♦ La légende continue ♦

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

“C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Lun 30 Nov 2015 - 16:04

Après avoir rencontré Shadow, ce dragon noir assez étrange qui se disait fils de Malefor, elle avait beaucoup réfléchit, sur sa position à elle, dans la grande cité où elle n’était qu’une soignante très peu reconnu. Cela l’avait beaucoup travailler, le faite que Malefor ne serait peut-être pas aussi méchant qu’il n’y parait, et peut-être c’était seulement les gardiens de Warfang qui était trop dur.. En même temps, elle n’avait jamais eu l’occasion d’en rencontrer un, sans doute étaient-ils trop occupés ou elle trop souvent en dehors de la cité à vagabonder de voyage en voyage. Chrystal aimé tant voyager, découvrir mais aussi agrandir ses horizons sur la visions de choses, apprendre. Chrystal était toujours avides d’apprendre plus sur la vie qui occupé en dehors de ses murs. Voilà un bon mois que Chrystal n’était plus retourné à la cité pour travailler, elle n’aimait pas tellement la ville, autant car il y avait trop de gens que par le faite qu’elle ne pouvait que se déplacé sous sa forme bipède. C’était presque gênant pour elle, d’ailleurs, car elle avait l’impression d’être fortement désavantager face aux dragons qui l’agresser, parfois, soit dans l’auberge qu’elle loger et allait boire un verre pour se détendre, soit simplement dans la rue, par simple prétexte qu’elle était différente.

Etre différent.. C’était tout le problème de la société d’aujourd’hui. La différence ne devait plus exister, on devait naître presque parfait, mais surtout fort, autant physiquement que moralement. Ainsi allait le monde et elle le trouvait bien triste de le voir tourné sous cette allure. Chrystal se demandait parfois si il était toujours aussi bon de resté dans Warfang que dans le temps.. Mais elle n’avait que peu de choix, sa vie dans Warfang, avec son travail, c’était son gagne-pain et beaucoup de d’espèce comptait sur elle, sur ses soins notamment. Du recul. Oui c’était surement ce qu’elle faisait cette dernière année, prendre du recul sur la ville pour mieux rentré. Elle connaissait quelques gardes dans la cité, mais ils changeaient souvent. Certains patrouillaient autour de la ville en guise de danger, d’autre dans la cité, surtout à cause des problèmes de racisme. Depuis l’histoire avec la grande prêtresse, Cynder, les dragons noirs étaient bien mal vue dans la cité, Chrystal les protégé comme elle pouvait mais face aux dragons d’éléments de foudre, elle ne pouvait rien faire sans risquait sa peau. Mais avec les croisements d’espèce et d’éléments, il devenait de plus en plus dur de juger l’élément d’un dragon à un autre, avec l’évolution de l’espèce, certains avait même deux éléments propre, mais jamais opposé.

Chrystal se trouvait encore près de l’océan, admirant sa beauté, elle savait qu’elle n’y passerait plus pour plusieurs mois, voire année, elle n’était pas sûre, le temps passait si vite, trop vite même à son goût. Elle huma une dernière fois l’air de la mer, c’était si agréable qu’elle pensait presque prendre sa retraite ici, si aucune relation ne l’empêcher d’ici là. Elle aimait cet endroit, c’était étrange. Elle sentait à présent qu’elle pourrait reprendre son travail, pour les prochains mois à venir, se sentant reposait et apaiser intérieurement. Elle mettrait surement une bonne semaine pour réussir à retourner à Warfang même. Elle allait traversé l’océan à la nage, c’était plus simple et plus rapide pour elle, puis elle survolerait les terres, pour éviter tout danger terrestre, même si cela ne diminuer pas les dangers aériens, surtout qu’elle ne maitrisait pas encore toute à fais les différents changements d’air. Elle prendrait son temps, comme elle l’avait toujours fait d’ailleurs, apprenant en même temps à maitriser cet élément, choisissant les lacs ou les rivières comme lieu de repos.

Il était vrai que c’était appâter le danger de choisir ce genre de zone, les terrestres s’y retrouvant souvent pour s’abreuver ou pour chasser leurs proies qui viennent s’abreuver, mais elle, elle se réfugier sous les profondeurs des eaux, s’éloignant ainsi des dangers, surtout qu’elle n’était pas habile à courir très rapidement et si l’endroit ce trouvait qu’il y aurait trop d’arbre elle ne pourrait s’envoler pour échapper à son prédateur. Sa taille massive était à la fois un atout mais aussi un désavantage. Elle réussissait à faire fuir les prédateurs suite à sa masse corporelle impressionnante et en jouant un peu avec la lumière, parfois, mais un gros désavantages quant au terrain, notamment, souvent boisé. Les plaines devenaient assez rares et les montagnes étaient trop escarpées ou dangereuse pour savoir s’envolait. C’est pour ça que quand Chrystal devait se poser, elle choisissait bien son endroit, pour savoir repartir facilement et sans crainte.

Près d’une semaine plus tard, Chrystal arriva enfin aux abords de la grande cité. Elle avait déjà visité de long en large, perdant son temps de repos à connaitre les endroits et les recoins différents. Mais c’était à l’époque où la ville était moins arrogante envers certains de leurs citoyens, qu’on n’avait pas besoin de tant de garde pour faire régner les lois et que les querelles n’étaient que quelques égratignures et pas, comme aujourd’hui, des coupures profondes, des empoisonnements graves pour des histoires de vengeance futiles. Comme à son habitude, elle s’était arrêtée à plusieurs mètres des postes de gardes pour changer sa forme trop massive pour la grande ville pour ne prendre qu’une forme de 3 mètres de hauteurs avec une corpulence plus fine, dépourvu d’aile. Sa transformation lui couter en énergie mais la faisait souffrir, son corps entiers devrait rétrécir, diminuer ses organes mais aussi changer sa morphologie. Ses cris de douleurs étaient étouffés entre ses dents finement pointues et une marque rouge parcourra son visage. La transformation lui avait pris plusieurs longues minutes de souffrance, elle s’effondra sur le sol, à bout de souffle. Elle savait que c’était nécessaire, elle n’avait pas le choix, surtout si elle comptait rentrer et reprendre son travail.

Il fallut plusieurs minutes à Chrystal pour reprendre son souffle, on était au milieu de l’après-midi, il semblait faire beau, mais on était plus en été, le temps pouvait changer d’un moment à autre. Elle se releva, s’étira et se dirigea avec la porte de la cité ou plusieurs gardes montait la garde, lance ou arc à la main, une armure lourde en guise de protection. Elle les salua, cela faisait un moment qu’elle ne les avait pas vus, puis elle passa la porte. La cité vivait de plein pot, chacun vaquant à ses activités telle une fourmilière géante. Elle en était même impressionnait par autant de dragon dans la ville. Elle s’avança pour se confondre dans la foule, cherchant comme elle pouvait son chemin pour atteindre l’hôpital de la ville, mais la foule dense l’emportait avec elle..


Agrandil.. Je t'attendrais jusqu'à ce que la mort nous sépare..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Ma véritable forme -

Spoiler:
 
avatar

Personnage
Recherche: Mâle
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: 53 ans
Administratrice
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Crédit : 4057
Date d'inscription : 06/11/2012
Age : 24
Localisation : Près des eaux
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Mar 29 Déc 2015 - 23:34

—Merci beaucoup de vous être proposé, Gardien ! Heureusement que vous étiez de passage.
—Vous pourrez me louer une fois que je l’aurais sorti d’affaire ! Pressez-vous de me montrer où elle se trouve, s’il vous plait. Nous parlons ici d’une vie en danger !
—Oui !
 
La dragonne qui se trouvait devant moi stoppa sa course, s’offrant une transition pour déployer ses ailes et s’élancer d’un bond pour entamer son vol. Je la suivie en faisait de même, gardant l’élan de ma course pour ne rien perdre de ma vitesse actuelle. Le temps pressait !
 
Que se passait-il ? Pour en faire un résumé, j’avais décidé de me promener un peu à Warfang, d’abord pour me tenir au courant de certaines affaires, comme l’état des édifices, comment le commerce allait, ce genre de choses qui n’intéressaient pas forcément les autres Gardiens, mais surtout pour passer quelques heures dans la bibliothèque, pouvoir enrichir mon savoir en (re)lisant quelques livres poussiéreux mais ô combien intéressants, et même en emprunter certains ca ma bibliothèque dans le Temple commençait à être dépassée : j’en avais lu et relu le contenu, et même jauni quelques pages tant je les avais dévorées.
 
Hélas, je n’eus le temps de me diriger vers la bibliothèque que j’avais remarqué une dragonne aux écailles couleur du bronze, les plaques assez épaisses, ce qui lui donnait un air de mâle, avec la finesse d’un corps d’une femelle. Peu importait. La dragonne courait à une telle vitesse qu’elle failli me percuter. J’étais parvenu à la stopper avant qu’elle ne me rentre dedans. Elle s’était excusée, confuse, et avait déclaré qu’elle était pressée. Je lui avais demandé, naturellement, quel était l’origine de tant d’empressement. Elle m’avait répondu qu’un patient avait suffoqué et venait de tomber dans un coma qui risquait de conduire à la mort. La soigneuse m’avait ensuite expliqué qu’elle devait aller chercher un médecin spécialisé dans les comas pour l’aider. Je lui avais alors proposé mon aide pour aller plus vite, m’y connaissant un peu dans le domaine médical. Elle avait accepté, et me voilà à présent.
 
Nous nous posâmes juste devant l’entrée de l’hôpital. Je poussai les portes et gardait une allure soutenue en traversant les différents couloirs que proposaient cet hôpital fait majoritairement de bois, avec un carrelage d’un blanc immaculé en guise de sol. Hélas, je n’avais le temps de me préoccuper des chefs d’œuvres architecturaux. Une vie était en jeu, et je me devais de la sauver.
 
 
Nous arrivâmes dans la chambre de la concerné. La patiente avait été emmenée dans une chambre isolée pour éviter de choquer d’autres malades et pour avoir plus d’espace afin de faciliter les manœuvres. Il était vrai que cette pièce avait un plus haut plafond, plus adapté à ma taille.
 
Je vis la patiente. Il s’agissait d’une adolescente, à en juger par sa taille comparable à celle de Spyro quelques années auparavant. Ses écailles étaient blanches, avec quelques taches marron sur les pattes et le museau. Ses yeux étaient fermés, et elle ne bougeait pas.
 
Moi et la soigneuse haletant, nous entrèrent dans la pièce. J’eus le réflexe d’écouter son cœur. Il ne battait plus. Mon sang se glaça dès que je sentis cette oisiveté du système. Les yeux grands ouverts, j’avais peur, peur qu’il soit déjà trop tard, et, par folie de vouloir tenter l’impossible et par ardeur, je commençai à me mettre sur mes pattes arrière afin de poser celles antérieures sur le poitrail de la dragonne. De l’électricité se chargea dans mes pattes, touchant le corps inanimé de la patiente.
 
Je fis soudainement une forte pression au niveau du poitrail tout en chargeant beaucoup d’électricité dans mes pattes, la faisant passer dans le corps de celle qui en avait besoin. Le corps ne fit qui suivre les mouvements de mes pattes, mais aucune réactions ne survinrent. Je soufflai un bon coup et procédai de la même manière, avec une plus grande dose d’électricité. Cette fois, la dragonne fut prise de nombreux soubresauts, puis elle ouvrit grand la gueule et inspira tout l’air qu’elle pouvait trouver. Une fois la respiration retrouvée, elle se mit sur le flanc et toussa longuement. Je me remis sur ses quatre pattes et la regardait avec un sourire qui exprimait tout mon soulagement.
 
Passée ce trauma, la dragonne pleura encore, sûrement d’émotion, puisque la soigneuse lui avait annoncé qu’elle avait frôlé la mort. Elle baissa la tête et tendit les pattes, m’implorant comme si j’étais un dieu. Je trouvais la situation amusante, et pour ne rien cacher, j’étais satisfait. Néanmoins, trop de louanges étaient contrariant.
 
—Cessez donc, dis-je en souriant. Vous n’avez pas à me remercier autant. C’est aussi mon rôle de Gardien que de veiller à ce que le plus grand nombre se porte bien.
 

Je continuai de sourire, acceptant encore ses remerciements et promesses de dédommagement pour ces services, puis nous commencèrent à parler. Je me renseignai sur le mal qui l’atteignait, où elle vivait, si elle avait des parents… Je ne m’arrêtai plus de poser des questions auxquelles la patiente répondait avec beaucoup d’engouement.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Crédit : 1805
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Lun 4 Jan 2016 - 15:39

Chrystal n'aimait pas cette forme, autant parce qu'elle s'y sentait pas à l'aise que parce qu'elle se sentait ignorée, poussait et souvent vulgarisé par des mâles trop viriles. Mais pour se déplacer en ville, elle n'avait guère le choix, sa corpulence de 17 mètres empêcher nettement de se mouvoir comme elle le souhaitait et surtout sans rien cassait. Même avec ses ailes repliées contre elle, elle cassait encore les habitations à cause de sa maladresse. Si elle n'avait pas cette forme humanoïde, elle n'aurait jamais put rentré dans la cite, sauf quand elle aurait bien plus jeune, mais la cité existait-elle déjà, il as plus que cinquante ans ? Elle ne doutait, même si la plupart des habitations semblaient particulièrement vieillotte. Le marché semblait ouvert aujourd'hui, cela expliquait pourquoi quand elle est rentrée dans la ville elle se faisait bousculé par la foule, les marchands venaient parfois des quatre coins du pays pour exposer leur marchandise, souvent de grande valeur. Cela n'arrivait qu'une fois par mois, les autres jours c'était les marchands du coin qui était là, souvent à se battre sur la qualité de leur alimentation.

Chrystal passa rapidement devant les stands bien garnis et très attrayant, la foule était au rendez-vous, s'accumulant sur différents marchands sur des produits à prix "cassé". Le commerçait fonctionnait à plein régime, cela faisait vivre la ville et elle aimait ça malgré qu'elle ne supportait pas d'être autant entourée. Elle se fraya un chemin avec beaucoup de difficulté, reprenant son souffle en s'éloignant. Elle fût heureuse que cela n'arrivait qu'une fois par mois, généralement elle s'éclipsait, mais visiblement elle avait mal calculé pour cette fois et tombé en plein dedans. Elle savait que le marché duré plusieurs jours, elle espérait qu'ils en étaient à la fin, mais elle n'avait pas pris le temps de le demandait à un vendeur, des patients attendaient surement dans l’hôpital, elle avait du boulot et une vie était bien plus importante que la masse qui s'accumulait dehors.

Elle finit par arrivait devant les portes de son travail, elle laissa un petit soupire s'échapper, espérant que peu de chose dramatique était arrivé pendant son voyage. Elle poussa les portes et entra. Des infirmiers parcourait les couloirs pour s'occupait des patients, ils semblaient bien déborder. Elle s'avança d'un pas rapide vers la salle de repos consultait le registre des problèmes qu'il y avait eu, les entrées et les sorties. Comme elle s'y attendait, il n'y avait aucun collègue dans cette pièce, elle pris le cahier et le lis rapidement. Rien de particulier à signaler, c'était déjà quelque chose de bien. Juste qu'il y avait eu un peu plus de rentré ses derniers jours, mais les malades venaient et repartaient suivant ce qu'ils avaient besoins. Ainsi cela pouvait duré longtemps comme ça pouvait être très rapide. Elle reposa le le suivit des patients et s'apprêta à sortir. Un infirmier la héla car une victime d'un arrêt cardiaque avait était signalé et que un des gardiens venaient de la sauvé.

Chrystal eu un frisson et fût quelques instants bloqué avant qu'on la rappelle à l'ordre. Shadow, un dragon noir qu'elle avait croisé au cours de ses voyages, lui avait raconté être le fils de Malefor, il lui avait raconté beaucoup de chose sur son père mais aussi sur les gardiens. Elle n'avait jamais vraiment rencontré un des quatre depuis qu’elle avait rallié Warfang et elle avait attrapé une certaine méfiance après avoir entendu certaines histoires sur eux, même si elle ne savait dire si ils étaient véridique ou pas. Mais il fallait pensé avant tout à la victime. Elle se ressaisi et marchant derrière son collègue, elle le suivit d'un pas rapide et déterminé. Une pathologie importante touchait peut-être la dragonne, il fallait faire vite, car cela pourrait recommençait rapidement, et elle ne savait pas si elle serait capable de la sauver..


Agrandil.. Je t'attendrais jusqu'à ce que la mort nous sépare..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Ma véritable forme -

Spoiler:
 
avatar

Personnage
Recherche: Mâle
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: 53 ans
Administratrice
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Crédit : 4057
Date d'inscription : 06/11/2012
Age : 24
Localisation : Près des eaux
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Mar 12 Jan 2016 - 14:10

Je décidai de rester un peu avec la patient, pour m’assurer qu’elle ne fasse pas une quelconque rechute. Pour le moment, elle semblait calme, toujours posée sur le flanc, la respiration tranquille, et ses yeux mi-clos me fixant, moi qui était assis dans un coin de la pièce.
 
La soigneuse était partie, me disant qu’elle allait trouver de l’aide. J’attendais, mouvant ma queue doucement de gauche à droite pour faire passer le temps. Hélas, après quelques minutes, je sentais que ce silence était pesant, bien trop pesant. Il m’oppressait. Ah, que je déteste ce genre de moment où il faut attendre, et ne rien faire. Pourtant, je ne pouvais tenir bien plus longtemps. Oui, la patience était une vertu, mais qu’elle aille au diable quand on a de la compagnie avec laquelle on peut partager. Voilà quelque chose que je trouvais bien plus vertueux pour mon être.
 
—Dis-moi, quel est ton nom ?
—Adralia.
—Oh, c’est un joli nom. Et tu as grandi ici, dans cette grande cité qui se nomme Warfang ?
—Oui, j’ai toujours vécu ici.
 
Elle souriait. J’étais sûr qu’un peu de conversation lui ferait le plus grand bien… Oui, à moi aussi, mais c’était surtout pour elle !
 
—Ah, Warfang n’est-elle pas une jolie cité bien accomplie ? Bien entendu, elle a, comme toute civilisation, ses propres défauts, mais il ne faut pas oublier qu’elle reste une puissante cité, bien protégée. On s’y sent en sécurité, non seulement grâce au rempart, mais aussi grâce aux prodiges d’ingénierie de la part des taupes, nos alliés et amis. Il ne faut pas non plus oublier la Garde de la ville, dont la discipline est exemplaire. Oh, oui, croyez-moi ! J’ai déjà pu y aller afin de faire acte de présence et de juger un peu de la qualité de l’enseignement, et je peux vous assurer que je n’ai aucunement été désappointé. Non, aucunement ! Si vous aviez vu leurs méthodes d’entrainement, oh, oui, elles m’apparaissent encore clairement. Il y avait des saluts respectifs, puis on démarrant quelque entrainement. Cela ne finissait jamais avec de grosses blessures, mais c’était suffisamment bien construit pour que cela serve à améliorer les réflexes et, plus généralement, aptitudes de chaque garde débutant. Cela me faisait chaud au cœur de voir un tel spectacle. Tiens, cela me fait penser que peut-être j’y retournerai à l’occasion. Il me tarde maintenant d’y retourner ! Mais je veux aussi rester en votre compagnie qui m’est bien charmante. Vous êtes douce, et il me faut reste pour avertir si jamais un malheur devait arriver, ce que bien entendu je ne vous souhaite pas ! Mais vous comprenez qu’en tant que Gardien, je ne peux me permettre de l’laisser quelque chose au hasard. Il faut être vigilant, et ça, je pense que vous le savez, n’est-ce pas ?
 

Elle se contenta de rire aux éclats. Cela me rassurait, mais j’avais l’impression qu’elle n’avait pas tout suivi…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Crédit : 1805
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Ven 29 Jan 2016 - 19:04

Chrystal se dépêchait aussi vite qu’elle pouvait essayant de suivre la cadence de son collègue qui lui courait sur ses quatre pattes. Elle n’en avait que deux et courir était vraiment dur pour elle, il fallait déplacer cette masse de muscle sur deux pattes ! C’était un effort presque surdraconesque ! Le souffle court elle arriva près de la pièce de la victime. Elle s’arrêta pour reprendre son souffle sinon elle risquait de faire un arrêt respiratoire. Son collègue la poussa à continuer, mais elle se tenait au mur, le corps replié de moitié. Sa respiration était légèrement sifflante car elle était si saccagé que sa gorge en était devenue sèche. Une voix très basse s’entendait u loin, là où se situer la victime, puis quand elle allait reprendre sa course un rire aux éclats raisonna. Elle se mit à sourire, si le rire était un remède contre la dépression et certaines maladies, il permettait à l’infirmière de savoir que la patiente était belle et bien en vie et qu’elle pouvait parcourir le petit bout de chemin restant en marchant. Elle se releva et entama sa marche un peu plus posé, les épaules et les traits moins crispé par l’inquiétude et la peur.


Chrystal entra dans la pièce. Un dragon jaune et noir se présenta devant une dragonne blanche aux tâches brunes parsemant par-ci par-là son corps. Elle la regarda entrait pendant que la bleue s’approchait, tâtant son pouls et mesurant son rythme cardiaque et respiratoire. Tout semblait normal, pas d’anomalie à détecter, par contre quelques examens étaient à passait et la jeune femelle devait surement restait quelques jours à séjournait à l’hôpital. Elle tourna son regard vers le gardien, une certaine crainte pouvait se lire dans ses yeux, elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer que c’était peut-être à cause de lui que Malefor avait « tait exclu de cette planète et qu’il était devenu si cruel à cause de lui.. Elle enleva ses pattes de la patiente et soupira un peu, elle cherchait à formulait ses mots sans paraître une once de crainte ou d’amertume. Elle finit par rassemblait son courage, elle se devait de récolter quelques information sur la dragonelle vu qu’il était le seul dans la pièce avec son collègue de travail.


- Vous devez être Volteer, j’ai entendu parlait de vous par..  Une connaissance de voyage. Vous connaissez cette jeune dragonelle ? J’ai besoin d’en savoir plus sur elle pour monter un dossier médical pour ses examens à venir. Il faudra qu’elle reste quelques jours chez nous pour qu’on comprend la raison de son arrêt cardiaque mais aussi voir si elle n’as pas quelconque pathologie avant de la laisser partir.

Elle observa la mâle qu’elle n’avait entendu que des dires sur lui. Il semblait inspiré le respect et le savoir mais aussi il semblait très sûr de lui et ses connaissances. Elle le remarqué à sa manière de se poster à coter de la dragonelle. Rare était les dragons, dont elle savait que l’âge avait creusé la connaissance, se poster ainsi sur leur pattes. Beaucoup avait, au contraire, le dos et l’échine courbé par la pression du temps, les malheurs qui courait et les coups durs. C’était comme si le dragon avait vécu dans une bulle de métal contre tout coup violent de la vie, ou bien il avait su les encaissait sans problème. Elle savait que cela pouvait beaucoup différer d’un dragon à l’autre, son mental et son vécu était bien différent. Et  il avait beaucoup de raison d’être fier, après tout, lui et les autres gardiens avait aidé à forgé le Héros de Warfang..  Le Grand Spyro qui régnait dans les contes et récits des habitants dans des combats épiques, le héros qui avait sauvé la ville d’une mort certaine, enfin, c’est ce que l’on raconté, après tout, ce n’était que des légendes. Et elle savait que parfois ses épopés étaient des mensonges pour faire de l’ombre sur la triste réalité. Elle en était le modèle parfait, d’ailleurs, elle qui avait eu son peuple dévasté par le simple faite qu’un jour ils n’ont pas offert plus que ce qu’il ne pouvait. Ils avait étaient passait pour des méchants et avait été exterminé sans jugement..


Agrandil.. Je t'attendrais jusqu'à ce que la mort nous sépare..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Ma véritable forme -

Spoiler:
 
avatar

Personnage
Recherche: Mâle
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: 53 ans
Administratrice
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Crédit : 4057
Date d'inscription : 06/11/2012
Age : 24
Localisation : Près des eaux
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Lun 14 Mar 2016 - 20:13

Soudainement, une créature dotée de la bipédie vint nous rejoindre dans la chambre. Au moins était-elle facile à repérer, du moins, selon moi. J’avais rarement vu ces hybrides étranges, à caractéristiques merveilleuses ; du moins, jusqu’à ces derniers jours, où je ressentais un rassemblement de ces ethnies. Cela ne me déplaisait pas ; la variété était quelque chose de plutôt agréable et, selon moi, ces dragons se tenant sur deux pattes n’étaient pas une source de menace, ou à mépriser.
 
Somme toute, je souris en la voyant entrer. La dragonne qui était sur le lit venait de s’interrompre dans ses éclats de rire. Je compris rapidement que la nouvelle était médecin, à sa manière d’agir face à la patiente : prise de pouls, examen physique. Elle remarqua que tout semblait être « en ordre » et partagea un regard pour moi, et bien qu’il fut prompt, je sentis un léger froid dans ces yeux bleus. Je ne pouvais deviner la nature de celle-ci, et peut-être les tumultes pour sauver la vie de la dragonne me jouaient quelques légers tours, mais je sentais tout de même quelque chose d’étrange.
 
Lorsqu’elle s’approcha un peu pour s’adresser à ma personne, je la regardai dans les yeux, la tenue droite, un sourire joviale dessinant mon visage. Il fallait dire que j’étais plutôt content et rassuré que la patiente vive toujours, alors je n’avais pas de raisons de faire la tête.
 
—Vous devez être Volteer. J’ai entendu parler de vous par… Une connaissance de voyage. Vous connaissez cette jeune dragonelle ? J’ai besoin d’en savoir plus sur elle pour monter un dossier médical pour ses examens à venir. Il faudra qu’elle reste quelques jours chez nous pour qu’on comprenne la raison de son arrêt cardiaque mais aussi voir si elle n’a pas quelconque pathologie avant de la laisser partir.
 
Mon visage s’éclaira davantage. Elle avait l’air cultivée et savait comment réagir dans son domaine. Ce n’était pas une incompétente. Je la laissai terminer, et me permit de répondre à sa question.
 
—En effet, ma chère. Je suis bien Volteer, Gardien de la Foudre, mais Volteer suffit largement. Parfois m’appelle-t-on autrement, comme Volt, voire même Volty, mais je dois vous avouer que ces noms me rendent mal à l’aise s’ils sont employés par n’importe qui. Par exemple, j’aurais tendance à sourire s’il s’agit d’un ami qui me désigne ainsi (que ce soit Volt ou Volty) ; néanmoins, si un inconnu porte ces noms-là à ses lèvres, je suis voué à une gêne considérable. Je suppose que vous le comprenez, car le nom possède une dimension assez solennelle, et davantage quand on use de surnoms ; car, somme toute, les surnoms reflètent une sorte d’intimité, un pacte que l’on a passé avec une autre personne, la jugeant assez proche et digne de confiance pour lui confier un tel surnom. En effet, le nom n’est qu’un réceptacle à notre âme. C’est par lui que, parfois, nos sens s’activent. Je parle en effet de l’ouie, mais pas seulement. La vue est aussi en jeu (lorsque je lis une lettre et que mon nom apparait dedans). Voyez donc à quel point le nom est important. Sans nom, nous sommes perdus, et même bien pire ! Sans nom, réceptacle de notre personne, nous errons, nous ne savons pas qui nous sommes… Vous pouvez m’appeler Volteer. Ravi de vous rencontrer. Quel est votre nom ?
 
Je posai ma patte derrière mon cou. Encore une fois, ma langue et mon esprit étaient parti à leur libre-arbitre. Etait-ce une preuve de ma faiblesse, ou peut-être une preuve de ma grande force ? Après tout, le langage est un privilège si incroyable… J’en vins à la conclusion qu’il s‘agissait un peu des deux.
 
—En tout cas, dis-je en reprenant mon sérieux, il serait juste en effet de faire un examen supplémentaire. Vous y connaissez-vous en cœurs ? Moi, légèrement, peut-être pourrais-je vous aider. Il y a beaucoup de choses qui peuvent faire cesser un cœur, et il est parfois délicat de le découvrir, hélas. Ce pourrait-être lié à une émotion trop intense, mais je vous laisse juger, je ne voudrais pas vous gêner dans vos observations.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Crédit : 1805
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Ven 29 Avr 2016 - 23:01

Chrystal examinait rapidement la patiente pour voir son état général car même si certains pouvait dire que tout allait bien, le corps parlait mieux que les paroles. Elle fût contente de remarqué que tout était rentré dans l’ordre même si pendant ses observations elle ne pouvait s’empêcher de regardait le gardien du coin de l’œil. Que savait-elle d’eux au juste ? Pas grand-chose, toute ses connaissances se basé surtout sur les dire de Shadow. Que penserait-il si elle la voyait tapait la discute, par hasard, avec le gardien de la foudre ? Elle n’en savait rien. Peut-être il rigolerait ou bien il lui conseillerait de fuir au plus vite. Même si elle ne savait pas grand-chose d’eux, elle se méfiait. En apprenant à le connaitre elle jugerait s’il était mieux de le fuir ou d’apprendre à essayer de lui faire confiance. Qui sait, il serait peut-être un allié de choix dans les cas délicat ?

Elle le regardait parlait, buvant ses paroles en essayant de les comprendre. Tant d’information qui se résumé à une seule chose : son prénom. Elle comprit directement que se devait-être un grand philosophe, il savait dire beaucoup sur une petite chose qui avait peu d’importance en soit. Même si elle pensait comme lui, le prénom faisant partie intégrante de l’être. C’était un sujet assez complexe qui pouvait partir loin, très loin. Certains parlait que le prénom était même lié à l’âme. Pour cela elle n’y croyait pas trop. Après tout, elle ne croyait qu’à peine au fantôme et au esprit. Pouvons-nous seulement prouver leur existence ? Elle en doutait. Même si elle avait entendu parlait d’une île, il y a très longtemps, qui était inaccessible en volant et qui se devait de traversait à patte des îles entières pour y arrivait. Toute aussi pleine de danger. Elle esquissa un léger sourire qui sonnait un peu faux.


- Hé ben je vois que vous aimez parlait Volteer. Cela ne me dérange pas tant que j’arrive à suivre ce que vous essayez de me dire. J’ai bien compris que je ne vous appellerais pas par vos surnom, nous vous en fait pas, je suis pareille, je trouve que cela va plus dans l’intimité. Soit. Je m’appelle Chrystal. Enchanté.

Le dragon de foudre semblait pourtant bien gênait de d’avoir tenu un si grand discours pour pas grand-chose. Pourtant elle trouvait presque sa marrant. Tant qu’il ne faisait pas des longs discours sur tout, tous le temps, pour dire la même chose cela resterais marrant. Après cela deviendrait lassant et elle s’empresserait de lui dire. Il lui parlait un peu du cœur, cet organe si complexe qu’on ne finirait jamais de faire des recherches dessus. Comme le cerveau d’ailleurs. Elle n’y  connaissait pas grand-chose, c’était plutôt l’œuvre des médecins, elle n’était qu’infirmière. De plus elle soignait à l’aide de son pouvoir, le reste c’était le développement médical avec leur médicament qui faisait le reste. Ce qu’elle ne savait pas faire. Et il lui semblait que parfois qu’ils utilisaient des gemmes ou quelques choses comme ça, mais elle n’y connaissait pas plus. Après tout elle faisait son travail et eux le leur.

- Hé ben, je n’y connais pas grand-chose, je ne suis qu’infirmière. Je ne fais que quelques rare soin avec mon pouvoir d’eau, du superficiel. Mais tout ce qui est cœur ou cerveau c’est deux organes très vitaux et très complexes. Je sais qu’il y a mille et une manières possibles qu’un cœur s’arrête, mais je ne sais pas comment le guérir.

Elle regarda la jeune rouge en pensant à ce que venait de dire Volteer. Le trop plein d’émotion. Il était vrai que quand l’émotion était trop forte elle pouvait arrêter l’organe temporaire, parfois assez pour faire un arrêt cardiaque de plusieurs minutes. La peur.. L’amour.. Le désespoir.. Tant d’émotion qui pouvait être si fort qu’il pouvait en arrêter l’organe. C’était quand même fou quand on y pense, voir étrange.

- Avez-vous eu un choc émotionnel quelconque ses derniers temps ? La perte d’un proche ? Une peur, une phobie soudaine ?

Parfois la victime souffrait d’hallucination et cela pouvait faire sortir les peurs les plus profondes et créer un arrêt cardiaque. C’était étrange quand on savait que tout cela partait d’un pollen ou d’un aliment. Elle attendait une réponse de sa patiente pour le noter, en tout cas, si Volteer y connaissait vraiment dans le cœur, elle aurait surement besoin de son aide. Peut-être qu’ils pourraient trouver la pathologie de la patiente et sur le coup, elle pourrait peut-être en apprendre un peu plus sur les gardiens. Elle n’aurait surement pas deux fois cette chance en si peu de temps, surtout que ses séjours à Warfang étaient souvent brefs.

- Je crois, cher Volteer, que votre aide serait la bienvenue, si vous vous connaissez vraiment en cœur et en ses maladies. Alors si vous avez un peu de temps, je vous invite à m’aider dans les observations et à soigner la patiente.

Elle ne voulait pas sous-entendre qu’elle voulait en connaître plus. Sur lui, sur ce qui c’est passait à l’exil de Malefor et pourquoi. Beaucoup de question se trottait dans sa tête, toute sans réponse. Peut-être que le gardien lui accorderait un peu de temps pour y répondre. En tout cas, elle l’espérait.


Agrandil.. Je t'attendrais jusqu'à ce que la mort nous sépare..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Ma véritable forme -

Spoiler:
 
avatar

Personnage
Recherche: Mâle
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: 53 ans
Administratrice
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Crédit : 4057
Date d'inscription : 06/11/2012
Age : 24
Localisation : Près des eaux
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Mer 15 Juin 2016 - 16:04

Je regardai tranquillement tandis que le médecin s’occupait de la patiente. Ma queue bougeait lentement de droite à gauche, glissant parfois contre le mur qui se trouvait non loin de moi, dans mon dos. Je remarquai qu’elle n’était pas tout à fait concentrée. Je semblais être la cause de ce trouble. Elle ne cessait de regarder de courts et discrets regards dans ma direction, comme si elle cherchait à s’assurer que je n’avais pas bouger entre temps. Je n’avais aucun intérêt à le faire. J’étais là pour aider, mais j’attendais tout d’abord qu’elle finisse son examen pour intervenir. Je ne voulais pas trop m’interposer, je n’étais pas plus spécialiste qu’elle. Après tout, c’était le métier de cette dragonne, et moi, je ne possédais que des connaissances de-ci de-là. De plus, ce serait certainement mal vu, et je le concevais parfaitement. J’attendis donc patiemment.
 
— Eh ben, je vois que vous aimez parler, Volteer. Cela ne me dérange pas tant que j’arrive à suivre ce que vous essayez de me dire. J’ai bien compris que je ne vous appellerai pas par vos surnoms, ne vous en fait pas, je suis pareille. Je trouve que cela va plus dans l’intimité. Soi. Je m’appelle Chrystal. Enchanté.
— Je vous remercie de votre compréhension. Chrystal ? Si je puis me permettre, ce nom vous va bien, sûrement appuyé par la couleur de vos écailles. Oui, la sonorité est douce, mélodieuse. Un très joli nom pour une dragonne, assurément. Vos parents ont fait un choix judicieux, selon moi.
 
Puis elle repartit sur la patiente. Oui, il ne fallait pas trop s’attarder. Là n’était pas exactement le moment pour faire connaissance, et bien que causer avec cette dragonne ne me déplaisait pas, mon devoir de Gardien était beaucoup plus important, et ce devoir englobait la protection d’autrui.
 
Elle avoua ne pas trop s’y connaître en cœur, et qu’elle n’était qu’une infirmière. Alors j’avais fait erreur en la prenant pour un médecin. Il était bien étrange que dans un cas d’urgence on ait demandé l’aide d’une infirmière, mais je ne fis aucun commentaire. Sûrement avait-il de grandes capacités. Somme toute, Chrystal avoua ne pas trop savoir comment soigner l’individu si son problème était le cœur.
 
— Avez-vous eu un choc émotionnel quelconque ces derniers temps ? La perte d’un proche ? Une peur, une phobie soudaine ?
— Non, rien de tout cela, assura-t-elle.
— Est-ce que parler vous dérange ?
— Non, Gardien.
— Essayez de me raconter ce que vous faisiez avant que cela arrive. Ménagez-vous. Si ça vous fatigue trop, n’hésitez pas à vous arrêter, mais chaque détail est important.
 
Elle hocha la tête, quelque peu déterminée à nous aider. Je lui souris pour lui donner confiance. Cette épreuve devait être pénible. Devoir se remémorer chaque détail, ressasser son malheur… Non, clairement, ça ne faisait pas du bien, et Volteer, intérieurement, était affligé de devoir lui refaire subir ça, mais il le fallait pour que son avenir soit plus lumineux.
 
— Eh bien, je me souviens que je travaillais, comme habitude. Je suis sculptrice, voyez-vous, et on m’avait demandé de tailler un bloc de pierre dans mon atelier pour créer une statue, afin qu’elle soit disposée à l’entrée de Warfang, à côté d’une des tours de garde. Je suis resté quasiment tout le temps dans mon atelier, et je n’ai fait que travailler, manipuler mes griffes, mon burin… Je ne me souviens pas de grand-chose après cela.
— Je crois, cher Volteer, que votre aide serait la bienvenue, si vous vous y connaissez vraiment en cœur et en ses maladies. Alors si vous avez un peu de temps, je vous invite à m’aider dans les observations et à soigner la patiente.
— Oui, cela va de soi, Chrystal. Je peux t’appeler Chrystal plutôt qu’infirmière ? Donner le grade, ça devient vite rébarbatif et trop solennel. Nous avons un nom, alors pourquoi ne pas l’utiliser au premier individu rencontré ? Bien ! En ce qui vous concerne… (il se tourna vers la patiente) Peut-être est-ce ce que vous respirez dans votre atelier ? Il doit y avoir quantité de poussière à respirer là-bas. Cela ne doit guère être bon pour la santé.
— Mon atelier est toujours ouvert. Il y a de grandes fenêtres. Non, je ne travaille pas dans de mauvaises conditions.  Oh, mais…
— Oui ?
— Je me souviens que… Il faisait chaud. Alors j’ai été prendre une glace et j’ai bu dans mon bassin, non loin. Ensuite je me suis remise à travailler, puis j’ai été me promener, et là, je suis tombée…
 
Je me redressai légèrement et émit un gémissement. Je réfléchissais. Ce devait forcément être ça.
 
— Je soupçonne de la malnutrition, ou alors quelque chose dans votre eau, ou la glace, à laquelle vous êtes hautement allergique. Q’uaviez-vous pris comme parfum ?
— Du miel, et je n’ai jamais eu de problèmes avec.
— L’eau avait-elle un goût étrange ?
—Pas plus que d’habitude, mais j’ai remarqué que l’eau était un peu plus claire que d’habitude, tournant presque en un blanc étrange. La différence était minime, alors je ne m’en suis pas inquiétée.
 
Je me tournai vers Chrystal, mes yeux jaunes la regardant avec un grand sérieux. Je pense qu’elle aussi avait compris.
 
— Ce n’est pas un problème de santé, mais une intoxication. L’eau du bassin doit être corrompue, par du poison dans le pire des cas, sinon autre chose. D’où provient votre eau ?
— Je l’achète à un marchand qui la vend pour un prix très raisonnable. Ça fait 6 mois que je viens chez lui et je n’ai jamais eu de soucis. Son nom est Metalork. Il est établi dans le quartier des artisans.
— Je demanderai aux gardes d’aller inspecter l’eau… J’irai même m’y rendre en personne. Vous êtes sain et sauf. Buvez et manger, cela devrait éradiquer la mauvaise eau.
 
J’attendis ensuite que Chrystal finisse de tout noter. J’avais bien vu qu’elle tenait un rapport. Tandis qu’elle finissait, je la demandai.
 

— Souhaitez-vous venir avec moi porter votre rapport, puis rendre visite à ce dragon ? Vous semblez épuisée, alors une petite promenade pourrait nous faire du bien, et puis vous pourrez m’appuyer, étant donné que vous avez-vous aussi assisté à la déclaration.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Crédit : 1805
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Dim 11 Sep 2016 - 16:08

Chrystal n’arrivait pas à faire confiance au Gardien de la foudre, c’était plus fort qu’elle, cela la démangeais. Les dire de Shadow lui avait marqué l’esprit, elle savait que dans ce monde impitoyable il fallait faire attention à qui ont offrais sa confiance, cela pouvait bien nous jouais des tours, souvent les esprits maléfiques pouvaient se cacher dans les personnes avec du pouvoir, elle le savait, Volteer faisait partie de cette hiérarchie. Il semblait gentil pourtant, loin de toute les cruautés que lui avait raconté son ami sombre, mais elle se méfiait, le faite qu’il parle beaucoup peut-être, elle ne savait pas trop. En tout cas quand il avait répondu quand elle c’était présentait il avait réussi à toucher une corde sensible en elle : ses parents. Le regard lointain, elle se souvenait vaguement de ses parents mais quelque chose l’avait marqué, c’était quand sa mère l’avait nommée. Elle était née près d’une rivière un jour ensoleillé et les reflets de l’eau ressemblait à de millions de petit cristaux.. Ainsi elle portait ce nom. Déjà très jeune elle était attirait par l’eau, ce qui en devenait un élément très présent chez elle, même si elle ne le contrôlait qu’en partie. Quelque rare expérience l’avait amené à savoir faire ce qu’elle savait faire aujourd’hui, mais elle n’avait jamais vraiment poussait à s’améliorait plus que ça, juste parce qu’elle en voyait pas l’utilité.

- Oui.. Vous avez peut-être raison..

Elle sécha une larme qui roulait déjà sur sa joue à la vitesse d’un éclair en se remémorant ses parents perdu. Depuis combien de temps était-il partit vers le ciel à présent ? Presque 51 ans.. C’était long, très long et parfois, même si elle les avait peu connus, leur absence la pesait. Chrystal se concentré au mieux sur la patience même si la douleur en elle était présente. Cela allait être que passager, il ne fallait pas qu’elle mêle ses émotions dans un moment aussi important. La dragonelle avait besoin de soin et elle aurait besoin de Volteer pour tout cela. Il était ancien, sans doute plus que lui et, sans doute connaissait-il quelque technique pour régularisait un cœur. Les médecins étaient tous occupé, soit aux soins intensifs soit en opération. Recoudre un membre ne pouvait être fait par de simple cristaux, il fallait aussi les économisé pour des cas plus grave. Tout le monde savait que la profusion de cristaux de soin n’était pas illimitée. Ainsi il fallait les utilisé avec soin.

Volteer était d’une grande aide, lui aussi posé des questions à la femelle pour essayer de comprendre, ainsi elle savait que ce n’était pas lié à un choc émotionnel. Il lui demanda d’expliquait ce qu’elle faisait avant, Chrystal n’y avait pas pensait et écouta attentivement. Elle nota dans son rapport que cela n’était pas lié à de mauvaise condition de travail et nota bien que la patiente était sculptrice. Il faudra analyser ses poumons pour voir qu’il n’y est de problème respiratoire, rare qui pratiquait se métier savait qu’un examen minutieux devait être effectué tous les six mois environs car la poussière entrainait de gros problème respiratoire. Elle hocha simplement de la tête en guise d’approuvement quand le mâle lui demanda si elle pouvait l’appeler par son prénom. Elle n’y voyait aucun inconvénient. Par contre ce qui la marqua directement c’est que la dragonne avait bu une eau plus clair que d’habitude. Elle réfléchit longuement.


- Si vous le permettait aussi j’aimerais passait par votre bassin, j’aimerais voir si quelque chose n’aurait pas était mis directement dedans, quelqu’un chercherait-il as atteindre à votre vie ? Le poison serait peu probable, en fait les poisons ne rendent pas l’eau plus lucide de ce que j’en connais. Je crois que le problème est plus profond, si je peux permettre Mr Volteer.

Elle parla du marchand qui se trouvait en ville, elle ne le connaissait pas, elle buvait directement dans la rivière quand elle avait soif, aucun moyen de la contaminé vu que l’eau était constamment en mouvement, si par malheur on lançait un sort pour l’empoisonné il couterait trop d’énergie. Elle regarda la mâle et pensa directement à voir se marchand, remontait à la source pourrait peut-être les aidés à près tout. Si son eau n’était pas cher c’est déjà qu’il y avait un souci quelque part. Cela n’inspirait pas du tout confiance à Chrystal. Elle finit de notait tout dans son rapport notant bien « possibilité d’empoisonnement par sort ». Elle regarda la femelle qui semblait allait nettement mieux depuis son attaque cardiaque.

- Je pense qu’il serait mieux pour vous de restait quelque temps ici, l’eau ici est sur et je vous conseille d’allait directement à un point d’eau en mouvement la prochaine fois. L’eau sera peut-être un peu moins bonne mais vous serez sûre de n’avoir aucun risque d’empoisonnement. En plus souvent il y a du poisson dans les rivières près de Warfang, la nourriture est de bonne qualité si vous savez pécher. Ce serait l’occasion pour vous de vous nourrir sainement.

Volteer l’avait devancé en lui proposant d’allait voir se marchand. Elle sourit pour la première fois sans doute au gardien.

- Je vais posait le rapport à la salle de pause, tous les rapports vont la car tout le monde y passe. Je vous rejoins à l’entrée de l’hôpital, je n’en n’ai pas pour longtemps.

Elle conseilla à la dragonne de restait allongé et d’essayé de dormir un peu. Elle sortit en suite de la chambre pour déposer son rapport. La salle n’était pas loin, elle mettra un mot qu’elle était partit enquêter sur un poison en espérant qu’il n’aurait pas trop besoin d’elle ici.. Il avait tant à faire et Warfang manquait constamment de médecin et infirmière. Marchait lui ferait du bien, sans doute cela l’aiderais à se stimulait pour continuer sa journée jusqu’au bout sans s’endormir.


Agrandil.. Je t'attendrais jusqu'à ce que la mort nous sépare..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Ma véritable forme -

Spoiler:
 
avatar

Personnage
Recherche: Mâle
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: 53 ans
Administratrice
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Crédit : 4057
Date d'inscription : 06/11/2012
Age : 24
Localisation : Près des eaux
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer] Jeu 3 Nov 2016 - 14:01

Je vis que certaines de mes paroles avaient indirectement blessée la jeune Chrystal. Une larme coula lorsque je fais référence, sans doute aucun, à ses parents. Ce visage bleu marqué de rouge masquait une tragédie, un épisode dont le maque de netteté rendait la chose encore plus horribles. Je m’imaginais déjà des morts, alors que peut-être elle avait dû fuir sa famille pour une raison qui m’était inconnue, et qu’il ne valait pas mieux que je connaisse. Du moins, pas dans de telles circonstances. Les terribles événements du passé étaient parfois fais de telle sorte que l’on ne devait plus y toucher, une interdiction tacite, parfois scellée pour de bonne raison. Oui, jamais rien n’était enfermé pour rien.
 
Je ne me préoccupai davantage de la larme qui perlait sur le visage de Chrystal. La meilleure chose à faire était d’enterrer cela, et de passer à autre chose.
 
Les choses avaient évolué, grâce à mes questions, ainsi qu’à celles de Chrystal, qui se permettait par ailleurs de parfois poursuivre mes interrogations, de noter ce qui était dit, mais même de me contredire. Bien évidemment, que la dragonne démente ce que je venais d’insinuer me contrariait légèrement, mais je préférais tout de même qu’on me dise que j’ai tort plutôt que d’opiner du chef à s’en rompre le cou. Oui, j’étais un Gardien, mais cela n’était pas synonyme d’infaillible, loin de là. Et, par mes fautes, par leurs corrections, les autres pouvaient ainsi se rendre compte qu’ils n’avaient pas en toute occasion besoin d’un Gardien pour leur vie. Chacun était le gardien de sa propre vie. Les autres ne sont là que pour aiguiser le jugement, compléter une idée, voire même apprendre, combler le manque.
 
Mais il me fallait arrêter cette parenthèse pour me reconcentrer sur l’action présente. Oui, le terme « d’empoisonnement » était un peu flou. Ce pouvait être l’utilisation de ces plantes à l’effet néfaste, mais cela pouvait être aussi quelque chose de plus simple. Peut-être avait-on glissé une mauvaise matière dans l’eau, matière blanche à la base, ou qui blanchissait par dissolution.  Quand on y pensait bien, même le meilleur médicament pouvait être le pire des poisons.
 
Après quelques recommandations de la part de Chrystal, cette dernière se montra disposée à partir. Elle me demanda néanmoins de prendre les devants, ce à quoi je répondis par un hochement de tête… Suivi de quelques paroles pour clarifier tout cela.
 
— Oh, fort bien Chrystal. Prenez-donc le temps qu’il vous faudra pour aller déposer votre rapport. Je vous attendrai là-bas, devant l’enceinte de l’hôpital de Warfang. Suite à quoi nous pourrons nous rendre ostensiblement vers le marché, essayer de trouver de marchand d’eau.
 

Un dernier sourire, puis je sortis. Alors que j’étais au fond du couloir, Chrystal sortit à son tour, partant dans une autre direction afin de remettre son rapport. Quant à moi, je rejoignis rapidement l’entrée de l’hôpital que je franchis pour me retrouver à nouveau à l’extérieur. De là, je m’assieds à seulement quelques mètres de l’entrée, à l’écart des foules qui passaient de ci de là, et attendit patiemment que la dragonne apparaisse à l’entrée.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 88
Crédit : 1805
Date d'inscription : 09/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: “C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
“C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.” [PV Volteer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» SHREK 6 ans type Bichon beige (Dépt 78) ADOPTE
» potion de boost des familiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro & Cynder Forum RP / RPG :: Zones RPG :: Territoire des Dragons de Warfang : :: Warfang-
Sauter vers: