♦ La légende continue ♦

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Les maîtres de l'ombre (privé Strenth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Mar 23 Fév 2016 - 4:11

Fidèle à ses habitudes, Malefor écoutait attentivement les rapports officiels que lui amenaient ses généraux. Bien que le maître sombre aurait nettement préféré se trouver sur le champ de bataille accompagné par ses légions bardées d’acier noir, il savait tout de même reconnaître que gérer une armée d’une telle taille ainsi que le territoire de son clan demandaient bien quelques assemblées comme celle-ci afin de maintenir une certaine cohésion. Le décorum était aussi au rendez-vous. La salle du conseil avait tout de ce qu’un esprit moyen aurait pu s’attendre de la part d’un clan comme celui du maître noir : une immense salle de pierre sombre et épaisse illuminée par de nombreuses torches fixées aux murs et un grand feu allumé en son centre. Allongé à la façon d’un fauve sur un énorme trône de pierre, l’imposant dragon violet posait tour à tour ses yeux jaunes reflétant les flammes sur chacun de ses huits commandants alors que ceux-ci prenaient la parole.

-D’autres nouvelles de l’ouest ? Demanda-t-il d’un ton grave. Les hybrides se massent-ils de nouveau comme nous l’avions pensé ?

Un dragon noir particulièrement massif et paré d’une armure hérissée de pointes et d’un masque d’acier prit alors la parole.

-Seigneur, nos éclaireurs n’ont relevé aucun mouvement de troupes. Dit-il. Peut-être ont-ils décidé de scinder leurs forces en plus petits groupes pour ensuite se dissimuler dans la nature ? Peut-être ont-ils traversé nos lignes à notre insu ?

Malefor renifla d’agacement à l’idée soulevée pas le dragon.

-Non Béliaroc.Répondit-il tout simplement à l’officier. Bien qu’ils soient des bêtes rusées, ces hybrides n’ont pas encore trouvé le moyen de faire volatiliser des armées entières. Ils sont toujours là, terrés dans leurs trous à gratter le sol et à gober des larves pour survivre. Donnes l’ordre à tes troupes de tenir leurs positions. Quand le moment sera venu, notre ennemi commettra une erreur et tu auras là carte blanche pour exterminer ses guerriers jusqu’au dernier.

Béliaroc acquiesça et salua son maître avant de reprendre sa place dans le rang.

-Bien seigneur. Dit-il avec un sourire à faire glacer le sang en pensant à la bataille meurtrière qui était toujours à venir.

Malefor tourna son attention sur un autre reptile à l’allure peu rassurante : Un dragon rouge couturé de toutes parts portant un plastron orné d’ossements et de trophés pris sur de nombreuses victimes.

-Et dans ton cas, Slesh ? Comment se portent les troupes de choc ?    

Le dragon en question s’avança en saluant son chef.

-Vos soldats récupèrent bien, seigneur. Comme vous l’aviez prédit, ils ont pu briser l’encerclement hybride de la quatrième légion et les repousser plus loin au cœur des terres. Les pertes ont été…substantielles, mais de nouveaux volontaires affluent des troupes régulières pour renflouer leurs rangs. La guerre ces bêtes a amené avec elle une ferveur nouvelle chez nos guerriers et ceux-ci sont tous prêts à tuer et périr au combat pour vous.

-Et ils en auront bien besoins. Répondit alors le seigneur noir. À notre grand bonheur, ce conflit risque de durer un certain temps. De plus, nous ne manquerons très certainement pas d’action dans les années à venir. Le continent regorge d’ennemis à massacrer. Vous savez très bien ce dont je parle.

Et comment ils le savaient.

Le chef de guerre se tut. Pendant un court moment, il sembla scruter à la loupe les quelques dragons qui se tenaient devant lui. Il les connaissait tous très bien et ceux-ci s’étaient montrés à la hauteur de ses attentes sur le champ de bataille. Bien que Béliaroc et Slesh ne soient les plus redoutés et cruels du groupe, chacun d’entre eux était un tueur au cœur de pierre ainsi qu’un meneur né prêt à mourir pour son maître. Bien qu’il n’ait aucun attachement particulier envers eux, Malefor savait leur reconnaître un certain mérite et considération.

Le seigneur reprit la parole.

-Assez pour aujourd’hui. Dit-il en se levant de son trône. Retournez vous occuper des troupes. Faîtes qu’elles soient prêtes pour nos prochaines offensives. Béliaroc, Slesh, restez.

Les six généraux sortirent sans perdre de temps. Ils avaient du travail et il n’aurait pas été sage de retarder les plans de leur chef de guerre.

-Alors Slesh, dit le grand dragon violet lorsqu’eu quitté le dernier des commandants renvoyés, quels sont les derniers développements quant à ton agent à Warfang ?

-Vous parlez bien de Trök, seigneur ? Répondit le rouge.

-Oui, dit Malefor en se dirigeant vers une énorme carte du continent suspendue à un mur, lui.

-Je n’aie plus de nouvelles de lui depuis environs deux semaine, seigneur. Répondit Slesh. Toutefois, je crois avoir entendu la rumeur il y a deux jours de cela par un autre de mes espions qu’un des gangs guépards l’aurait tué alors qu’il tentait d’obtenir des renseignements sur la garnison de la cité.

-Hmm, murmura Malefor en scrutant l’emplacement de Warfang sur la carte, nous sommes donc aveugles pour ce qui est de leurs plans ?

-Oui seigneur. Malgré la trêve avec les Warfangiens et le fait que vous soyez le seul pouvant vous y rendre sans problème pour les questions diplomatiques, il nous est impossible de savoir exactement ce qui s’y passe.

C’est à ce moment que Béliaroc prit la parole de nouveau d’une voix aussi profonde qu’une caverne.

-Sauf votre respect, seigneur, qu’attendons-nous pour assiéger de nouveau la cité ? Dit-il avec certitude.
Les Warfangiens ont eu peine à résister à une escarmouche contre les hybrides et seraient sans aucun doutes tombés sans votre intervention.

-Patience Béliaroc, patience. Répondit Malefor sans quitter la carte des yeux. Nous briserons la trêve au moment opportun. N’aies point d’inquiétudes, la guerre contre Warfang reprendra très bientôt son cours. Toutefois, n’oublies pas que cette damnée citée a résisté trois ans durant le dernier siège. Aussi, il ne serait pas intelligent d’ouvrir tout de suite un nouveau front contre les Warfangiens et leurs alliés de Sky Badlands alors que nous sommes déjà en guerre ouverte avec les Hybrides. Non, le moment n’est pas bien choisi. Même si mes légions représentent la plus grande armée que ce monde ait pu voir à ce jour, je doute qu’elles supportent un conflit sur trois côtés. Pour l’instant, nous devrons nous contenter d’amasser le plus de renseignement sur la ville en préparation d’un assaut. Par contre, j’y vois un problème. Nous avons sous la main les guerriers les plus féroces et expérimentés du continent, mais aucun espion digne de ce nom.

Le seigneur se retourna vers ses deux fidèles.

-Que désirez-vous ? Demanda Slesh en sachant trop bien ce qu’allait être l’ordre de Malefor.

-Je voudrais que vous recrutiez un nouveau spécialiste en la matière. Ne vous avisez pas dénicher un de ces incompétents errant l’intérieur des terres car vous en subirez les conséquences. J’ai besoin de quelqu’un d’efficace et d’assez talentueux pour s’infiltrer à Warfang.  Allez ! Du vent ! Envoyez sur le champ quelque uns de vos guerriers arpenter les routes et piller quelques villages sur le chemin, histoire d’améliorer le moral. Donnez comme ordre qu’ils vous ramènent les candidats intéressants. Après quoi, escortez-les jusqu’ici. Je me chargerai du reste. Maintenant sortez !

Sans oublier de saluer le chef de guerre, Béliaroc et Slesh allèrent prestement donner leurs instructions à une poignée de soldats. Pour sa part, Malefor resta seul dans l’impressionnante salle du trône à contempler d’un regard emplit de haine la carte du continent. Sans crier gare, l’énorme dragon violet poussa un puissant rugissement qui fit trembler les murs de la citadelle dans ses fondations et arracha violement de ces griffe un pan complet de la tapisserie sur lequel était inscrit la position de Warfang pour ensuite le jeter dans les flammes.

-Un jour misérable tas de rocaille, gronda-t-il, je te brûlerai au ras du sol et massacrerai jusqu’au dernier chacun de tes habitants et réduirai tes alliés des Badlands en esclavage. J’effacerai toutes traces de l’histoire vos peuples pathétiques et peignerai les armures de mes légions avec leur sang. Ça, je te le promets.

Jamais dans l’histoire du continent n’y avait-il eu un être porteur d’autant de haine et de mal qu’un dragon comme Malefor. Sa volonté était de fer et ses motivations n’étaient on ne peut plus claires : rien n’allait se mettre en travers de sa route destructrice sans en payer le prix ultime.  
avatar

Personnage
Recherche: Autres
Clan / Faction: Dragon maléfique
Age: Ancien
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 142
Crédit : 4124
Date d'inscription : 20/05/2012
Localisation : En marche pour la guerre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Sam 27 Fév 2016 - 15:32

Strenth ouvrit les yeux, réveillé par une raie de lumière. Il tira légèrement sa couverture pour éviter cette trop intense lueur. Il sentit en esquissant ce mouvement les écailles de celle qui avait partagé sa couche. Il sourit, et cette soudaine présence lui donna une grande énergie, lui permettant de faire abstraction de son mal aux yeux. Il se leva de son lit et s’étira, lançant un bref regard vers la fenêtre. Il préféra considérer la magnifique dragonne qui dormait paisiblement, aux écailles rouges, de longues cornes  s’arrêtant au niveau des épaules, avec quelques piques sur les coudes.
 
Il marcha jusqu’à sa bourse d’où il sortit quelques pièces qu’il laissa sur l’oreiller où il dormait précédemment. Il jugea que la somme était supérieure aux attentes, mais cela lui allait très bien. Il avait encore de quoi vivre depuis qu’il avait réussi son coup avec son ancien groupe de brigand.
 
Cela le préoccupa tout de même un instant. En effet, même s’il s’était beaucoup enrichi sur le plan financier avec cette escroquerie, il voyait sa fortune rapidement diminuer. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas gagné d’argent, il se devait de rapidement trouver le Maître Noir, et ceux pour plus de raison. Les pièces de son échiquier devaient commencer à se mettre en place. Cela faisait maintenant trop longtemps qu’il ourdissait ses desseins ; il fallait les accomplir.
 
Beaucoup trop d’aspects de ce monde le dégoûtaient. Une corruption invisible, et pourtant si manifeste, planait sur ce monde. Il ne voyait pas la guerre, les pillages, le racisme. Non, lui voyait des choses qu’il considérait bien plus grave. L’hypocrisie, la cruauté, la couardise étaient les valeurs que Strenth jugeait sans cesse. Tous les êtres en étaient emprunts. Cette horreur sociale, le dragon gris avait dû longtemps en être victime, à plusieurs reprises, mais il ne s’est pas brisé. Cela la rendu plus fort, et maintenant, il se vengeait en montrant ce que tous cachaient.  La face sombre qu’ils utilisaient sans cesse, mais qu’ils ne pouvaient contempler dans un miroir. Strenth y arrivait très bien, et il avait très bien compris le but de sa seconde existence : s’il était revenu, c’était pour changer ce monde, et imposer sa vision. Après tout, n’était-il pas un être élu ? Lui qui avait vaincu la mort elle-même, la défiant, la combattant et remportant un terrible combat avec elle. Ses yeux bruns s’illuminèrent d’une nouvelle lueur d‘ambition. En montrant ce que les autres enfouissaient, il serait sûrement capable de changer ce vice qui les saisissait tous. Il les contrôlerait tous, et avec ce contrôle, il créerait alors le monde parfait.
 
Il reprit toutes ses affaires : sa bourse qu’il mit dans une besace qui contenait des vivres et quelques accessoires toujours utiles, son manteau muni d’un capuchon dont il avait fait l’acquisition la semaine dernière. Le vêtement était très doux au toucher, de couleur verte comme la forêt au crépuscule, et, le plus important : il s’agissait d’un tissu ignifugé, qui lui permettait ainsi de passer les flammes s’il venait à être attaqué par un dragon. Le feu étant l’élément le plus commun chez ses congénères, Strenth jugea plus prudent de s’en munir, quitte à y mettre une somme considérable. Le manteau était un peu court, ne cachant que partiellement ses pattes, mais le dragon n’en avait crue, c’était bien suffisant pour se protéger, non seulement des éléments extérieurs, mais aussi de lui-même.
 
En effet, son pouvoir qu’il avait acquis longtemps avant pouvait s’avérer parfois être une tare, et il devait donc éviter qu’un désastre se produise. Ce manteau était une protection supplémentaire à cela.
 
Il sortit de l’auberge qu’il paya aussi pour pouvoir s’être reposé, et prit une longue d’inspiration tandis que le soleil frappait à nouveau son visage avec une virulence amoindrie. Sous cette rutilance, le petit village dans lequel il avait décidé de se reposer provisoirement semblait bien paisible. On entendait le chant des oiseaux passant non loin des toits des maisons et des quelques bâtiments plus imposants comme l’auberge, où le petit lieu de culte dédié à des divinités dont Strenth n’avait cure. Pour lui, aucun dieu n’existait : seules des puissances blanches et noires combattaient ensemble à garder un certain d’équilibre sur ce monde. Le dragon gris se considérait comme un de ces agents directs, voire même l’unique. Finalement, il lui semblait inutile de louer des puissances dont le but fondamental était déjà orchestré. En quoi des prières et des champs pouvaient influencer le futur ? Strenth croyait à la destinée, oh que oui, et la sienne l’enjouait tout particulièrement.
 
Le soleil était tellement présent que la forte chaleur commença à gêner profondément le dragon gris. Ce dernier enleva son manteau pour le ranger dans sa besace. Elle lui était inutile ici. Il n’y avait rien qui lui demandais de se cacher, son identité passerait relativement inaperçue, et il était bien loin de l’endroit où il avait commis ces méfaits. Strenth avait bien fait attention à vérifier si cet endroit se trouvait sous la juridiction des lieux où il avait impunément volé avec son groupe de brigands qu’il a judicieusement lâché. De plus, ses talents de dissimulation lui ont permis de s’en tirer sans que personne ne puisse l’identifier comme complice de ces dragons imbéciles.
 
Des cris sortirent Strenth de sa rêverie. Au départ, il pensa entendre des rires, mais ceux-là se muèrent bien vite en pleurs, puis en cris et gémissements. Le dragon gris soupira, pensant qu’il s’agissait simplement d’une petite bagarre, ou d’autres faits tout aussi banals. Néanmoins, de la fumée commença lentement à s’élever dans le ciel pour venir rejoindre la voûte céleste. Cela intrigua profondément Strenth qui se rapprocha en contournant, empruntant des petits chemins entre les différents bâtiments, plutôt que d’arriver par le grand boulevard du village. Tandis qu’il était partiellement caché, il en profita pour remettre son vêtement et masquer sa tête en tirant le capuchon.
 
Il entama ensuite l’ascension d’une des maisons. Le vol lui paraissait trop dangereux, car il se ferait plus facilement repérer, autant par la vision que par l’ouïe. Mais de quoi se cachait-il ? Dans ces instants où rien n’est prévu, que le doute s’immisce dans l’esprit du dragon gris, la paranoïa prend légèrement le dessus, et c’est ce qui l’a sauvé quelques fois. Son instinct lui traduisait un danger, alors il devait se montrer prudent et faire ce qu’il avait toujours fait : espionner pour interpréter, évaluer le danger potentiel, et enfin, agir ou non en circonstance, essayant le plus possible de tourner la situation à son avantage plutôt que de simplement fuir.
 
Une fois sur les toits, il se mit à courir avec la finesse qu’il s’était découvert, sautant de temps en temps pour rejoindre une autre hauteur un peu écartée. Finalement, il arriva à quelques mètres des cris et s’allongea pour ne pas être vu et avoir par la même occasion une vision sur ce qu’il se passait.
 
Il vit un contingent de soldats commencer à se disperser un peu partout dans le village, empruntant l’avenue jusqu’à la place principale, mais aussi les plus petites rues et ruelles pour que personne ne leur échappe. Ils laissaient derrière eux une maison en flamme et un cadavre sur lequel était penché un enfant et sa mère qui pleuraient. Strenth n’avait jamais vu pareils soldats, mais il connaissait déjà leur identité, à n’en point douter. Les troupes de Malefor étaient en train de piller les environs, semblait-il. Le dragon gris pesta contre lui-même ; il avait encore quelques progrès à faire, car certainement aurait-il pu avoir l’information et me prévoir cela. C’était embarrassant pour lui, mais un plan de secours s’esquissa à ses yeux. Evidemment, il lui manquait quelques éléments pour l’affiner, mais il sentait qu’il était sur le bon chemin. Tout d’abord, il devait deviner les intentions de ces soldats. S’il y a pillage, ce n’est pas purement gratuit. Soit ils cherchent à rapatrier quelques ressources dont ils pourraient manquer, soit ils sont en campagne guerrière et se servent des villages pour ne pas manquer de ressources. Pour le peu d’information qu’il détenait, Malefor était ouvertement en guerre contre les hybrides, mais cela ne collait pas. Le dragon violet était connu pour être un très bon maître de guerre, stratégique et révisé dans ses plans. Une attaque frontale contre les opposants n’était pas la meilleure idée lorsque ceux-ci passent les premiers à l’offensive. La meilleure stratégie est de se défendre pour amuïr les ressources ennemies et ainsi passer à la contre-offensive. De plus, ce village était sans aucun doute l’un des plus proches du repaire du Maître Noir à des kilomètres à la ronde ; il n’était pas bien rentable de piller le village de son voisin ; en général, on préfère procéder ainsi dans les territoires neutres ou ennemis plus éloignés. Non, pour Strenth, il y avait un autre motif.
 
Il se déplaça, jugeant préférable de suivre discrètement quelques troupes dispersées. Après ce qu’il jugea être un bon moment d’observation, il put retenir ces éléments : ceux qui tentaient de protéger avec trop de convictions le village étaient tués. Les autres étaient épargnés, mais parfois violentés pour les faire sortir de leurs habitations. Certaines maisons étaient totalement vidées puis brûlées, d’autres simplement ravagées. Néanmoins, ce n’était pas le plus important. Plusieurs dragons étaient examinés par les soldats, surtout par ce qui semblait être le dirigeant de ce contingent. Cherchaient-ils à recruter de nouveaux soldats ? C’était dur à deviner, puisque les paroles que parvenait à percevoir Strenth étaient toujours trop floues. Ils cherchaient bien des candidats, mais le tri était tellement sélectif qu’il ne pouvait s’agir de simples soldats à enrôler.
 
La journée passait, et Strenth parvenait à rassembler de plus en plus d’informations, mais il sentait que plus le temps passait, plus il risquait de se compromettre. Des soldats passaient maintenant sur les toits, et il lui fallait s’en écarter, chercher des toits non-occupés, ce qui commençait à se raréfier. De plus, le temps lui manquerait bientôt, car sûrement le contingent partirait vers un autre village.
 
Ils cherchaient un espion, Strenth en était certain maintenant. Il avait entendu des conversations entre plusieurs soldats, disant parfois que ce genre de dragons ne se trouvait pas en rasant les villes, que les plus maigres étaient certainement le plus taillé pour ce genre de poste. Strenth rit de tout cela. Finalement, la coïncidence jouait en sa faveur. Ainsi, Malefor cherchait un espion ? Il allait en trouver, à coup sûr, et déjà un plan se formait dans l’esprit du dragon gris.
 
 
Il s’arrêta au niveau d’une ruelle : deux soldats s’apprêtaient à exécuter un autre de ces villageois. Strenth bondit de son toit et atterrit sur celui qui allait griffer l’individu. Le soudain poids le fit tomber. L’autre n’eut pas le temps de bouger que Strenth, sa cape le cachant toujours jusqu’au visage, lui fonça dessus et le frappa plusieurs fois au visage. Il recula pour esquiver un coup de griffe et se tint droit, ne montrant toujours pas son visage.
 
L’adversaire se mit alors à rugir. C’était ce que Strenth attendait. D’un coup de patte, il assomma l’innocent et se mit à courir vers la place principale.
 
Une fois arrivé, il fut bien évidemment accueilli par une belle troupe. Au moins une vingtaine d’individus, tous plus ou moins protégés par des plaques d’armures, le regard lassé, amusé, menaçant. Le chef s’avança un peu plus. Il portait une armure sur le poitrail et les pattes, était de couleur orange et portait de grandes cornes qui partaient à l’arrière. Ses yeux rouges le toisèrent, les traits durs. Il ne semblait pas aussi enjoué que Strenth l’était.
 
—Encore un fou… N’hésitez pas à le tuer. Pas tous à la fois ; je doute qu’il le mérite.
 
Trois soldats décidèrent d’y aller. Strenth, dans son capuchon, sourit. Le plan marchait plutôt bien. Maintenant, il devait se débrouiller et montrer qu’il était un bon combattant pour impressionner.
 
Le premier vint porter un coup de griffe tandis que Strenth restait immobile. Il concentra la magie qu’il gardait si précieusement dans sa patte et forma le prolongement magique de ses pattes, puis il leva cette dernière, ce qui eut l’effet de parer l’offensive de son ennemi. Ce dernier fut surpris de la soudaine défense. Le dragon gris le repoussa et frappa de ses deux pattes arrière celui qui lui arrivait dans le dos. Ses sens étaient aiguisés. Il sentit cependant les griffes du troisième adversaire lacérer son vêtement. Il utilisa celui qu’il avait frappé pour se propulser avec ses pattes arrière. Il fit une roulade, ce qui lui valut et invoqua dans ses pattes son javelot de magie qui para une nouvelle fois l’attaque de son tout premier adversaire. Il donna un coup du manche pour le repousser mais se prit un léger coup au museau. A cet instant précis, ses yeux perdirent leur couleur originelle et devinrent verts. Tous reculèrent en voyant cela. Strenth, lui, garda une mine solennelle.
 
—Mais qu’est-ce que tu es ?! Demanda le capitaine.
—Du calme. Je ne veux pas combattre, je ne l’ai jamais voulu. Là, je n’ai fait que me défendre. Je souhaite rejoindre vos troupes. Vous cherchez un espion, n’est-ce pas ?
—Comment le sais-tu ?
—Pourquoi le dirais-je ? Le plus important, c’est que je veux vous joindre. Néanmoins, je veux être libre de mes mouvements. Pas de chaines, de muselières, et qu’on laisse aussi mes affaires.
 
Le capitaine réfléchit un instant. Tous le regardaient avec une prudence redoublée. Beaucoup se méfiaient de lui, c’était bien normal, mais Strenth n’en avait cure. Celui qu’il devait impressionné, c’était le capitaine, d’abord par une légère démonstration de force qu’il lui avait facilement permis, et aussi en montrant qu’il pouvait être un bon espion par un tour de passe-passe somme tout trop simple, indigne de ce qu’il pouvait faire en tout.
 
—C’est d’accord. Si tu souhaites vraiment rejoindre les troupes de Malefor, tu ne feras rien de plus que suivre. Sinon… Bah ! Tu n’as qu’à fuir comme le couard que tu pourrais être, ça aura montré que tu n’étais pas digne. Mais fais attention. Si un seul de mes soldats meurent, on te traquera.
—Fort bien.
 

Il désigna une escorte de cinq soldats pour l’amener, lui et les autres candidats, vers le château où se terrait Malefor tandis que le reste de la troupe continuait à avancer pour chercher d’autres villages. Le dragon gris et le groupe se mirent en marche. Ils avaient pour ordre d’indiquer à Malefor les qualités des candidats, et, de ce que Strenth avait compris, ils parleraient de son petit affrontement, et certainement aussi ses étranges yeux qui changeaient de couleur…
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: Je ne souhaite pas le dire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Crédit : 1463
Date d'inscription : 19/01/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Sam 2 Avr 2016 - 6:46

Malefor méditait patiemment dans la salle du trône. L’exercice, couramment associé aux érudits ou aux moines, était plutôt inusité pour une créature telle que le dragon violet. Toutefois, le maître noir n’en avait cure. Il considérait sa personne à l’étoffe d’un sage. Un sage versé dans le mal, la guerre et les massacres bien sûr, mais un sage tout de même. Malefor avait été prédestiné dans ces domaines et cela lui seyait bien. So esprit tordu pouvait aller à sa guise et réfléchir profondément des prochaines actions qu’il allait entreprendre contre ses opposants.

Les flammes ardentes des torches allumées en permanence projetaient son ombre immense sur les murs de la grande salle de pierre. L’ambiance aurait été étouffante pour n’importe quel autre être tant les ténèbres y étaient oppressants, mais le chef de guerre s’y sentait bien, presque serein même. Toutefois, cette quiétude ne pouvait s’éterniser. Ce fut Béliaroc qui vint arracher Malefor à ses sombres desseins en poussant lentement les lourdes portes en bois massif de la grande pièce. Ce dernier parcouru lentement le sol froid et austère pour aller se placer au garde à vous à une dizaine de mètres de son chef. Lentement, Malefor ouvrit les yeux et les fixa sur l’énorme dragon noir. En temps normal, celui-ci se serait fait un plaisir de réduire en cendre n’importe quelle créature ayant pu interrompre ses réflexions. Toutefois, Béliaroc se révélait être l’un de ses sujets des plus efficace et impitoyable. Il pouvait alors oublier ce léger affront.

Quelques minutes passèrent avant que le chef de guerre ne s’adresse à son subordonné.

-J’espère que ce sont de bonnes nouvelles que tu m’amènes, Béliaroc.

Le dragon bardé de fer noir et de pointes ne fit pas attendre sa réponse.

-Oui seigneur, dit-il, nos guerriers ont pu ramener des recrues potentielles des campagnes environnantes. Slesh et moi sommes prêts à les examiner.

-Enfin, répondit Malefor en se levant, il était grand temps. Bien, dis à Slesh de venir ici. Vous les testerez tour à tour.

Béliaroc savait en quoi consistait la demande du maître noir.

-À vos ordres. Dit-il, un sourire mauvais s’étirant sur ses lèvres.

Béliaroc ne fut pas long à revenir avec Slesh. Ce dernier venait tout juste de jeter un coup d’œil sur les dragons que l’on venait tout juste de ramener des villages. Tous deux se sentaient détendus. Le pillage avait eu l’effet escompté et leur motivation était au summum. De plus, ils n’auraient pour rien au monde manqué la suite des choses. Il ne manquait plus que les guerriers qu’ils avaient attitrés à la tâche ne leur emmènent un par un les nouvelles recrues.

Peu de temps après, les soldats emmenèrent devant eux le premier des sujets.

Les huit heures suivantes furent consacrées aux épreuves. Celles-ci s’avérèrent bien longues voir interminables pour chacun des dragons qui y furent soumis…

-Quelle déception. Siffla Slesh alors que deux légionnaires traînaient l’un des cobayes en dehors de la salle. Ils croulent bien plus vite que je ne l’aurais cru.

-Si fragiles. Gronda simplement Béliaroc.

Malefor quant à lui restait de marbre devant les échecs répétés des dragons nouvellement recrutés. Jusqu’à présent, aucun n’avait su comment résister aux tests des deux généraux. Aucun ne semblait posséder ni les attributs ni les compétences d’un bon espion. Certains d’entre eux allaient toutefois faire de bons guerriers pour ses légions une fois conditionnés et entraînés. Les autres iraient travailler dans les mines jusqu’à leur lente mort par épuisement.

Malgré cette légère consolation, le maître noir commençait lentement à perdre patience. Si l’on ne trouvait pas rapidement un candidat compétent, sa colère promettait d’atteindre des nouveaux sommets.

-Combien nous en reste-t-il ? Demanda-t-il d’une voix caverneuse ne laissant pas paraître son courroux.  

-Un seul. Répondit Béliaroc, soucieux de ne pas s’attirer les foudres de son maître.

D’un mouvement de la tête, Malefor donna l’ordre aux deux gardes présents d’amener le dernier captif.

Quelques minutes plus tard, celui-ci fut poussé dans la salle. Instantanément, l’intérêt de Malefor fut piqué par l’arrivé du dragon gris. Malgré le décorum quelques peu impressionnant auquel il était confronté, le nouveau venu semblait être dans son élément au milieu des ombres. Le chef de guerre porta alors toute son attention sur cet être pour le moins étrange.

-Voilà qui devrait s'avérer intéressant. Se dit-il.

Il était tout en son intérêt de se montrer à la hauteur. Décevoir Malefor s'avérerait être le début d'une longue, très longue descente aux enfers.
 


avatar

Personnage
Recherche: Autres
Clan / Faction: Dragon maléfique
Age: Ancien
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 142
Crédit : 4124
Date d'inscription : 20/05/2012
Localisation : En marche pour la guerre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Mar 5 Avr 2016 - 21:09

Le voyage ne fut pas aussi long que Strenth l’aurait pensé. D’habitude, se déplacer en groupe ralentissait les périples.  Au final, il fallut un peu moins d’un jour pour atteindre le lieu où régnaient parfaitement les ténèbres, celui qui bannissait toute lumière. Une réunion de démons incarnés dans des corps de dragons, le plus souvent aux desseins malfaisants. Maison du vice, de l’horreur pour certains : l’antre de Malefor.
 
Cette dernière était une prouesse architecturale. Du moins, aux yeux du dragon gris, et sous les préceptes d’une esthétique bien différente des conventions usuelles. En effet, quand Strenth trouvait de la beauté dans la mise en œuvre de cet édifice, ce n’était pas sous des critères de matériaux et de formes ; du moins, pas comme tout le monde l’entendait. Le lieu était angoissant, et il fallait, de ce fait, un bâtiment qui puisse en exprimer tout autant, sinon plus. Ainsi, la citadelle représentait à elle seule la région. Ses formes longues et élancées, accompagnées de pointes, agressaient les yeux, donnant une impression d’hostilité constante. La couleur noire effaçait du visage de beaucoup un sourire trop niais, trop gai. Enfin, l’épaisseur de certains édifices en disant long sur la grandeur et la puissance écrasante de l’armée qui pouvait y vivre, du maître de guerre qui en dominait les lieux. La citadelle s’étendait sur terre et ciel, conjuguant une impression de toute puissance, mais aussi se souhait de domination. Si la citadelle avait été un arbre, on aurait pu croire que de sa base aurait poussé des racines immenses et encombrantes, capable de s’étendre jusqu’à régner sur toute la planète. Oui, plus Strenth y songeait, et plus il voyait la perfection dans ce bâtiment. Les architectes étaient à loués, tout comme les bâtisseurs.
 
Ils entrèrent dans la gigantesque citadelle, après avoir passé de lourds portails en métal noirs, pourvus de piquants imposants. Plus Strenth avançait, et plus il sentait cette angoisse grandissante. Même lui n’y était pas insensible, et cela ne risquait pas de s’atténuer, bien au contraire. Le dragon gris n’avait pas peur, mais il restait tout de même anxieux. Comment tout cela se passerait ? Il espérait réellement que tout s’établirait selon ses plans, et pas un autre. Au pire, il aurait un plan de secours, il avait toujours d’autres idées en tête ; mais jamais il n’avait eu à s’en servir depuis longtemps, car tous ses coups avaient réussis.
 
Lui et les autres « prisonniers » furent placés dans une sorte d’antichambre, plutôt grande, escortés par quelques gardes qui venaient de la citadelle. Devant eux se tenait une double-porte. Assez lourde, de ce que Strenth pouvait voir. Etait-ce la salle du trône ?
 
Puis ils commencèrent à faire passer les dragons. Cela dura un moment, tellement longtemps qu’on donna quelques légères collations aux participants. Les premiers dragons qui parvinrent à sortir de la pièce ne rassuraient pas les prochains participants, et le dragon gris en faisait partie. En tout cas, il était préoccupé. Le problème, c’était que les gardes qui sortaient cachaient les corps inanimés des prisonniers. Ainsi, Strenth ignorait s’ils portaient des traces quelconques de combats. C’était troublant, car cela lui empêchait de se préparer à quoi que ce soit. Il émit un léger grondement de frustration, seulement perceptible de lui-même.
 
Alors qu’il allait bientôt passer (Il ne restait dans l’antichambre que lui et les gardes), il se passa quelque chose que le dragon gris n’avait pas tellement prévu. L’un de ses « accompagnateur » s’approcha de lui, un sourire étrange en gueule.
 
—Eh, l’encapuchonné, il va falloir que tu me donnes tout ton barda. Les instructions sont claires, tu n’as pas le droit d’apporter d’équipement.
—Vous n’avez qu’à fouiller ma sacoche, il n’y a rien qui fera de mal à votre maître, que des choses pour l’aider.
—Pas mon problème. Donne.
—Et si jamais votre Maître demande ledit sac ? Il sera davantage offusqué de devoir le demander plutôt que de l’avoir directement. Je ne suis pas certain que vous souhaitez perdre son temps.
—C’est vrai.
 
Le garde lui donna alors un puissant coup de poing dans la mâchoire, ce qui déstabilisa légèrement Strenth. Il vit un deuxième coup arriver et le para avec son avant-patte. Le dragon – de couleur noire – resta sur ses appuis.
 
—Je crois que tu saignes, tu es plutôt fragile, ça s’annonce mal pour toi.
 
Le dragon gris toucha sa geule. En effet, un peu de sang coulait le long de son museau. Le coup avait été bien placé, et assez puissant, cela le frustra de devoir entrer avec cela. Il considéra d’un mauvais œil celui qui l’avait frappé.
 
—Très bien, dit-il, quelque peu irrité.
—Et tu évites ce ton là avec moi.
–Tôt ou tard… Chuchota Strenth.
 
Il se débarassa de son manteau ainsi que de la sacoche que le garde disposa juste à côté de la grande porte, puis cette dernière s’ouvrit, évacuant le dernier dragon.
 
—A ton tour. Bonne chance.
—La chance n’apporte rien.
 
Strenth fut poussé dans la grande salle, et les lourdes portes se refermèrent avec beaucoup de bruit derrière lui, l’écho du claquement se faisant ressentir dans la pièce, pour se muer enfin en un grand et étouffant silence.
 
Le dragon gris fit quelques pas dans la pièce, et il entendit le bruit de ses griffes résonner. Cela faisait froid dans le dos, mais pas pour Strenth. Il était impressionné par cette pièce, seulement éclairée par la faible lueur de quelques torches accrochées aux murs, mais pas apeuré. Il restait serein.
 
Il trouva devant ses yeux trois dragons. Les deux premiers, qui se trouvaient le plus proche de lui, étaient noirs, plutôt imposant, mais ce n’était rien comparé à celui qui se tenait tranquillement assis à l’autre bout de la pièce, l’expression impassible sur son visage, ses yeux jaunes toisant le nouveau venu sans pouvoir y déceler la moindre expression. Son corps était parfaitement constitué, et tout de son être était massif, montrant sa puissance. Strenth comprit très rapidement de qui il s’agissait. Malefor se trouvait devant lui.
 
Il eut un léger frissonnement, mais il garda son calme, garda une expression lui aussi impassible, et souleva sa tête devant les deux premiers dragons. On ne pouvait plus reculer, c’était le moment de faire ses preuves, et le dragon ne devait pas faillir. Il cracha à côté de lui du sang qui lui était resté dans la gueule. Une petite tache rouge heurta le sol, non loin de Strenth. Tous l’avaient sûrement vus, mais il s’en moquait, il se moquait de comment ils interpréteraient cela. Dans le meilleur des cas, il leur prouverait qu’il était capable de grandes choses, et cela les éblouirait davantage. Il garda le silence qui semblait lui aller, et fit une rapide révérence, continuant de regarder les deux dragons qu'l avait en face de lui, un regard ambitieux sur son visage.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: Je ne souhaite pas le dire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Crédit : 1463
Date d'inscription : 19/01/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Sam 28 Mai 2016 - 16:42

Allongé à la façon d’un félin sur son trône de pierre, Malefor observa attentivement de ses yeux jaunes le dragon gris alors que ce dernier pénétrait dans la grande salle. En apparence plutôt mince et élancée, le maître sombre douta en premier lieu de la résistance que ce candidat allait lui démontrer. En effet, le gris ne correspondait pas à l’archétype du guerrier moyen que l’on pouvait retrouver au sein des sombres légions soit de grandes bêtes aux écailles épaisses et à la musculature de mastodontes. Toutefois, le chef de guerre se rappela qu’il ne recherchait non pas de nouveaux soldats, mais bien un spécialiste en matière d’espionnage. Il en vint donc à la conclusion que le dragon avait bien la tête de l’emploi. Maintenant, il ne restait plus qu’à tester ses capacités, chose à laquelle il excellait.  En effet, tous savaient que briser des âmes était l’une des spécialités de Malefor.

À la vue du jeune gris, Béliaroc et Slesh commencèrent à maugréer entre leurs crocs. Aucun des deux ne croyaient ce dragon capable de survivre à ce qui l’attendait. Leur mécontentement s’expliquait par le fait que le nombre de recrues potentielles que leurs guerriers avaient pu ramener à la citadelle commençait à sérieusement se restreindre. Ils ne craignaient non pas le fait de devoir aller faire de nouvelles incursions, les villages à piller dans les environs étant plutôt nombreux. Non, ce qu’ils redoutaient le plus était bien la fureur imminente de leur maître dont la patience s’amenuisait petit à petit. Jusqu’à présent, Malefor avait démolit chacun des dragons s’étant présentés devant eux. Plus le nombre de candidats se réduisait, plus le chef de guerre y allait avec intensité et agressivité. S’il ne choisissait pas l’un d’entre eux aujourd’hui, sa colère serait terrible et des exécutions sommaires seraient à prévoir. Le chef de guerre pouvait être particulièrement imprévisible.

-J’espère qu’il en aura plus dans le ventre que les autres cet avorton, murmura Béliaroc à Slesh, sinon des têtes vont rouler.

À cela, son collègue ne fit qu’opiner de la tête. La tension dans l’air était palpable et le silence insoutenable, même pour deux tueurs endurcis comme eux. Seul pouvait être entendu le claquement des griffes du gris sur la pierre alors qu’il progressait lentement vers eux. Toutefois, malgré les inquiétudes de Béliaroc, Slesh sentait quelque chose de différent chez cette nouvelle recrue. De tous les serviteurs dans la grande armée de Malefor, il était probablement l’un de ceux avec le plus de flair pour ce qui concernait les individus. Ayant été maître en subterfuges depuis des années et auteur de nombreuses séances de torture dans les cachots de la citadelle, Slesh était rapidement devenu un expert pour cerner la personnalité et les limites des dragons sous son joug. Durant la très courte période pendant laquelle il avait pu observer le gris, la chose qu’il l’avait le plus frappé était la démarche de ce dernier. Sûre et légère, le gris semblait d’instinct se déplacer avec une aisance et une assurance naturelles. C’était le genre de démarche qu’aurait adoptée un assassin avant qu’il ne vous tranche la gorge d’un coup de dague ou pour simplement passer inaperçu. Bien qu’il ne puisse déterminer d’avance le sort du gris, Slesh reprenait confiance. Cette histoire devenait intéressante. Dommage que Béliaroc ne fut pas aussi habile que lui pour décortiquer le langage physique…

Alors que le jeune dragon fut à une distance raisonnable des généraux et de leur maître, Malefor se leva avec souplesse de son trône. D’un pas lourd et empreint de puissance, ce dernier fit quelques pas avant de se redresser de toute sa taille, dominant aisément tous les individus présents.

-Dragon, gronda-t-il d’une voix semblable au tonnerre, aujourd’hui aura lieu le moment le plus important de toute ton existence. Sache que tu n’auras pas le droit à l’erreur et qu’un échec te vaudra une place dans un peloton disciplinaire en première ligne.

Le chef de guerre laissa un court moment de silence pour permettre au gris d’assimiler la graviter  de l'information.

-Soit. Dit alors Malefor en décrivant d’une griffe un subtil mouvement circulaire.

Sans crier gare, les ombres formées par la lueur des torches commencèrent à s’allonger. Lentement, mais sûrement, elles grossirent, prirent des formes particulièrement inquiétantes et envahirent la pièce. Un étau sombre se formas autour du jeune dragon gris et commença graduellement à se refermer sur lui. Toute évasion était rendue impossible. Toutefois, ce n’était non pas sa capacité à fuir le danger qui intéressait Malefor, mais bien la solidité de son esprit et sa ténacité. Les ombres lui feraient ré expérimenter les expériences malheureuses de son existence, le rendraient témoin de scène de carnage et d’horreurs inimaginables en provenance de mondes extérieurs et invisibles aux sens des mortels. Chaque individu subissait quelque chose de différent, compte tenu de leurs expériences personnelles et des choses vivant dans les abysses insondables qui répondraient à l’appelle du seigneur de guerre. Voilà ce qui était particulièrement terrifiant de cette épreuve : aucune préparation n’était possible.

Ce test représentait la meilleure évaluation possible pour déterminer si un individu était assez vaillant et solide pour partager les sombres et terribles secrets du seigneur noir.

-Voyons voir si je me suis trompé sur ton compte. Ricana intérieurement Slesh.
avatar

Personnage
Recherche: Autres
Clan / Faction: Dragon maléfique
Age: Ancien
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 142
Crédit : 4124
Date d'inscription : 20/05/2012
Localisation : En marche pour la guerre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Sam 4 Juin 2016 - 15:08

A peine entrer dans la pièce, le temps de tirer une révérence que Strenth voyait les subalternes de Malefor lancer quelques paroles désapprobatrices dans leurs barbes. Ils le jugeaient déjà ? Cela pouvait s’expliquer… Il était le dernier à essayer d’obtenir un rôle dans leur armée, et tous semblaient avoir lamentablement échoués. Le gris comptait bien les surprendre. Rien que ces simples plaintes à propos de sa personne lui assuraient d’une chose. Le rôle qu’ils comptaient pourvoir leur semblait important, pour être autant en colère. Strenth pourrait se servir de cette information pour faire tourner une difficulté en sa faveur, si les choses devaient tourner mal.
 
Pourtant il était confiant ici, ainsi mêlé aux douces lueurs des feux, partiellement dans l’ombre. Il regrettait juste sa cape, il se sentait plus exposé sans cet accessoire. Il avait tellement l’habitude d’en porter…
 
A cette confiance se mêlait tout de même un peu d’inquiétude que Strenth refoulait du mieux qu’il pouvait, changeant ce sentiment qui lui procurait de l’adrénaline en exaltation.  C’était toujours ainsi qu’il procédait lorsqu’il se livrait à une entreprise un peu hasardeuse. Ici, il était loin de ses prévisions, de ses plans finement calculés, et bien que cela le déstabilisait un peu, il devait rester réactif, prêt à tout, comme il l’avait toujours été.
 
—Dragon ! Tonna d’un seul coup le Maître noir, d’une voix impérieuse, grondante, même sinistre. Aujourd’hui aura lieu le moment le plus important de toute ton existence. Sache que tu n’auras pas le droit à l’erreur et qu’un échec te vaudra une place dans un peloton disciplinaire en première ligne.
 
Alors ça, certainement pas, pensa Strenth. Ses arcades se resserrèrent, montrant à quel point cette décision le faisait réagir. Il ferma les yeux un bref instant et soupira en silence. Il remua légèrement ses pattes. Que faudrait-il faire ? Se battre ? Contre un de ses subalternes ? Les deux ? Drôle d’épreuve pour un espion, mais peut-être que Malefor mettait davantage en valeur la force que la subtilité. Il fit de légers bonds pour chauffer son corps, se préparant à bouger aussi vite qu’il le pouvait si une attaque venait à fondre sur lui.
 
Strenth opta aussi pour ne pas répondre ; du moins, pas par la parole. Il souhaitait encore garder le secret de sa voix. On pouvait penser qu’il était muet, ça lui était égal, il trouvait simplement que le silence lui allait bien, et pouvait poser une part de mystère à ses interlocuteurs. Or, le mystère était toujours une bonne chose. Un espion se devait de trier avec méticulosité chaque information qu’il devait transmettre ou non.
 
—Soit, continua le maître, décrivant un mouvement de sa patte que le dragon ne comprit pas au premier abord.
 
Mais il fit rapidement le lien avec ce qui allait suivre.
 
Les ombres formées par les torches commencèrent à doucement s’allonger, formant de multiples pointes épaisses qui allaient dans toutes les directions. Elles finissaient par se lier entre elles, constituant ainsi un sol totalement noir. Ce spectacle était incroyable pour Strenth. Jamais il n’avait vu un tel pouvoir. Les ténèbres étaient si denses… Il en avait presque le vertige.
 
Alors que le noir envahissait la pièce, un mur d’ombre se souleva en engloba Strenth avant qu’il ne puisse ne serait-ce que bouger la griffe. Lorsqu’il réagit, ce fut trop tard, et le dragon gris ne heurta qu’un mur étrange, qui le repoussa, sans vraiment le toucher, comme s’il avait à faire à un épais mur de vent.
 
Sa respiration s’accentua, piégé ainsi dans ces ténèbres. Il baissa la tête et essaya de s’apaiser, contrôlant son souffle par de longues inspirations.
 
Des visions vinrent alors à lui. A parti de là, il ne parvint plus à comprendre ce qui était réel de ce qui ne l’était pas. Ses ombres lui passaient un cauchemar, et s’il rêvait encore, Strenth ne pouvait en être assuré. D’étranges visions qui le dégoûtèrent vinrent alors à lui. Des odeurs, des sons stridents qui le firent frémir.
 
Il vécut à nouveau de terribles passages de son passé, accentué par ses peurs les plus profondes. Il revit l’attaque des dragons face à ses yeux changeant de couleur. La douleur des coups lui revinrent, comme s’il les prenait encore. Il se recroquevilla, ses quatre pattes pliées, comme s’il suppliait que cela s’arrête.
 
— Non, arrêtez ! Je ne suis pas un monstre !
 
Puis il revit son meilleur ami, qui le trahissait dans le dos. Il avait essayé de le tuer, et cela avait été une grande affliction pour Strenth. Ce dernier n’avait plus confiance. Il s’écroula, et une larme sortit. Il avait était si gentil, et à chaque fois, la vie l’avait déçu.
 
Les visions suivantes furent ce qui lui permit de tenir, vraisemblablement. Jusqu’à maintenant la peur s’était emparée de lui. Ces souvenirs d’un passé déçu le faisaient retomber dans son enfance, dans sa maturité la plus simple.
 
Il vit un nouveau souvenir, remontant à encore plus longtemps : l’attaque de son domaine, et la mort de ses parents entre les pattes d’odieux dragons assoiffés de sang. Face à cela, Strenth paniqua. Son cœur battait la chamade, et il ne sentait plus aucun de ses muscles en mesure de lui répondre. Ecroulé, il pleura la perte de ses parents, un deuil qu’il pensait avoir fait depuis longtemps. Ces ténèbres qui l’englobaient participé à sa détresse. Jamais il n’aurait ainsi réagi en ressassant ces événements. Après coup, il s’en était convaincu. Il se sentait faible, et certainement aurait-il été brisé, même rendu fou par ce sort.
 
Cependant, la vision de son frère l’abandonnant vint à lui. Alors qu’il était piégé sous une pierre, son frère, Misthor, fuyait, se moquant du sort de son sang. Beaucoup de chaleur inonda son corps, et une nouvelle force vint en lui. Il se releva et tendit une patte vers cette vision, les griffes sorties.
 
« Ah, je préfère ça ! »
 
Schalk’tir.
 
Son démon majeur, son « gardien », si on pouvait appeler la chose ainsi. Il se montrait à nouveau, après tant de temps… Au moins trois ans sans paroles de sa part. Strenth avait fini par penser qu’il l’avait laissé, le gris ayant trouvé l’œuvre qu’il devait accomplir. Ce n’était pas du tout le cas ; il le regardait toujours, dans le vaste silence du monde. Sa présence le rasséréna, le couvrit d’une nouvelle force. A présent debout sur ses quatre pattes, il serrait les crocs, la vision de son frère toujours devant les yeux.
 
« Laisse ta rage s’exprimer ! Pas question ici de la dissimuler. Laisse la colère s’immiscer dans l’air que tu respirer, la salive que tu avales, dans chaque mouvement de ton corps. Laisse-la s’amplifier en toi. »
— J’ai un but.
 
A présent il restait immobile, toisant de son regard brun ce qui se trouvait devant lui. Il n’avait cure de la vision à présent, de ces vastes ténèbres qui auparavant l’apeuraient. Il était les ténèbres, il en faisait partie et même mieux, il s’en servait, les contrôlerait. Il était un maître des ombres !
 
Il eut honte de son comportement. Sa lâcheté face à ces visions. Comment avait-il pu frôler la folie aussi facilement ? Cela ne se reproduirait pas. Strenth espérait seulement que le Maître ne puisse pas voir à l’intérieur de ce songe étrange.
 
— … Et je vis pour accomplir ce but ! J’ai ressuscité, je me suis relevé des cendres tel un Phoenix. J’ai  défié et battu la Mort elle-même. J’existe maintenant pour me venger, et changer cette terre de vices !
 
Puis, Strenth poussa son plus grand rugissement. Celui-ci, il en était convaincu, passa à travers cette masse de ténèbres qui l’encombraient. Ce cri était puissant, et révélait toute la colère accumulée par Strenth. Finalement, ce petit exercice lui avait permis une chose. Ses ambitions lui apparaissaient plus clairement encore, et cela ne faisait que l’emplir de davantage d’ardeur.
 
Lorsque le charme se rompit, et que tous les songes disparurent, Strenth se tenait droit, inexpressif, les yeux ayant pris une nouvelle couleur. Ils n’étaient plus bruns, mais d’un rouge étincelant comme le rubis. Ses pupille étaient davantage étrécies. Le dragon se demanda pourquoi ses yeux avaient changé de couleur que maintenant. Ce devait être lié à son humeur, peut-être, il ne savait guère.
 

Toujours était-il qu’il gardait ainsi cette posture, montrant ainsi qu’il n’avait pas été affecté en mal par cette épreuve. Il leva un regard vers le Maître, un regard allumé d’ambition, mais aussi peut-être quelque chose de provocateur, comme si ce défi n’en avait pas été un, et qu’il invitait Malefor à faire davantage. Un léger sourire se dessine sur son visage, peut-être pas identifiable de loin.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: Je ne souhaite pas le dire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Crédit : 1463
Date d'inscription : 19/01/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Jeu 16 Juin 2016 - 4:02

Dès que le gris fut atteint par les ombres, les choses ne semblèrent pas en voie de bien se terminer pour lui. En effet, c’est bien ce qui effleura la pensée de Malefor alors qu’il regardait avec attention le supplice du jeune dragon. Il le vit se tordre, se crisper alors que le tout juste frais et dispo candidat se faisait engloutir par les abysses de l’esprit. À le voir, le seigneur noir ne donnait plus très cher de sa peau.

-On dirait que celui-là vide son sac tout d’un coup. Ricana Béliaroc qui ne put s’empêcher de se laisser aller aux plaisanteries malgré la présence de son maître.

-Mais vivra-t-il pour en raconter l’histoire ? Maugréa Slesh d’un air mauvais.

Malefor en convint que ses deux généraux avaient un point. La réaction du gris au test était celle d’un esprit particulièrement torturé. En temps de guerre, il était monnaie courante que chacun ait eu son lot de malheurs. Toutefois, pour quelqu’un de si jeune, le gris semblait en avoir vu trop pour sa courte existence. Sa survie témoignerait autant de sa solidité que de sa ténacité. Malheureusement pour lui, plus le passé d’un individu lui était lourd à porter, plus l’épreuve avait le potentiel de le briser totalement. S’il échouait, la mort pouvait le prendre sur le champ ou bien ne venir que beaucoup plus tard alors que son enveloppe charnelle ne serait qu’une carcasse ne faisant office que d’un contenant pour une âme fracturée et perdue. Dans le cas du gris, Malefor jugeait l’échec du candidat presque assuré. Comment un simple mortel comme lui pourrait continuer à vivre en ayant été forcé à revivre les expériences les plus effroyables de son passé ?
La bataille était vraisemblablement perdue. Le gris était fort, mais petit à petit, ce dernier glissait tranquillement vers l’abysse. Toutefois, alors que Malefor s’attendait d’un moment à l’autre voir le jeune dragon s’effondrer sous la pression des horreurs que l’on lui infligeait, quelque chose d’étrange se produisit. Le chef de guerre se redressa tranquillement et scruta les ombres alors qu’il sentit un changement subtil, mais toujours perceptible. Quelqu’un d’autre était présent entre les murs de la grande salle. Sensibles aux forces invisibles qui rôdaient en ce monde, contrairement à Slesh et à Béliaroc qui continuèrent de maugréer la défaite du gris, Malefor pu étudier tranquillement ce qui était en train de se dérouler. Une présence, ancienne, maléfique était venue intervenir, faisant pencher la balance.

-Un démon. Se dit Malefor en souriant. Comme il est coutume, les créatures de l’abysse ne peuvent s’empêcher d’interférer dans les tribulations des mortels.

Lentement, mais sûrement, le gris commençait à regagner le terrain perdu. Bien que sa lutte ardue et désespérée drainât dangereusement ses forces, le jeune dragon ne semblait pas être prêt à abandonner. Le grand violet pouvait à présent sentir toute l’énergie que le démon insufflait à son protégé. Même ses deux généraux commençaient à comprendre que quelque chose ne tournait pas rond. La force qui grandissait progressivement depuis l’intervention de la créature atteint brutalement son paroxysme. Les murs et le sol de pierres commencèrent à vibrer doucement et un grondement sourd pouvait être ressentit. Le jeune dragon se parlait à lui-même. Ou plutôt était-ce à la chose ? Soudainement, ce dernier se redressa violement d’un coup et rugit. Ce n’était non pas un simple rugissement poussé par une créature en colère, non, mais plutôt celui d’un être prêt à affronter et à détruire sans cérémonie tous ce qui se dresserait sur son passage. Même en étant des soldats aguerris ayant affrontés les horreurs du champ de bataille, Slesh et Béliaroc furent impressionnés par une telle démonstration de puissance. Brisées par le gris, les ombres s’en furent, laissant place à la faible lumière des torches.

-Sortez. Dit alors calmement Malefor à ses deux généraux. Je me charge de la suite.

Les deux guerriers ne se firent pas prier et partirent. Le chef de guerre se redressa de toute sa hauteur et se dirigea lentement vers le jeune dragon.

-Une démonstration intéressante, dit-il d’une voix de roc, il faisait bien longtemps que j’ai été témoin de quelque chose de la sorte.

En s’arrêtant tout juste en face du gris, le maître sombre remarqua que les yeux du candidat avaient changé de couleur en passant à un rouge vif. Il souriait, certes avec une certaine arrogance, mais Malefor jugea qu’il n’était pas temps de réprimer immédiatement cet écart de conduite. Il aurait amplement le temps de remettre le jeune dragon à sa place, si le besoin se faisait sentir.

Pendant un moment, le chef de guerre toisa le gris de ses yeux jaunes, cherchant à trouver une faille dans le masque d’assurance du jeune dragon. L’exercice dura pendant plusieurs minutes dans la lourde atmosphère déjà ténébreuse de la salle de pierre. Enfin, Malefor décida qu’il était temps de discuter.

-Qui es-tu ? Demanda-t-il tout simplement en plongeant une fois de plus son regard de boucher dans les yeux rouges face à lui.
avatar

Personnage
Recherche: Autres
Clan / Faction: Dragon maléfique
Age: Ancien
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 142
Crédit : 4124
Date d'inscription : 20/05/2012
Localisation : En marche pour la guerre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Lun 20 Juin 2016 - 12:22

Le dragon gris reconnut un rictus se dessiner sur les lèvres de Malefor, juste après qu’il ait fait sa petite démonstration. Etait-il satisfait ? Certainement, vu comment il était lorsqu’il lui avait annoncé sa possible position dans un peloton d’exécution. Par ce simple sourire qui paraissait mauvais, Strenth était déjà rassuré.
 
Suite à cela, le sourire disparu comme si Strenth l’avait inventé. C’est d’ailleurs ce qu’il pensa, tant il fut rapide, que la lumière était faible dans cette salle et qu’il était loin.  Travers cette figure qu’était Malefor, les songes semblaient se mêler à sa réalité, à moins que ce soient de cauchemars…
 
Il congédia ses deux autres dragons qui partirent immédiatement après l’injonction, sans un mot. Lorsque les portes claquèrent derrière lui, répercutant le son sur tous les murs, Malefor leva son imposant corps de son trône et s’approcha avec des pas feutrés et mesurés. Cela retardait encore le moment où Malefor devrait s’adresser à lui, ce qui causait chez Strenth une sorte d’anxiété mêlée à une excitation diluée. Son cœur battait la chamade, et il avait du mal à tenir en place. Il leva une patte pour aussitôt la reposer tant il était animé à ce moment-là.
 
— Une démonstration intéressante. Il faisait bien longtemps que j’ai été témoin de quelque chose de la sorte.
 
Face à ce qui semblait être une louange, Strenth baissa un peu la tête en signe de respect. Il fut surpris lorsqu’en relevant sa figure,  le corps de Malefor se trouvait devant lui. Il était si près de lui à présent. Puis il remarque ces yeux jaunes qui le toisaient avec une intensité si grande qu’un grand sentiment d’insécurité s’empara de lui. Il eut envie de reculer, mais s’il y avait bien une règle lorsque l’on devait jouer un rôle, c’était de ne pas montrer ses vraies émotions, et Strenth était capable de se contrôler. Il ne recula pas et soutint le regard de Malefor, avec un air neutre pour qu’il n’y ait aucune change qu’il le courrouce.
 
Lorsqu’une minute passa et que Strenth se rendit compte que Malefor n’avait toujours pas levé son regard, il comprit qu’il s’agissait d’un autre test. Le violet le jaugeait, s’il allait perdre son assurance ainsi fixé. Non, il ne le fallait pas, alors il soutint le regard autant de temps qu’il le fallait, même s’il avait peur qu’à tout moment la patte du dragon fonde sur lui, même si son cœur battait la chamade, et que son corps semblait se refroidir d’anxiété parfois.
 
— Qui es-tu ? dit-il enfin de sa voix caverneuse et grondante, tout en continuant à regarder celui qu’il avait en face.
 
Strenth humecta sa gorge puis prit la parole sur sa voix normale, grave.
 
— Mon nom est Strenth, monseigneur. Je viens d'un domaine près de la cité d'Arthas. Je n’ai pas de nom de famille car je suis orphelin, non seulement de famille, mais aussi du monde.
 

Il ne rajouta rien de plus. Tel était l’art de la rhétorique. Il ne voulait pas louer encore Malefor. Il ne savait pas comment il prendrait cet acte. Il pourrait aller trop loin, et alors le violet penserait qu’il se fichait de lui. De plus, s’il dépassait la question, cela pourrait ennuyer son observateur, alors la meilleure solution pour ces cas-là était d’être efficace et concis. C’était sûrement tout ce qu’attendait Malefor. Strenth resta en place, attendant les prochaines interrogations, ou autre chose…
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: Je ne souhaite pas le dire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Crédit : 1463
Date d'inscription : 19/01/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Mer 20 Juil 2016 - 4:28

Le gris parla d’une voix forte et sûre démontrant que, même en présence d’un être mythique tel que Malefor, celui-ci était en mesure de garder son calme et sa tête au bon endroit.

-Bien. Se dit alors le chef de guerre. Une fois de plus, on nous montre son caractère prometteur.

Pendant quelques minutes encore, Malefor continua à tranquillement observer le jeune dragon. Pourquoi se presser ? Le maître noire connaissait les vertus du temps. S’il y avait la possibilité d’une faille dans la personnalité d’une recrue, seuls quelques moments de silence et un peu de pression pouvaient être suffisants à la révéler. Toutefois, le gris se tira de ce jeu sans grandes difficultés.

-Un orphelin, dis-tu ? Gronda le seigneur noir. Ne le sommes-nous pas tous en fin de compte ? De simples créatures perdues en monde sombre et cruel sans espoir de pouvoir un jour atteindre la tranquillité d’esprit et la paix que nous méritons.

Usant de ses sombres pouvoirs, Malefor se mua subitement dans les ombres persistantes de la pièce pour réapparaitre subitement derrière son interlocuteur.

-Quelle tragédie…Susurra-t-il, ses mots résonnant contre la pierre qui entourait les deux dragons. Condamnés à lutter dans cette existence sans but pour toute récompense que de trouver la mort à la fin de ce chemin d’embûches et de trahison. Peut-on qualifier cela de juste ?

Le seigneur laissa ses mots percuter le vide. Après ces quelques instants passés à rôder dans l’obscurité, Malefor se matérialisa une fois de plus devant Strenth.

-Alors, qui serait donc responsable de tous ces maux qui assaillent notre ère ? Dit-il, cherchant à piquer l’intérêt du gris. Hum ? Les pillards ? Les multitudes de mercenaires et soldats de fortunes hantant le continent ? Peut-être même ces fameux hybrides brûlant et massacrant tout sur leur passage ? Non Strenth, il serait bien trop simple de rejeter sur de simples pions une faute aussi grave.

Le chef de guerre se détourna du jeune dragon et se dirigea vers son titanesque trône.

-Ces créatures, dit-il, ne sont que les symptômes d’un mal plus grand, plus perfides encore. Qui s’attire donc les foudres des pillards par sa seule opulence et son arrogance ? Qui à elle seule provoque la colère d’un peuple entier par ses incursions malsaines sur leurs terres ?

Malefor décrivit alors un geste presque théâtral de ses griffes. Soudainement et presque à la façon d’un songe, l’énorme siège de pierre et un pan complet du mur se trouvant derrière semblèrent se mouvoir jusqu’à complètement disparaître révélant un tableau cauchemardesque. Dehors, une plaine de mort et de destruction s’étendait sous la faible lueur de la lune. La végétation, corrompue par les ténèbres, étouffait la terre dans entre ses ronces acérées. La faune survivante, confrontée à ce type de terrain depuis des générations, s’était lentement transformée en bêtes tordues et malicieuses avec peu en commun avec leurs ancêtres d’antan. Toutefois, du haut de la tour l’on pouvait observer une pointe de lumière survivant à l’horizon, bien loin des terres chaotiques du maître noir.

-La réponse est bien simple. Gronda le seigneur entre ses crocs tout en se retournant vers Strenth. Wargang. Ce peuple hautain malgré sa faiblesse persistance et sa débauche est la cause même de l’état de notre monde, notre peuple, notre espèce. J’ai récemment été témoin de leur lâcheté, préférant de loin parler dans le confort de leur conseil que de prendre action. C’est cette lenteur qui a transformé ces dragons en créatures apeurées et fébriles. Vois-tu Strenth, continua-t-il en gardant son regard fixé sur ses terres tordues s'étendant aux loin, contrairement à ces fières bêtes que tu aurais pu apercevoir dehors, les Warfangiens ne se sont pas adaptés aux nouvelles lois régissant notre monde. Ils ont donc commencé à stagner, à pourrir de l’intérieur. Il n’y a qu’une seule solution viable pour purger ce monde du mal que ces lâches représentent…

Malefor se retourna alors vers Strenth, ses yeux jaunes brûlant dans l’obscurité étouffante à la façon de charbons ardents.


-Une extermination. Implacable et sans merci.


Malefor était sans aucun doute un être consumé par la haine et le mal. Toutefois, ces dernières paroles laissaient transpirer quelque chose de beaucoup plus sombre. Une oreille plus fine aurait pu percevoir quelques fines touches de froideur calculée dans le discours du chef de guerre. Par contre, une une chose aurait été claire dans l'esprit d'hypothétiques spectateurs de la scène : Le seigneur noir s'impatientait d'enfin pouvoir recommencer à semer le chaos et la destruction sur cette cité qui lui avait si longtemps résisté.
avatar

Personnage
Recherche: Autres
Clan / Faction: Dragon maléfique
Age: Ancien
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 142
Crédit : 4124
Date d'inscription : 20/05/2012
Localisation : En marche pour la guerre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Lun 8 Aoû 2016 - 21:03

Strenth s’était toujours considéré ainsi : orphelin du monde, mais les paroles de Malefor étaient encore plus profondes, vraies… Ce n’était pas un orphelin du monde. C’était le monde lui-même qui était orphelin, dépourvu d’une identité, sans but précis, marchant lentement vers sa propre destruction… A présent, les enjeux apparaissaient bien plus clairs aux yeux toujours métamorphosés de Strenth. Ce vice que le monde contractait était bien plus imposant qu’il ne le pensait. Il fallait y remédier vite.
 
Le Maître Noir surprit à deux reprises le potentiel espion. Usant de sa magie, ou d’un tour bien caché dans son esprit, Malefor se retrouva derrière Strenth et lui murmura quelques mots sur les fautifs de ces changements dans ce monde qui était leur. Cette altération, ces changements, cette pourriture qui a consumé tant d’âmes… Face à ce changement soudain de position, le dragon recula, tout en faisant un pas lui permettant de prendre un peu de distance. Il gardait le plus possible son calme, mais la sûreté était toujours de mise, et son instinct avait pris le dessus. Puis il revint à sa position initiale. Là encore, Strenth dut faire volte-face. Il n’aimait pas trop cela, il avait l’impression que le Maître jouait légèrement avec lui. Etait-ce encore un test pour observer sa réactivité. Strenth était incapable d’y répondre.
 
La question de Malefor. Qui ? Pour Strenth, la réponse était déjà toute trouvée, mais il se tut, voyant bien que son interlocuteur voulait mener son discours jusqu’au bout. Il mêla à la parole un spectacle sordide, désolant, de paysages fanant, se dégradant complétement pour ne plus devenir qu’un souvenir honteux du passé.  Strenth voyait ces images de son monde qui se détruisait, et il sentait que c’était ainsi en tout être. Ce qui pouvait rendre bon la race des dragons avait disparu. Peu convaincu de ce qu’il venait chercher ici, le dragon gris avait décidé de suivre son instinct, et maintenant qu’il se trouvait confronté à Malefor lui-même, il comprenait encore mieux. Ses questions, ses doutes, prenaient fin ici et maintenant. Son but qu’il s’était déjà fixé trouvait encore plus de justifications. Oui, Malefor agissait pour les mêmes intérêts. Tous deux avaient réussi à voir ce qui semble invisible aux autres, et l’un comme l’autre était prêt à tout sacrifier pour voir un monde meilleur naître sous leurs pattes.
 
Néanmoins, l’un avait défié la mort, et l’autre non.
 
C’est ici que Strenth conclut que le Maître Noir était atteint dans son propre orgueil. Selon lui, la réponse aux malfaiteurs qui faisaient progresser cette destruction irréparable était un point d’un continent, une ville parmi tant d’autres. Warfang. A partir de là, le discours de Malefor le convint de moins en moins. Malefor n’était qu’une victime de plus de ces atrocités. Non, la réponse était encore plus complexe que cela. Chacun, à sa manière, participait à sa destruction, et c’était son démon qui lui avait ouvert les yeux. C’était pour cette raison qu’il l’avait choisi. A présent, Strenth avait tout pour devenir un dieu après avoir vaincu la mort, et il était capable de changer tout cela.
 
Avec l’aide de Malefor, c’était certain à présent. Même s’il était clair que Warfang était sa seule priorité, ce n’était pas, en l’instant, un défaut. Il s’agissait certainement d’une des plus grandes puissances à pouvoir nuire avec les projets du Maître, et donc de Strenth. Il fallait s’en débarrasser, en premier, puis faire tomber les autres grandes nations, comme des dominos.
 
— Une extermination. Implacable et sans merci.
 
Il prononça ces mots lentement, plongeant son regarde fauve dans celui de Strenth. Puis il se tut, laissant ces mots froids pénétrer, s’imprégner dans toute la salle. Le potentiel espion, lui, resta de marbre, et parla à son tour de sa voix grave.
 
— C’est un exposé auquel je ne peux qu’acquiescer que vous proposez. Mon instinct, principalement, m’a conduit jusqu’à vous, et la légende qui vous a fondé ne ment aucunement. Oui, ce monde a besoin de dragons comme nous. Je ne peux que malheureusement constater de l’état de pourriture dans lequel le monde se traîne lui-même, chancelant vers sa propre fin.
 
Dès lors, Strenth plia ses pattes avant afin de tirer une révérence. Il garda la tête basse.
 
— Mon être est tout à vous. Je me dédie à vous, à combler vos ambitions, dans l’espoir de voir naître un monde meilleur, dénué de ce vice qui me dégoûte. Toutes mes compétences sont les vôtres. Vous recherchiez un espion ? Je crois avoir assez fais mes preuves. Contez-moi vos projets, et je m’exécuterai.
 

Strenth se releva, et son regard redevint alors brun. Sa couleur précédente s’était évanouie. Les membres bien droits, la queue ne remuant qu’à peine, l’attendait une sentence de la part du Maître. Cet entretien allait-il encore se prolonger davantage ? Sûrement Malefor en demanderait davantage sur le compte de son potentiel espion, ce que ce dernier comprenait.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: Je ne souhaite pas le dire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Crédit : 1463
Date d'inscription : 19/01/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Jeu 18 Aoû 2016 - 20:39

-Un bel enthousiasme de ta part. Gronda le seigneur.

Malefor était satisfait. Évidemment, la démonstration d’engouement de Strenth face à la grande cause que son clan entreprenait le réjouissait.  Bien sûr le jeune dragon avait réussi avec brio l’épreuve qui lui avait été infligée et avait de loin fait ses preuves. Pour le gris, il ne restait qu’à mener à bien les intentions du chef de guerre. C’était bien à cela qu’en arrivait le seigneur. Toutefois, avant de s’attaquer aux grands projets que le futur leur réservait, un certain protocole attendait tant la nouvelle recrue que le chef de guerre.

Ce dernier s’avança vers Strenth qui s’était relevé et se tenait maintenant droit comme un i, attendant patiemment.

-Essaies de ne pas trop bouger. Susurra Malefor en fouettant l’air de sa queue.

Ce mouvement bien subtil provoqua quelque chose qui, à vrai dire, le fut beaucoup moins.  

Des piliers de flammes s’élevèrent autours des deux dragons. Une aura d’un violet foncé et inquiétant sembla émaner du seigneur de guerre. Sa silhouette sembla perdre forme dans ce chaos d’éléments et il en fut de même pour sa voix lorsque le seigneur prit la parole. Cette dernière, tordue et discordante, ne ressemblait plus qu’à une parodie démoniaque de sa teneur initiale.

-Strenth ! Gronda Malefor au travers de la tempête infernale. Ce fut seul et perdu dans ce monde injuste que tu traversas les portes de la citadelle. En étranger. Toutefois, tes jours d’errances cessent aujourd’hui et avec eux, ton ancienne vie ! Dès lors, Strenth, renais comme champion et premier membre de la Légion des ombres. Terminé pour toi les jours de persécution et de misère car tu n’es plus seul. Tu partageras les victoires et la gloire de ton clan ! Ton futur t’attend Maître Espion !

Ainsi, les flammes et l’aura disparurent comme elles étaient venues. Seule persistait quelques nuages de cendre recouvrant la salle du trône.

-Bienvenue dans la Légion, jeune dragon. Dit Malefor d’un ton grave. Garde cette dernière partie de notre entretient pour toi. Seuls ceux ayant connaissance des grands projets du clan ont eu droit à ce symbole de…confiance.

Le violet se tu, laissant le temps à son interlocuteur d'intégrer ses paroles.

-Bien Strenth, continua-t-il, il est temps de discuter de ta prochaine affectation. Tu comprendras bien vite que tes services seront bientôt demandés par mes généraux partout sur le continent. Comme tu le sais bien, nos lignes de front s’étirent loin et pourraient bientôt s’étendre de plus belle. Toutefois, ta première tâche sera de contrecarrer les plans et les espoirs de stabilité de notre prochain ennemi.

Le seigneur de guerre se retourna pour se diriger tranquillement vers son trône qui, étrangement, avait repris sa place initiale.

-Vas à Warfang et fais ce que tu fais le mieux. Dit-il de sa voix caverneuse. Récoltes des renseignements sur les défenses de la ville, sur sa garnison. Empoisonne leurs puits. Brûle leurs récoltes. Incendie leurs forges. Assassines toute personne d’influence dont la mort en vaudra selon-toi la peine. Planifie des mutineries au sein de la garde. Formentes des révoltes.  Je te laisse carte blanche.

L’énorme dragon s’assied de tout son poids sur le grand siège de pierre. Ses yeux jaunes braqués sur le gris.

- Je veux que tu sème le chaos et la terreur sur cette cité de décadence. Gronda-t-il. Fait de la vie de son peuple un enfer. Réussi dans ta mission et ainsi, tu prépareras de l’intérieur notre invasion imminente.  Fais-en sorte que la ville s’entredéchire d’elle-même. Toutefois, n’oublie pas d’user de précautions. Même si nous avons eu vent de quelques sympathisants dans la ville, leur aide ne sera qu’hypothétique et limitée. Si tu es fait prisonnier, tu seras seul.

Malefor fit une pause.

-Ta tâche durera tant que tu pourras mener à bien ton travail de façon discrète. Dès l’instant où le danger de se faire prendre sera trop grand, reviens à la citadelle. Dans cette guerre de longue haleine que tu mèneras, il ne servira à rien de faire preuve d’imprudence.

Le chef de guerre fit un geste de ses griffes.

- Tâches de te préparer. À cet effet, les forges et les artisans de la forteresse seront à ton service. Montre-leur simplement mon sceau et ils s’exécuteront dans leur art. Dit alors le violet en désignant un curieux petit objet posé sur un piédestal près de l’entrée de la grande salle. Tu partiras pour Warfang dans deux jours. Nous saurons te contacter s’il sera nécessaire de mettre un terme prématurément à ta mission. Maintenant, va. Nous discuterons plus amplement à ton retour.

Sur ces mots, Malefor se plongea dans l’étude de la carte qu’il avait précédemment en partie détruite. Les dommages sur le parchemin ne semblèrent pas déranger d’aucune façon le chef de guerre car tout était déjà bien en place dans son esprit. Telle était la pensée de Malefor, tout n’était qu’un cruel stratagème.

Les pions étaient en place. Le jeu des ombres pouvait commencer.
avatar

Personnage
Recherche: Autres
Clan / Faction: Dragon maléfique
Age: Ancien
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 142
Crédit : 4124
Date d'inscription : 20/05/2012
Localisation : En marche pour la guerre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth) Ven 19 Aoû 2016 - 1:48

— Un bel enthousiasme de ta part, commenta le Maître Noir face aux déclarations du maître-espion. Ce dernier se sentit alors inexplicablement plus serein. Est-ce qu’enfin il allait pouvoir conclure tout cela ?
 
Malefor bougea dans sa direction et s’arrêta non loin, donnant ainsi à Strenth une nouvelle occasion de comparer la grande différence de grandeur qui les séparait. Assurément ploierait-il sous le poids de la patte du Maître. Il était si impressionnant, rien que physiquement… Et sa parole ne faisait qu’ajouter à ce malaise, cette légère impression qui teintait, disant que ce dragon violet était supérieur aux autres, était différent.
 
Strenth fut rapidement confronté à un autre de ces effrayants spectacles de son et lumière dont le Maître semblait avoir le secret. Néanmoins, la réitération d’une telle illusion ne fit pas paniquer le survivant, qui, tout en gardant une posture à mi-chemin entre le décontracté et le défensif, écoutant attentivement les paroles étranges de cette voix étrange. Il s’agissait d’une sorte de rituel proféré, un étrange psaume raconté, mentionnant la Légion des Ombres. Etait-ce ainsi que se référaient les sbires de Malefor ? C’était l’hypothèse que Strenth avait en tout cas adoptée. Il se contenta d’acquiescer avec des « Oui, monseigneur » et des hochements de la tête. Enfin, il fallait jurer de garder le secret des paroles prononcées pendant cet entretien, ou, tout du moins, en ce qui concernait la Légion. Strenth se sentait étrange. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas appartenu à un groupe, et il avait une sensation d’honneur qui le parcourait, ainsi que du renouveau. Oui, il sentait à présent que les choses pouvaient changer.  
 
Le long briefing de la part du Maître s’étendit en longueur, et était très simple à retenir, et à résumer. Strenth avait tout compris. Pour sa première mission, il devrait se rendre à Warfang. Cela lui fit quelque chose. Il sentit un pincement au cœur. Retourner là-bas, alors qu’il y avait déjà séjourné, quelques années auparavant, dans une quête de vengeance qui n’avait pu aboutir. Oui, le passé resurgissait, mais cela ne devait pas l’arrêter. Maintenant qu’il y pensait, cela lui permettrait d’accomplir autre chose… En tout cas, pour la mission : strictement, le dragon gris avait carte blanche. Il pouvait faire tout ce qui était en son pouvoir pour que la force deWarfang s’amenuise, sous une quelconque force. Cela laisser un large éventail de possibilité au Maître-espion, et il appréciait ça. Il excellait en beaucoup de choses, surtout en tromperies. Oui, il arriverait sans aucun doute à accomplir quelques chefs d’œuvres, et puis il avait quelques contacts, depuis sa dernière visite à Warfang.Il ne restait plus qu’à s’assurer que ces contacts pouvaient toujours se montrer utiles…
 
Les portes pour de l’équipement étaient à présent ouvertes complétement à Strenth. Ce dernier vint récupérer le sceau. Il s’agissait en réalité d’une chevalière avec gravé sur une pierre rouge un motif stylisé de dragon avec des sortes de ronces autour. Le symbole de la Légion, probablement. Il porta la bague à sa corne.
 
— … Maintenant va. Nous discuterons plus amplement à ton retour.
— Je remplirai au mieux ma tâche, monseigneur, et je ne décevrai pas les couleurs de la Légion. Ce fut un honneur. Au revoir.
 
Il fit une dernière révérence à l’attention du Maître et prit la porte, non loinde lui, poussant le lourd bois pour finalement se retrouver à l’extérieur de la salle du trône.
 

Une nouvelle vie commençait pour Strenth. Une occasion, la seule occasion, de pouvoir détruire cette nouvelle vie, et en reformer une autre, encore plus resplendissante.
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: Je ne souhaite pas le dire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Crédit : 1463
Date d'inscription : 19/01/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les maîtres de l'ombre (privé Strenth)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Les maîtres de l'ombre (privé Strenth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» SOS pour le fleurissement de mes fenêtres !
» Sirion, l'ombre du coeur [ Lhurgoyf, cavalier de Sharna]
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro & Cynder Forum RP / RPG :: Zones RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: