sur les murs. Nussbio revint soudainement à la normale et poussa un cri de rage en voyant tout cela ! Je dessinai au sol rapidement la rune élémentaire ! J'allais l'activer lorsque, soudainement...

Il y eu une énorme secousse sismique, digne des attaques des plus grands manieurs de l'élément de la Terre, dans toute la salle, dont l'épicentre ne fut autre que Nussbio, qui éait le poing au sol, comme s'il avait frappé, dont ce dernier élément était parsemé de craquelures ! Toute la glace se brisa en mille morceaux et se firent projeter par tous les côtés ! L'adversaire devant moi fut atteint par un de ces éclats à la gorge, teintent ce morceau tranchant d'un rouge écarlate sombre ! Je pus voir que Cyril fut touché... Mais ce ne fut rien de grave. Quelques petites coupures, tout au plus ! Je me tournai vers mon ennemi, qui me fit un grand sourire.

- Dommage pour vous... Mais c'est trop tard ! Je L'ai trouvé...

Il commença à s'avancer vers moi.

- Et si nous finissions ce que nous avons commené il y a longtemps.

Soudainement... La cavalerie arriva ! Le bruit de porte qui me sembla sauveur ! Mais cela ne fit que faire sourire Nussbio, qui leur cria :

- Vous êtes des idiots ! Vous croyez vraiment que vous pouvez faire face à moi, Nussbio le Mage Runique, maintenant que jai découvert LA Rune !?!

Le... Mage Runique ? Ce nom... Il flotte dans ma méoire tel un bout de bois sur l'eau... Mon ennemi commença à tracer au sol cette rune... Je ne pus rien voir de cette forme... Mais... Je pus ressentir l'énorme puissance de celle-ci. Je pus ressentir... La mortelle puissance de laquelle elle émanait... Puis, soudainement...!

Je me souvins où est-ce que j'avais entendu ce nom... Dans ce rêve... Ou plutôt cauchemar, qui me disait qu'il fallait que je fasse des sacrifices pour vaincre ce dernier... Je compris de quoi il voulait parler... La puissance de la Rune était telle que, je pouvais le présentire, tuerais son utilisateur très vite... Mais Nussbio, lui, était aveuglé par cette soif de puissance... C'était notre chance de le vaincre. Je m'écria, alors que mon ennemi allait activer la Rune :

- Je suis désolé ! Toute guerre se gagne s'il y a sacrifice !!!

J'activai alors la rune que j'avais posé sous l'ordre de Cyril et je me mis juste devant Nussbio ! Un mur de flamme gigantesque, fait avec pratiquement toute mon énergie, s'éleva tout autour de mon ennemi et moi ! J'étais prêt à mourir ! J'étais prêt pour l'ultime sacrifice !

De la patte du Mage sortit ce lazer violet : la convexité, l'Aether ! Et cet élément m'atteint en plein torse. Je hurlai de douleur ! Comment décrire cette dernière ? Je ne peux le fair... Elle était tellement énorme !

- QUE FAIS-TU !?! me hurla Nussbio !

- Je finis... CE QU'ON A COMMENCE IL Y A BIEN LONGTEMPS !!! hurlai-je à mon tour !

Puis, soudainement, je fus projeté en arrière ! Le mur de flamme disparu ! J'attéri sur le dos dans le mur violemment ! Mon torse était ensanglanté... Toutes les écailles étaient parties à cet endroit-là pour ne laisser que de la chair à vif !

Je n'étais pas inconscient lorsque j'attéri au sol. Je pus voir le sourire de mon adversaire, se changer soudainement en un rictus de panique. Il regardait sa patte avec un regard terrifié et cria :

- Qu... Qu'est-ce qui m'arrive ?!

- Ce qui t'arrive ? commençai-je. Tu as été aveuglé par cette soif de pouvoir ! Et tu as utilisé trop d'énergie pour une rune, LA Rune, qui était trop puissante pour toi ! Et c'est ce qui causera ta perte  !!!

Soudainement, je vis le corps entier du Mage se faire envelloper par une aura violette qui devint de plus en plus opaque. Nussbio commença à crier, crier et encore crier à cause d'une douleur insupportable. Je commençai à sourire sadiquement. L'Aether se retournait contre lui ! Je gardai mes forces juste pour regarder ce spectacle ! Mon ennemi commença à devenir sanglant ! Toutes ses écailles étaient parties, laissant sa chaire à vif ! Son sang commença à créer une flaque sous lui... Et, après un ultime hurlement, ce ne fut plus qu'un amas de chaire... La convexité sur lui avait alors disparue...

Je sentis soudainement toutes mes forces me quitter... J'étais prêt à voir ce qu'il y a quand on meurt... Soudainement, ma vision devint floue... Je put entendre tout ce que les autres disaient... Jorth cria mon nom en se dirigeant vers moi... Et tout devint soudainement noir...

Le capitaine de toute la garde inspecta mon corps pendant quelques minutes... Et, après un soupir de soulagement, dit :

- Il est en vie... Mais il est très faible...


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Lun 15 Aoû 2016 - 12:26

D’autres dragons affluèrent vers moi. Je me concentrai et essayai de prévoir au mieux chacun de leurs mouvements. Deux vinrent me griffer chacun de mes flancs, mais je me baissais, et en me redressant, je les déstabilisai, en profitant pour les fouetter puissamment avec un rapide aller-retour de ma queue. J’en attrapai un entre mes deux pattes antérieures et sautai, écrasant au contact du sol la tête de mon adversaire avec mon poitrail. L’ennemie hors d’état de nuire, je roulai pour éviter le dragon derrière moi qui voulut me bondir dessus. Néanmoins, un autre arriva derrière moi et donna un coup de griffe dans mon postérieur. Je grognai de douleur et fis une ruade, assommant ainsi cet autre sbire de Nussbio. Quant au dernier, je m’allongeai sur lui et lui fit goûter un peu de mon électricité jusqu’à ce qu’il suffoque. Il n’allait pas mourir, mais sentirait le grillé un bon moment dans les geôles de Warfang.
 
Puis un tremblement fit remuer légèrement mes pattes. La glace sur les murs et au sol se brisa et partit dans toutes les directions, laissant plusieurs lamelles aussi aiguisées que des dagues. J’attrapai l’un des corps que je venais d’envoyer dans les roses et m’en servit comme bouclier. Cyril n’eut pas ma chance et se prit quelques entailles dans les pattes. Toutefois, cela aurait pu être bien pire, et il était toujours capable de se défendre.
 
A ce moment-là, les renforts promis par Igniis entrèrent, les plus proches soldats se mêlant aux rixes que j’entreprenais avec d’autres de mes agresseurs. Cyril vint lui aussi me porter un peu d’aide, et ensemble, nous continuèrent à faire baisser le nombre de sbires encore capable de tenir debout.
 
Une déflagration mauve sortit alors de nulle part. Je ne pus voir grand-chose. En me retournant, un spectacle de vives lumières m’aveugla. J’entendis des hurlements de douleur. Lorsque je pus de nouveau y voir, j’aperçus Igniis, écroulé contre un mur, le poitrail portant des marques de brûlures très inquiétantes. J’accourus vers lui, tout en constatant d’un spectacle déplaisant. Nussbio voyait ses écailles se couvrir petit à petit de sang, et ses hurlements de douleur, mêlé à ceux de la terreur, me firent frisonner. Il se décomposa lentement. On avait l’impression qu’il fondait petit à petit, et enfin il s’écroula, métamorphosé en un amas de chair et de muscles qui n’étaient plus rattaché à rien. Cela me dégoûta, et je détournai mon regard de cet horrible spectacle.
 
Les derniers soldats de Nussbio fuirent en voyant ce qu’il était advenu de leur chef. Plusieurs warfangiens se lancèrent à leur poursuite, mais le plus gros de l’effectif vint sécuriser la zone.
 
— Il est en vie, mais il est très faible…
 
Je me tournai vers le petit groupe qui se trouvait auprès d’Igniis. Parmi ces dragons, je reconnus le capitaine de la garde que j’avais déjà croisé en maintes occasions par le passé. Après tout, en tant que Gardien, j’étais obligé de croiser de temps en temps le chemin des autorités de Warfang pour tel ou tel problème. Parfois étaient-ce simplement des conseils, ce qui m’accommodait bien plus.
 
— Ne le transportez pas immédiatement, il a besoin de soins sur place.
— Il doit y avoir quelques plantes médicinales, si cet idiot n’a pas tout détruit, ajouta Cyril.
 
J’opinai du chef et allai dans la petite réserve du temple, qui abritant de nombreuses provisions, donc quelques jarres qui contenaient des herbes médicinales aux différentes vertus thérapeutique. J’en pris une avec moi, et, de retour dans la pièce, j’appliquai les feuilles sur la blessure. Cette plante-là était censée apaiser la brûlure. Suite à cela, Cyril vint appliquer quelques bandages sur le plus gros de la blessure, essayant de recouvrir au maximum cette horreur.
 
— Il devrait sûrement se reposer ici, émettais-je.
 

Je regardai alors les gardes, ainsi que le capitaine, qui pourraient sans aucun doute me répondre.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mar 16 Aoû 2016 - 11:11

Les deux Gardiens dirent à Jorth qu'il fallait qu'on me soigne sur place et, ensuite, il vit les deux Gardiens mettre des plantes médicinales sur mes blessures ainsi que des bandages. Volteer lui dit ensuite qu'il faudrait que je me repose dans le Temple.

- Très bien, répondit mon supérieur. Tout ce que j'espère, c'est qu'il ira mieux. C'est un élément important dans la garde...

Puis, après un rire :

- Mais bon ! C'est pas la première fois qu'il nous fait cette sorte de peur ! Je vais le laisser ici, donc. Mais, avant de partir, est-ce que je lui envoie sa femme et son fils ?

Il attendit la réponse des Gardiens avat de rappeler ses gardes et repartir pour Warfang.


Il faisait extrêmement sombre... Rien aux alentours ! Alors c'est ça la mort ? Puis, soudainement, une lumière intense se fit sur moi et une douce douleur me traversa tout le corps et dont l'épicentre était mon torse. Je serrai les dents. Même la douleur se fait sentir dans la mort ?! Est-ce que j'étais en Enfer ? Ou alors...

- Tu as vaincu le Maître Runique et tu as fait preuve de sacrifice, dit cette voix si famillière... Celle de mon dernier "rêve".

- Mais alors... Je suis mort ?

- Non, tu es bel et bien vivant. Mais tu as prouvé que tu étais prêt à sacrifier des vies et surtout sacrifier la tienne.

Je suis vivant !

- Je suis donc venu te féliciter ! Grâce à toi, et aussi grâce aux autres Gardiens, des milliers de vies, sous la fureur de ton ancien ennemi, ont été sauvées. Tes exploits seronts payés. Mais je ne peux tarder plus...

- Pourquoi donc ?

- Voilà pourquoi...

Soudainement, je me réveillai, dans le Temple ! Une douleur se fit sentir à mon poitrail. Je respirais fortement... Mais j'en profitai : J'étais en vie !


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mer 17 Aoû 2016 - 20:22

Ce fut, comme je le pensais, le capitaine qui s’exprima, levant sa tête vers nous.
 
— Très bien. Tout ce que j’espère, c’est qu’il ira mieux. C’est un élément important dans la Garde…
— N’ayez aucune crainte, nous le traiterons au mieux, dit Cyril.
 
Je voulus ajouter quelque chose, parler un peu de notre devoir de Gardien qui était de toujours protéger la vie d’autrui, ainsi que les différents atouts que nous possédions ici pour soigner cette horrible brûlure, en passant des onguents à la magie, tout simplement, et peut-être aussi mentionner cet « élément important dans la Garde » qui devait sûrement être avéré. Il était fort et dévoué, ce second du capitaine de la Garde. Pourtant, je ne pus rien dire. Comme si mon partenaire avait lu dans mes pensées, il mit sa patte devant ma bouche pendant une seconde. Cela me suffit et je ne rajoutai rien, me contentant de sourire.
 
— Mais bon ! C’est pas la première fois qu’il nous fait cette sorte de peur ! Je vais le laisser ici, donc. Mais avant de partir, est-ce que je lui envoie sa femme et son fils.
— Pour l’instant, il vaut mieux qu’il reste tranquille, émis-je. Vous comprenez, il va être fatigué et probablement désorienté s’il revient à lui, alors une soudaine compagnie pourrait le déboussoler. Il faut pour l’instant laisser certains soins opérer, et ostensiblement, nous verrons des résultats promptement ! Mais il faut laisser le temps, et du repos, alors, je vous recommande davantage la solution suivante :
— Rah ! Laissez-le se reposer un peu. Proposez-leur de venir le lendemain.
— C’est ce que j’allais proposer ! Me plaignis-je.
 
Ils repartirent, et nous parvinrent tous deux à déposer le corps d’Igniis sur une multitude de coussins pour qu’il soit confortablement installé. Une semaine passa durant laquelle moi et Cyril nous occupâmes du second. Entre temps, Terrador avait réussi à sortir de son sommeil provoqué, et joignit ses efforts au notre. A présent, Igniis était couvert d’un grand bandage qui lui couvrait tout le torse. Sa famille vint le voir en maintes occasions.
 
Puis il se réveilla un jour. Il ouvrit doucement ses yeux pour faire profiter de cet éclat émeraude à tous ceux qui l’attendaient. Sa famille se trouvait là, ainsi que moi et Terrador, qui avait vieilli sur lui la nuit dernière, et qui tenait particulièrement à le remercier.
 
— Vas-y doucement, conseillais-je à l’attention d’Igniis. Ta blessure risque de te faire mal pendant un moment encore. Bienvenu parmi nous, je suis soulagé de te revoir ouvrir les yeux.
 

Je souris et attendit sa réaction, ainsi que celle des autres.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Jeu 18 Aoû 2016 - 11:08

- Vas-y doucement, me conseilla Volteer. Ta blessure risque de te faire mal pendant un moment encore. Bienvenu parmi nous, je suis soulagé de te revoir ouvrir les yeux.

Autour de moi se trouvaient aussi Cyril et Terrador en plus du Gardien de la Foudre. Content de voir que Terrador eu repris aussi vite et... Attend !

- Combien de temps j'étais dans les pommes ?

C'est Cyril qui me répondit :

- Tu as dormi une semaine pendant laquelle nous nous sommes occupé de toi.

- Une semaine ?

Il hocha la tête pour dire oui. Puis, je tournai la mienne vers Terrador et lui dit :

- Tu es au courant pour ce qui s'est passé pendant ton... Sommeil ?

- Oui, on m'a infomé des détails de votre bataille.

- Et vous vous êtes réveillé il y a combien de temps ?

- Il y a environs 3 jour.

Sur ce, j'eu un rire avant de dire :

- Héhé ! Mon somnifère a été plus puissant que le tient ! On devrais tous essayer de se prendre un bon lazer d'Aether/Convexité dans le torse en cas d'insomnie ! Je pense que ça marcherait du tonnerre ! Héhé Aaaaaaaïe !

Une douleur au torse arrêta mon rire. On me dit de me calmer à cause de la douleur.

- Ouch... Merci pour vos soins, au faite. Je pense que je m'en serais pas sorti sans vous. Mais, question... Où elle est, ma famille ?


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 18 Sep 2016 - 17:44

Le second du capitaine se réveilla presque comme une fleur. A peine avait-il repris ses esprits qu’il posa en premier la question :
 
— Combien de temps j’étais dans les pommes ?
— Tu as dormi une semaine pendant laquelle nous nous sommes occupés de toi.
— Une semaine ?
 
Moi et Cyril hochâmes la tête. Il était vrai que ce sommeil était long. En maintes occasions mon partenaire me fit douter, en disant que peut-être il ne se réveillerait jamais. Evidemment, dans mon optimisme naturel, j’avais gardé espoir, prétendu qu’avec le coup qu’on lui avait porté, c’était normal qu’il se retrouve dans un si profond sommeil.
 
Et j’avais eu raison d’y croire. Je m’enorgueillis légèrement (ça ne pouvait faire trop de mal, de temps en temps !) de ma foi tandis qu’Igniis posait quelques questions complémentaires à Terrador. Ce dernier avait bien meilleur mine et repris son ardeur que tous lui connaissaient.
 
— Ouch… Merci pour vos soins, au fait. Je pense que je ne m’en serais pas sorti sans vous. Mais, question : où elle est, ma famille ?
 
A cette question, je souris.
 

— Sache qu’elle n’a pas cessé de venir ici pour savoir si ton état s’améliorait. Ils tiennent vraiment à toi. Ils se trouvent dans la pièce d’à côté. Ils sont encore venus te voir, 5 minutes avant que tu ne te réveilles.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Dim 18 Sep 2016 - 22:50

- Sache qu’elle n’a pas cessé de venir ici pour savoir si ton état s’améliorait. Ils tiennent vraiment à toi. Ils se trouvent dans la pièce d’à côté. Ils sont encore venus te voir, 5 minutes avant que tu ne te réveilles.

J'avous que cela m'émouvait et me faisait sourire. Je répondis :

- Oh... Est-ce que l'un de vous aurait l'amabilité de prévenir ma famille de mon réveil, s'il vous plaît ?

Ce fut Terrador qui se porta volontaire et dit :

- Je vais les chercher.

- Merci, dis-je.

Il alla dans la salle d'à côté et j'entendius quelques bruits de paroles... Et je vis soudainement Notad foncer vers moi en criant :

- PAPA ! Tu es réveillé !

Il me sauta dessus. J'entendis Cyril grogner à cause de mes blessures, mais je m'en fichais un peu, je devais l'avouer. J'attrapai mon fils au vol et lui fit une étreinte en disant :

- Eh oui ! C'est pas aussi facile que ça de tuer ton papa ! dis-je avec un rire.

- Pendant tout ce temps, j'ai pas eu peur, papa !

Je lui baisai le front. Puis, Abyssa vint vers moi en marchant de sa marche gracieuse et guerrière en même temps. Elle avait le sourire au lèvres. Elle disait dans le même temps :

- Ah, mon cher Igniis ! Maintenant que tu es réveillé, je peux enfin te le dire : tu es incorrigible ! Mais c'est comme ça que je t'aime.

Quand elle fut près de moi, nous nous enlaçâmes tous les deux. Puis, elle repris Notad en lui disant :

- Aller, Notad ! Ton père a encore certaines blessures et il ne faut pas qu'il force trop.

- Mais...

- Aller Notad, fais ce que maman te dis. J'ai pris assez de somnifère comme ça, en plus ! Hahaaaaaaïee !

J'essayai de me relever mais...

- J'ai même pas assez de force pour me lever, mon grand. Donc si tu veux pas encore patienter une semaine de plus... Au faite, fis-je en me tournant vers les Gardiens, Vous pensez que j'aurais assez de force pour marcher ou voler quand, à votre avis ?

- D'après nos observations, mon chers, vous pourrez faire cela demain matin ou après-midi.

- Je vois. Encore merci de m'avoir soigné, au faite. Volteer, Cyril, si vous vouler encore écouter mon avis sur la guerre, je serais toujours partant ! Hehe Aaaaaaaah ! Faut vraiment que j'arrête de faire cela, n'est-ce pas ?

J'en vis beaucoup me faire signe de "oui" avec la tête.

- Je m'en doutais un peu. Aller Notad, je ne peux pas te porter mais, si tu veux, tu peux venir te coucher à côté de moi.

Abyssa le lachâ et ce dernier vint se coucher juste à côté de moi. Il se calla si bien qu'il s'endormit très vite.

- Il n'arrivait pesque pas à dormir. Il avait vraiment peur pour toi.

- Je pense que j'aurais été pire s'il avait été en danger. Je pense que lui aussi mérite un bon repos !


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Crédit : 3823
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer] Mer 21 Sep 2016 - 11:14

Terrador alla donc chercher la famille inquiète d’Igniis, et je fus alors le spectateur d’une scène plutôt émouvante. Le jeune Notad qui venait à son père, qui montrait qu’il n’avait pas eu peur dans un élan d’orgueil juvénile, sa compagne qui venait là, et qui d’un regard doux considérait Igniis. C’est en voyant cela que je pus me rendre compte que cette famille était parfaitement soudée, et que le couple vivait une idylle que je jugeais presque utopique.  Je me contentais de sourire en les voyants, me régalant de cet amour familial qui débordait. Cela faisait bien longtemps que le Temple n’avait pas eu cela.
 
Néanmoins, quelque chose me dérangeait : Igniis bougeait beaucoup ; il en avait envie, du moins. Je le compris à sa demande, à laquelle Cyril répondit. Plus j’y songeais, et plus je comprenais la peine du capitaine. Finalement, par comparaison, cela devait ressembler à ma folie de la langue. Oui, bon, j’avais une envie que je qualifiais presque de vitale. Je ne pouvais pas me retenir de parler bien longtemps, et bien souvent me prenait l’envie de montrer tout ce vocabulaire, ce savoir - ou non – que je contenais dans ma tête, puisque finalement, le savoir était fait pour être partagé. Oh, oui, lorsque j’avais compris ça – très jeune, ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Jamais ! Est-ce que cela, somme toute, pouvait l’excuser de bouger autant de vouloir toujours s’embourber dans les soucis, comme semblait le prétendre sa compagne ? Allons dire oui.
 
— Nous avons tous mérité du repos, je pense, concluais-je en souriant à l’attention d’Igniis. Je pense d’ailleurs que je vais vous laisser vous reposer. Je vais rejoindre Warfang un instant.
— Soudainement, comme ça ? Demande Terrador.
— Oui. La dernière fois que j’y suis allé, c’était pour un conflit. Je veux y retourner, m’y sentir en liberté. Vivre, simplement. Pouvoir me promener dans ces rues élancées, droites, aux multiples couleurs, odeurs ! Oui, j’ai envie de regarder le travail d’un tanneur, j’ai envie de parler à certaines taupes qui me jetteront leur terme technique à la figure ; certains que je comprendrais, d’autres non, mais je les apprendrais, et cela pourra m’enrichir. Je veux aller dans une taverne, boire un peu. Non, pas trop, je n’ai jamais été un grand buveur… Je crois. Je veux aller voir un étal de charcuterie, en sentir toutes les saveurs, et finalement me laisser convaincre par les prix, les arguments du charcutier, pour gober directement la viande que je viens d’acheter. Je veux faire un tour des remparts  de la cité, admirer possiblement un magnifique coucher de soleil, annonciateur du crépuscule, voir les torches de la ville s’allumer presque au même moment alors que la lune se lève pour regarder cette cité de lumière.  Au plaisir.
— Oui, ne tarde pas trop.
 

Je souris et partit dans la pièce, commençant à me préparer dans l’endroit o je couchais en général.  Un voyage m’attendait, je devais m’y préparer.

Fin du rp
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 89
Crédit : 1940
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Repos, repos fortuit [Privé Igniis / Volteer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Repos après un long voyage
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Repos bien mérité dans une taverne.
» L'Auberge du Repos Eternel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro & Cynder Forum RP / RPG :: Zones RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: