♦ La légende continue ♦

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Dans le feu de l'action, Partie 2 : Mercenariat et Royale Vendetta (Pv Arboryx)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Dans le feu de l'action, Partie 2 : Mercenariat et Royale Vendetta (Pv Arboryx) Mer 21 Juin 2017 - 21:44

Putain qu'il faisait froid !

Ainsi était ma "royale" pensée lorsque j'arrivis, en compagnie du mercenaire Arboryx, au Freezer de Dante. Croyez-moi, je pense que lui aussi se les pelait dur, surtout avec la glace qui était sous nos pattes. Tout ce que j'espérais, c'est qu'elle ne se brise pas et qu'elle supporte notre lourd poids. Imaginez si elle se brisait parce que j'avais sur moi mon masque et ces griffes rouges que m'avaient forgé Saared ? Ce serait assez con, comme situation...

Bref ! Ici, avec Arboryx, je n'allais pas me comporter en Roi avec ce dragon mais en égal à lui (bon, j'étais techniquement son patron mais, si on était pas un minimum proche lors de ce qui allait se passer, on allait être dans une bonne grosse merde !). Et, en parlant de lui, je tournai ma tête vers sa direction et, après avoir soufflé de la fumée aucunement créée par mon élément mais plutôt par le froid ambiant, je lui demandai :

- Alors ? Prêt pour aller trouver ce Maître des Cristaux ? Arg ! Fait froid, bordel ! Au fait, t'es déjà venu ici, auparavant, toi ?


Cinq jours plus tôt...

J'étais assis sur mon trône, la couronne sur ma tête et ce masque qui m'avait récemment vallu le titre de "Roi de Fer" sur mon visage. Est-ce que j'étais seul dans la salle où j'étais ? Non. Et celui qui était en face de moi avait certaines réticences quelque peu... visibles.

- NON ! fit-il. Mon Roi, non ! Ce n'est pas la bonne chose à faire !

- Et qu'est-ce qui vous fait dire cela ?

- Non ! On n'engage pas de mercenaire pour partir en expédition alors que l'on est sur le trône depuis deux semaines ! On a un trésor à gérer ET une guerre à mener ! Et surtout une guerre à mener contre le Maître Noir en personne ! Surtout avec cette haine qu'il doit avoir pour vous après l'incident de la salle de guerre et du début de la Guerre contre les Hybrides !

- Voyons, Krozd, ceci n'est pas qu'une simple expédition ! Non, c'est une expédition importante !

- Et en quoi aller retrouver sois-même un dragon pour le tuer est une expédition importante ? Et puis, pourquoi avoir choisi CE mercenaire en particulier ?

- Pourquoi lui ? Car je le connais bien. Et ce dragon à retrouver est important ! C'est le Maître des Cristaux, qui veux se venger de moi pour avoir tué son frère, le Nécromancien de Malefor... Je suis sûr que vous avez entendu d'où venait mon masque... Et donc, ce dragon-là, ce Maître des Cristaux, est dangereux... Alors il est de mon devoir, pour gagner la guerre, d'aller le tuer pour qu'il n'entrave en rien nos avantages. De plus, je ne refuse pas une invitation quand elle se présente.

- Une invitation ?! répondit, surpris, le conseiller économique (car, oui, c'était lui qui gérait le trésor).

- Oui, vous avez bien entendu, dis-je en sortant un papier qui m'invitait à venir chez lui. Et puis, le Freezer de Dante, je suis sûr que ma renommée en tant que Roi, après cela, sera meilleure, et cela pourra nous être un avantage.

- Je vois... fit-il alors, toujours rétiscent. Mais... Qui règnera sur le Trône durant votre absence ?

- La Reine, pardi !

- UNE FEMME SEULE AU POUVOIR !?! MAIS ELLE VA FAIRE N'IMPORTE QUOI !!!

- Oui, une femme au pouvoir. Et, non, elle ne va pas faire n'importe quoi. Elle va même être mille fois plus compétente que certains égoïstes dont je ne citerais pas le nom et qui n'ont aucune idée de comment gérer un Royaume... N'est-ce pas ? De plus, elle était Reine des Badland, avant, elle sait comment faire. Ah ! Et, pour les femmes au pouvoir... Regardez le Royaume de Garius, je suis sûr que votre orgueil masculin en prendra un sacré coup... Peut-être même vous poussera-t-il à vous faire eunuque !

Il grommella alors dans sa barbe. Alors je souris, satsfait. Soudainement, on frappa à la porte de la salle du Trône.

- Tient ! fis-je. Il semblerait que le mercenaire soit déjà là.

- Parce qu'en plus vous l'aviez déjà appelé avant de venir me parler de tout cela ?!

- Oui, je parle d'abord aux professionels avant de venir voir les incompétents. Et il semblerait que je l'ai appelé avant vous.

Je vous jure que la façon dont il ferma sa gueule fut hilarante. Mais bon, je ne ris aucunement mais souris juste. Et, après cette sentence, je fis :

- Ouvrez la porte !

Les deux portes s'ouvrirent en même temps dans un grand bruit qui résonna dans toute la salle. Ainsi, je posai ma couronne sur mon siège après m'être levé car je me dirigeai juste ensuite vers...

- Ah ! Arboryx ! Cela me fait plaisir de te revoir. Bienvenu dans mon palais, au fait.

Ainsi, tandis que je me rapprochais de lui, j'entendis Krozd grommeller et être scandalisé par mon tutoiement "avec un simple mercenaire !" Mais, vous voulez savoir mon avis sur le sien ? Je m'en battais littéralement les couilles ! Mais Royalement, bien sûr !


Je suis un guerrier aguerris. Mes cicatrices sont chargé d'un grand et triste passé. Je suis... Igniis !
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon de wafang
Age: au moins 40 ans
Chosen FAIL
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 842
Crédit : 3597
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17
Localisation : Je ne sais pas, je me suis encore paumé !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dans le feu de l'action, Partie 2 : Mercenariat et Royale Vendetta (Pv Arboryx) Jeu 20 Juil 2017 - 23:19

-De la neige, frissonnais-je, trop de neige. Bordel.

Je serrai les crocs alors que le vent mordait dans mes écailles comme un vautour sur une carcasse bien fraîche. Jetant un œil fatigué autour de moi à la recherche d’un signe me laissant présager que le temps deviendrait plus clément, je dû me rendre à l’évidence : j’allais devoir continuer à endurer pour quelques temps ce froid. En effet, ciel restait complètement obstrué par de lourds nuages gris qui continuaient depuis des heures et des heures à déverser des torrents de neige sur ma pauvre gueule. Eh ouais, disons que je n’appréciais pas du tout le coin. Les naseaux fumants, je continuai tout de même à suivre Igniis tout en restant aux aguets. Bien sûr, si nous nous attendions à avoir de la compagnie, il était préférable d’être prêts. Aussi hostile soit-elle ou non. Au moins, le dragon bardé de son masque de fer ne semblait pas trop s’en inquiéter. Je dirais même qu’il était plutôt hardi à se lancer dans l’action.

-Nah, jamais venu ici, répondis-je un peu bourru, mais je crois déjà être passé dans des endroit qui y ressemblaient. Ajoutais-je alors que je commençai à distinguer au loin des silhouettes familières, mais toujours en partie dissimulées par la neige qui tombait.

Soudain, Igniis s’arrêta brusquement devant moi. Continuant de quelques pas pour me placer à la même hauteur que le patron, je pris quelques secondes pour observer les alentours.

-Patron, je crois qu’on est arrivé à destination.

Arrivés au bord d’un escarpement rocheux, nous pûmes jeter un œil sur ce pourquoi nous nous étions lancés dans ce périple : le Freezer de Dante. Enfin, après avoir parcouru des lieus et des lieus et de nous être égarés à maintes reprises dans ce trou à rat perdu au beau milieu des glaces, nous étions finalement arrivés à bon port.

-Il était temps, je suis presque à court de rations. Grognais en évaluant le poids un peu trop léger de mon sac de campagne.

Toutefois, autre que de devoir se pencher sur la question de nos réserves de vivres qui diminuaient à vue d’œil, je commençai à penser à ce qui nous avait amenés jusqu’ici.

-J’espère que ça en valait le coup. Me dis-je en me remémorant les événements des derniers jours.

Cinq jours plus tôt

Bien que je n’eusse jamais vraiment suivit la scène politique de Warfang, je trouvais tout de même un tantinet étrange qu’Igniis ait conquis le trône de la cité. Ne connaissant rien d’autre que l’histoire ``officielle``, je me dis bien qu’il ne fallait pas trop que je réfléchisse aux détails de la chose. Même si j’étais loin d’être un expert dans ce qui avait attrait aux successions dans la royauté, je pouvais tout de même être d’accord avec le bruit qui courrait dans les rues de la ville que de couronner le capitaine de la Garde était inhabituel (bah, ça faisait juste une dictature militaire de plus, rien de bien nouveau). Mais bon, je ne pouvais pas me plaindre. Particulièrement pas lorsqu’on connaissait déjà ce même capitaine. Peut-être allais-je pouvoir mettre la griffe sur quelques avantages maintenant qu’Igniis occupait cette nouvelle position. Et puis, qui n’avait pas envie de rendre visite à un compagnon qu’il n’avait pas vu depuis quelques temps ?

Pour faire court, ma présence avait été requise au palais, à mon grand étonnement bien sûr. Le messager qui avait été envoyé pour me trouver ne semblait pas du tout dans son environnement au beau milieu de taverne crasseuses et de dragons aux allures peu recommandables vu comment il fronçait constamment des narines sous l’odeur de la bière bon marché. Un peu septique au départ (j’étais sûr que ce type était un arnaqueur quelconque) je fus finalement convaincu par un parchemin officiel portant le sceau royal. On me promettait or et encore bien plus si je suivais bien tranquillement ce petit nobliau jusque dans la Haute Ville.

-Après toi. Lui dis-je en le toisant de mon regard le plus carnassier.

Jusqu’à ce jour, je ne m’étais jamais aventuré aussi près des quartiers royaux. En effet, j’avais toujours été bien trop occupé pour frayer avec les aristocrates et la Garde du roi m’aurait rapidement fait comprendre que je n’étais pas le bienvenu. Au moins, j’étais ce coup-ci accompagné du messager et aucun des gardes ne sembla avoir l’intention de s’interposer (mais bon, cela ne m’empêcha pas de leur chercher des noises quand même). Enfin arrivé à la salle du Trône, le messager me laissa et on me fit entrer. Enfin, j’étais arrivé devant Igniis.

-Sacré piole. Me dis-je en constatant l’immensité de la gigantesque pièce.

Tout juste avant mon arrivée, le nouveau souverain de Warfang semblait avoir mené une discussion plutôt corsée avec l’autre dragon se tenant non loin qui se révéla être l’un de ses conseillers. Personnellement, je fus très loin d’apprécier son petit air réprobateur alors qu’il me jaugeait tel un seigneur posant un regard dédaigneux sur un roturier. Au moins, Igniis, dans un incroyable élan de rébellion envers le protocole habituel, vint immédiatement à ma rencontre pour me saluer à la façon d’un bon camarade.

-Moi de même l’ami. Répondis-je à l’ancien capitaine. Je vois que tu t’es salement bien débrouillé depuis notre dernière rencontre !

Congédiant les soldats et les autres aristocrates présents, Igniis put enfin m’expliquer la raison de ma présence au palais et la nature du contrat qu’il me proposait. À vrai dire, bien que je ne savais pas vraiment quand, je m’attendais à ce qu’Igniis tôt ou tard se lancerait à nouveau à la poursuite du Maître des Cristaux. Puisque j’avais été malencontreusement impliqué dans le dernier événement qui concernait ce dangereux personnage, il n’était que modalité qu’on vienne à nouveau malencontreusement me balancer dans cette histoire. Pour être honnête, j’éprouvais bien quelques réserves à première vue. En effet, il ne me tardait guère d’à nouveau me frotter à un maniaque dans le genre considérant qu’il avait à sa disposition des pouvoirs dépassant largement que ce à quoi l’on pouvait s’attendre d’un mage de service. Toutefois, Igniis fut bien en mesure pour me convaincre et savait très bien comment m’attirer dans cette dangereuse opération. Sans entrer dans les détails, l’argent qu’il me proposait avait de quoi à me faire vivre pour bien longtemps et il n’était pas donné à tous de travailler pour un roi non ? Et puis, j’avais bien moi aussi quelques questions qui me taraudaient depuis notre dernière frasque dans les terres désolées de Tarok, questions auxquelles je pourrais possiblement trouver des réponses au cours de ce contrat. Pire des cas, si les choses devenaient trop risquées, je pouvais toujours me planquer derrière sa majesté alors qu’il enflammerait ses écailles.

Suite à ce que je pu donner mon accord, Igniis et moi fûmes bien occupés à planifier l’expédition. Je pris grands soins de lui laisser les détails trop techniques. J’allais être payé pour buter, pas faire l’inventaire. Après une courte période de préparation, nous pûmes incognito nous mettre en route. Grosso modo, le roi m’avait dicté un objectif bien simple à comprendre : se rendre au Freezer de Dante et éliminer le Maître des Cristaux. Comment Igniis avait su que le type s’y trouvait, ça je n’osai pas trop lui demander. Les hommes d’état avaient leurs espions et leurs propres ressources à cet effet et je ne voulais pas me mettre le museau dans quelque chose qui ne me concernait pas. Surtout lorsque cette chose en valait la peine de vous faire assassiner lorsque la poussière retomberait à la fin de l’histoire.

Cinq jours d’errance plus tard, nous étions arrivés à destination.


Prenant le temps de souffler un peu, j’observai attentivement le Freezer de Dante. La forme facilement reconnaissable de remparts sur le déclin me sauta immédiatement aux yeux. De notre perchoir, je ne pus remarquer aucun mouvement suspect. La vieille forteresse semblait encore une fois laissée à l’abandon. Seule et piégée dans la glace, la place forte semblait être une cible facile. Le Maître des Cristaux avait vraiment choisi un tel endroit pour en faire son repaire ? Toutefois, il ne fallait pas prendre cet endroit à la légère. Rare étaient ceux qui n’avaient pas entendu les histoires macabres au sujet des nombreux terrifiants et dangereux obstacles pouvant s’y retrouver. Je n’étais pas prêt à y laisser ma peau en raison d’un bête excès de confiance.

-Peut-être qu’on devrait attendre la nuit pour s’infiltrer dans les brèches de la muraille, dis-je à Igniis alors qu’une bourrasque de vent me fit serrer les crocs, tout semble bien calme, mais ça ne me dit rien qui vaille. L’obscurité pourrait nous être utile.

En effet, personne ne pouvait savoir ce et qui pouvait se dissimuler entre les anciennes machines de guerre qui recouvraient ce lieu maudit et la perspective d’un comité d’accueil ne m’emballait pas du tout…  
avatar

Personnage
Recherche: Rien
Clan / Faction: Dragon Neutre
Age: 28
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 164
Crédit : 3162
Date d'inscription : 02/04/2014
Localisation : Où l'on demande des soldats de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Dans le feu de l'action, Partie 2 : Mercenariat et Royale Vendetta (Pv Arboryx)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bali Balo dans son berceau...
» Enid F. Windtaker... "Il n'y a que les plus forts qui survivent dans ce monde. J'en ferai partie.".
» Jouons dans le tiers "Monotype"! Partie 1
» RPS CHATBOX → pour des rps dans le feu de l'action
» La vie est une partie d'échec dans laquelle le roi finit toujours par mourir... [Pv Edwin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro & Cynder Forum RP / RPG :: Zones RPG :: Territoires Neutres : :: Freezer de Dante-
Sauter vers: